Intervention Reynders lors de la conférence ‘La Belgique au cœur des Nations Unies : aujourd'hui et demain’

Date: 03 octobre 2013

Conférence ‘La Belgique au cœur des Nations Unies : aujourd'hui et demain’
Palais d'Egmont, 3 octobre 2013

Intervention de S.E. M. Didier Reynders,
Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères,
du Commerce extérieur et des Affaires européennes

Dames en Heren,

Het is voor mij een waar genoegen om u zo talrijk te mogen ontvangen in het Egmont Paleis voor deze conferentie over België in het hart van de Verenigde Naties.

Ik zou eerst en vooral de leden van de MUN Society Belgium wensen te feliciteren voor hun inzet in de verschillende simulaties van de Verenigde Naties. Hun deelnames en hun resultaten - zowel individueel als collectief - bevestigen het feit dat de Belgen “multilateralisten” in hart en nieren zijn en kunnen wegen op de internationale debatten.

Naast een goede voorbereiding zijn het begrip voor de standpunten van de één en van de anderen alsook de compromisgeest troeven die u hebben toegestaan te schitteren en om 4 van de laatste 5 simulaties van de Verenigde Naties die georganiseerd waren door de prestigieuze Harvard universiteit te winnen. Bravo! U draagt hoog de kleuren van ons land, en dit in een perfecte verstandhouding tussen Franstaligen en Nederlandstaligen. Dat is de reden waarom ik mijn patronaat heb wensen te geven en samen met u deze conferentie vanavond over België in het hart van de Verenigde Naties heb wensen te organiseren. 

Ik wens ook alle andere aanwezige jongeren die ook aan dit soort evenementen deelnemen te feliciteren. Ik bedank ook de professoren die in dit proces betrokken zijn. Ik moedig ze aan om deze demarches verder te zetten. Ik wens ook de verenigingen van de Verenigde Naties (APNU en VVN) te bedanken voor hun interesse en hun dynamisme die de VN beter kenbaar maakt bij de Belgische bevolking.

Aarzel nooit om contact op te nemen met het Departement van de Verenigde Naties bij Buitenlandse zaken voor alle informatie die u wenst te verkrijgen, ook wat betreft de loopbaan bij de VN. Buitenlandse Zaken staan ter uw beschikking, alsook mijn medewerkers.

Het is in deze context dat ik mijn patronaat en steun gegeven heb aan de MUN Society Belgium voor de organisatie van de volgende editie van de Harvard World MUN die in maart 2014 zal plaatsvinden in Brussel. Het is een bijkomend bewijs van de gehechtheid van België aan het multilateralisme in het algemeen, en aan de Verenigde Naties in het bijzonder.

Mesdames et Messieurs,

Avant de répondre à vos questions et de réagir à vos commentaires, permettez-moi de dire quelques mots sur la place de la Belgique aux Nations Unies, aujourd’hui et demain.

Comme dans les simulations des Nations Unies auxquelles vous participez, la Belgique peut peser davantage sur les débats que son poids diplomatique réel ne le laisserait penser.

J’étais la semaine dernière à  New York pour ce que l’on appelle « la semaine ministérielle » à l’occasion de l’ouverture de la 68ème Assemblée générale. Outre les discours des 193 Etats membres des Nations Unies, c’est surtout le rendez-vous annuel où se retrouve le monde entier. Et c’est cela qui fait la valeur ajoutée de l’ONU car c’est le seul endroit où toutes les nations – alliées, concurrentes voire ennemies, peuvent se croiser et interagir. Même des pays qui n’ont pas de relations diplomatiques, que l’on pense aux Etats-Unis et l’Iran ou Israël et la plupart des pays arabes et musulmans, siègent ensemble dans la même enceinte. Et dans certains cas, des avancées sont possibles. On a pu le constater dans les relations américano-iraniennes qui ont permis le week-end dernier un contact téléphonique entre les 2 Présidents.

Durant la semaine, j'ai eu l'occasion de participer à de nombreux événements et réunions bilatérales. Les dossiers qui ont dominé les débats ont été la situation dans les Grands Lacs, le Mali, la Syrie et l’Iran mais aussi le développement durable.

On peut certes critiquer les Nations Unies pour leur lenteur, les coûts énormes et parfois leur impuissance, mais je suis persuadé que si l’ONU n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Au demeurant, l'ONU telle que nous la connaissons aujourd'hui est, comme vous le savez, le résultat d'un long processus évolutif qui trouve ses fondements dans les idées généreuses de certains visionnaires de l'après-Première Guerre mondiale, dont le Président Wilson, qui ont mené à la mise en place de la Société des Nations. Ensuite, d'autres initiatives ont été lancées pour compléter l'arsenal international – je citerais ici les Accords de Locarno et le Pacte Briand-Kellogg – mais sans que les conflits armés ne puissent être évités. Lorsque l'on compare les modèles, on ne peut que constater la remarquable mise à jour du processus pour toujours "coller" au plus près de la réalité politique. Ceci signifie aussi que le modèle actuel de l'ONU est perfectible et doit continuer à s'ajuster en permanence.

Les méthodes de travail et les modes de décision doivent ainsi être améliorés pour mieux correspondre au monde et enjeux du 21ème siècle. Un désaccord entre certains membres permanents mène parfois à une impasse. On l’a vu dans le dossier syrien. Est-il normal qu’il faille 2 ans et demi pour que le Conseil de sécurité puisse adopter une résolution substantielle sur la Syrie ? Non bien sûr. Mais cette impasse n’a pas empêché l’ONU de jouer un rôle, que ce soit par les mandats des Représentants spéciaux Kofi Annan puis Lakhdar Brahimi, sans parler des experts en armes chimiques qui ont permis de confirmer l’utilisation de ces armes, et de l’action humanitaire, ou encore de la Commission d'enquête sur les violations des droits de l'homme.

Des réformes sont donc indispensables mais elles ne sont pas faciles vu qu’elles nécessitent l’accord de tous, y compris de ceux qui ont des positions privilégiées. Je pense bien sûr ici à la réforme du Conseil de sécurité qui devrait mieux refléter les réalités géopolitiques du monde actuel.

Maar zoals ik het reeds zei, moet men kijken naar wat de VN op een lange periode heeft bereikt. Op een hele reeks dossiers kan men de acties vaststellen die er uiteindelijk voor gaan zorgen dat er vooruitgang geboekt wordt en die een verschil maken. Een stap terugnemen is dus nodig.

Het normatief kader binnen de Verenigde Naties is in de loop van de decennia verrijkt en meerdere verdragen en handvesten bepalen nu vele nationale beleidskeuzes. Dit is onder meer het geval wat de mensenrechten betreft. Laten we ook het akkoord dat in april is bereikt omtrent het Wapenhandelsverdrag, het resultaat van vele jaren werk, noemen. Het feit dat er een Verdrag inzake Chemische Wapens bestaat heeft er bijvoorbeeld toe geleidt om uit een zekere impasse te kunnen geraken in het Syrische dossier. Men moet er af en toe aan herinneren dat het dagelijkse werk van de VN niet steeds meteen haar vruchten werpt.

De Noord-Zuid divergenties zijn steeds aanwezig in de VN debatten. U bent hiervan ook getuige tijdens de simulaties waaraan u deelneemt. Dit maakt de discussies natuurlijk moeilijk maar eens er een akkoord behaald wordt, dat meestal een compromis is, betreft dit de hele wereld. Ik hoop dat het opkomen van nieuwe machten zoals Brazilië, India, Zuid-Afrika en China zullen leiden tot een evolutie van de mentaliteiten en vooral van de dynamiek. De reflexen uit het verleden moeten plaats maken voor een grotere verantwoordelijkheid van de nieuwe spelers. De wereld van 2013 is niet meer vergelijkbaar met die van 1945. Het opkomen van de macht op economisch vlak moet gepaard gaan met meer verantwoordelijkheid in het politieke beheer van de wereld, ook via grotere financiële middelen voor de werking van organisaties als de VN. De samenstelling van de G20, waarin plaatsen voor landen uit andere regio's werden voorzien, is een positieve evolutie in dit verband.

Daarom speelt België de laatste jaren een actieve en constructieve rol in de debatten van de laatste jaren over de hervorming van de Verenigde Naties, zowel wat de werkmethodes (Veiligheidsraad, Ecosoc) als wat de werkingsmethodes betreft (budget en modernisering van het secretariaat). Het is géén gemakkelijke opdracht, gezien het verzet van de Zuiderse landen (G77) die géén voorstander zijn van een vermindering van de mandaten en een vernieuwde toekenning van de budgeten. Deze rationaliserings- en prioriteitsoefening is nochtans nodig indien men een efficiënt multilateralisme wenst.

Une autre évolution à prendre en compte est le rôle croissant du secteur privé. C'est un développement assez récent mais qui est le bienvenu car les entreprises peuvent elles aussi contribuer au processus. On le voit dans le dossier du développement durable où le partenariat public-privé est incontournable. Il y a 2 semaines, j’ai participé à New York avec la Reine Mathilde au UN Global Compact  Leaders' Summit organisé juste avant la semaine ministérielle. L'initiative avait été lancée par Kofi Annan et n'a cessé de se développer depuis sous l'impulsion de Ban Ki-moon. Réunissant plus de 1000 CEOs et des représentants gouvernementaux et de la société civile issus des 4 coins du monde, ce sommet a démontré le rôle croissant que peut jouer et que joue le secteur privé. Davantage de synergies sont assurément nécessaires entre les Gouvernements, la société civile et les entreprises. L'ONU est la plateforme idéale pour réunir ces acteurs. Dans le monde globalisé que nous connaissons, c'est non seulement crucial pour la diversification des sources de financement – or on assiste à une diminution des financements publics – mais aussi vu l'influence positive ou parfois négative que peuvent avoir les activités du secteur privé. L'objectif est de les amener à bord mais aussi d'influencer leurs activités. En outre, l'ONU apporte le cadre multilatéral le plus universel possible, offrant ainsi la légitimité internationale la plus précieuse pour la coopération public-privé.

Si l’on parle trop souvent de la paralysie des Nations Unies, je tiens à mentionner des situations où l'ONU joue un rôle positif. Au Mali, en quelques mois, on a pu passer de l'intervention française, à une mission africaine et maintenant à une véritable mission onusienne (la MINUSMA) qui a déjà permis l'organisation cet été d'élections présidentielles. Quand la communauté internationale est unie, elle peut faire une véritable différence. Je rappelle que début janvier le pays était encore menacé de tomber aux mains de groupes islamistes radicaux.

Au niveau de la Région des Grands Lacs, des avancées sont également à noter. Le mandat de la MONUSCO a été consolidé et une brigade d’intervention est mise en place pour en renforcer son volet militaire. Je me félicite que cette brigade d'intervention joue déjà son rôle contre ce que l'on appelle les forces négatives. En parallèle, les efforts politiques ont été accélérés, notamment sous l'impulsion de l'Envoyée spéciale du SG Mary Robinson, après l’accord-cadre d’Addis Abeba.

Quand on parle de l'ONU, il ne faut pas se limiter aux débats diplomatiques et à la bureaucratie à New York, Genève, Vienne, Nairobi, Paris ou La Haye. L'essentiel du travail au quotidien se fait en effet sur le terrain, en particulier dans les zones de conflits ou les pays affectés par des catastrophes naturelles. C'est là que l'ONU fait une différence dans la vie des 7 milliards d'êtres humains, et surtout les plus fragiles d'entre eux.

De VN heeft een centrale rol te spelen, zowel in de vrede- en de veiligheidspijler, als in de ontwikkelings- of de mensenrechtenpijlers. Er zijn meer en meer inzetten in onze geglobaliseerde wereld die niet meer op nationaal of zelfs regionaal niveau geregeld kunnen worden. Ik denk hier onder meer aan de klimaatsverandering en aan de duurzame ontwikkeling. Welke andere instelling zou doelen kunnen vastleggen die gemeenschappelijk en coherent zijn voor de hele wereld? 

Het grote huidig werf bij de Verenigde Naties is net het definiëren van het kader voor post-2015, wanneer de Millennium Ontwikkelingsdoelstellingen ten einde komen. De discussies zijn van start gegaan en gaan toelaten om de actie van de VN bij te stellen. Ik hoop dat dit een opportuniteit zal bieden om de werking en de organisatie te verbeteren.

Ik ben voorstander van het versterken van de rol van de regionale en sub-regionale organisaties. Dit is niet enkel nuttig om beter rekening te houden met de regionale gevoeligheden en de bekommernissen maar ook voor meer efficiëntie en het niet dubbel gebruiken van de inzet en middelen.

De rol van de Afrikaanse Unie of van ECOWAS in de verschillende Afrikaanse crisissen moet onderlijnd en aangemoedigd worden. Het is ook in deze context dat ik houd aan het versterken van de rol van de EU binnen de VN, zowel in de debatten waar de stem van de Unie meer en meer gehoord wordt dankzij de EU-Delegatie of op het terrein in de Europese missies en acties die zich binnen het VN kader of in samenwerking met de VN ontplooien. Ik denk hier aan de opleidingsmissies van de Somalische of Malinese soldaten of aan de inspanningen voor de hervorming van de veiligheidssector in de DRC.

Mesdames et Messieurs,

La Belgique a dès le début contribué aux travaux des Nations Unies. Faut-il rappeler que le premier président de l’Assemblée générale en 1946 n’était autre que Paul-Henri Spaak?

Notre pays a déjà siégé 5 fois au Conseil de sécurité, bien plus que la majorité des autres Etats. La Belgique brigue un nouveau mandat pour 2019-2020. Promouvoir le multilatéralisme, c’est aussi y contribuer et savoir prendre ses responsabilités.

Nous sommes également candidat pour le Conseil des Droits de l’Homme pour la période 2016-2018. En 2009, notre Ambassadeur à Genève s’était vu confier la présidence de ce Conseil lors de notre mandat de 3 ans.

Ceci dit, même sans mandat officiel dans un organe onusien, la Belgique reste active, que cela soit via l’UE ou en prenant des initiatives ou en assumant des mandats. Notre Ambassadeur à New York a par exemple été la cofacilitatrice de la dernière réforme de l’ECOSOC adoptée en septembre dernier. Nous avons également lancé une initiative sur la transparence des ressources naturelles que nous espérons voir aboutir dans une résolution de l’Assemblée générale. A Genève, la Belgique a fait adopter en mars dernier une résolution sur les enfants de personnes condamnées à mort ou exécutées. Dans le domaine du désarmement, notre pays a toujours joué un rôle moteur, que ce soit dans la campagne contre les mines anti-personnel ou les armes à sous-munitions.

La Belgique est le 15ème plus gros contributeur de l’ONU. Nous finançons quasi 1% du budget régulier et des opérations de maintien de la paix pour un montant annuel de 100 millions de dollars. Mais notre pays contribue bien davantage si l’on comptabilise également les contributions volontaires en faveur des agences, fonds et programmes, essentiellement dans le domaine du développement. Au total, on arrive à 380 millions d'euros par an.

Het multilateralisme en het respect voor het internationaal recht - dat vooral de meest zwakke en kleine beschermt - vormen de fundamentele beginselen van ons buitenlands beleid. De beslissingen van de Veiligheidsraad zijn fundamenteel in deze context. Daarom had ik in het dossier van de chemische wapens in Syrië gepleit voor het afwachten van het rapport van de VN inspecteurs en om alles te proberen op het niveau van de Veiligheidsraad in plaats van zich in een unilaterale militaire interventie te storten. Wanneer een interventie door de Veiligheidsraad toegestaan wordt, zoals dat het geval was voor de Franse interventie in Mali of voor de eerste Golfoorlog of in Libië in 2011, is deze wettig. Wij pleiten dus voor dit soort mandaat bij de Verenigde Naties.

Maar dit wilt niet zeggen dat er, in geval van blokkering binnen de Veiligheidsraad, niets ondernomen kan worden. Daarom steunt België het concept dat in 2005 ontwikkelt is van de “responsibility to Protect”. Maar er is nog nood aan het verder ontwikkelen van een meer consensuele definitie gezien dit concept nog verschillend geïnterpreteerd wordt naargelang de hoofdsteden. Maar het voornaamste luik is de eerste pijler die de nadruk legt op het voorkomen en op de eerste verantwoordelijkheid van de betrokken Staten in het beschermen van hun bevolking.

Wat het preventief luik betreft heb ik het initiatief genomen om volgende lente een internationale conferentie te organiseren over het voorkomen van genocides ter gelegenheid van de 20 jarige herdenking van de Rwandese genocide. Wij doen dit in samenwerking met de Verenigde Naties et de Europese Unie.

De strijd tegen de straffeloosheid is één van onze prioriteiten, met het Internationaal Strafhof in het hart van de internationale justitie. De beginselen en waarden die in het Handvest van de Verenigde Naties bevat zitten moeten bevorderd en verdedigd worden. Dat is ook de reden waarom ik meer dan een jaar geleden het initiatief genomen heb om te pleiten voor het respect van het internationaal humanitair recht in Syrië, meer bepaald om de toegang tot gezondheidszorgen te vergemakkelijken.

Mesdames et Messieurs,

J'aurais pu aborder de nombreux autres thèmes mais je vais m’arrêter ici pour vous laisser le temps de réagir à ces quelques remarques introductives.

Comme vous le savez, les défis globaux ne manquent donc pas. Nous avons besoin, plus que jamais, des enceintes multilatérales, les plus à mêmes à leur apporter une réponse adéquate, et au moindre coût. Les réformes en matière d’organisation et de gestion doivent se poursuivre pour que l’ONU soit encore plus utile et plus efficace. Le Secrétaire général peut compter sur le plein soutien de la Belgique dans ses réformes ambitieuses qu’il a proposées à l’entame de son second mandat mais qui malheureusement tardent à se matérialiser faute de consensus suffisant au sein des Etats membres. Le monde a en effet besoin d’une Organisation des Nations Unies adaptée pour répondre aux défis du 21ème siècle.

Le 24 octobre prochain, nous célèbrerons la journée des Nations Unies. Je vous invite donc toutes et tous à visiter le stand des Affaires étrangères sur la Grand-Place le dimanche 20 octobre.

Je vous remercie pour votre attention et suis à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

FacebookLien externe TwitterLien externe FlickrLien externe
VimeoLien externe YoutubeLien externe

Liens presse