"Investir dans l’avenir, vaincre le paludisme" - Journée mondiale de lutte contre le Paludisme (25 avril 2013)

Date: 23 avril 2013

A l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le Paludisme célébrée le 25 avril, le Partenariat Roll Back Malaria a invité sa Représentante spéciale, SAR la Princesse Astrid de Belgique, à visiter quelques-uns de ses projets menés au Japon et au Cambodge. La mission princière qui se déroule du 22 au 26 avril est l’opportunité de faire le point sur la lutte menée au niveau mondial et également par la Belgique, contre cette maladie.

World Malaria Day 2013

Une journée mondiale, pourquoi faire ?

C’est en 2007 que la Journée mondiale de lutte contre le Paludisme a été instituée par les Etats Membres de l’OMS. Son objectif: dynamiser l’engagement en faveur de la lutte contre le paludisme, un but qui reste plus que jamais d’actualité.

En effet, si des progrès majeurs ont été accomplis depuis l’an 2000 avec un taux de mortalité qui a chuté de plus de 25%, tout n’est pas encore gagné.

On estime qu’environ 660.000 personnes meurent chaque année du paludisme dans le monde, principalement des enfants de moins de 5 ans en Afrique sub-saharienne. Il y a plus de 200 millions de cas par an et la plupart ne sont ni dépistés, ni enregistrés. Dernièrement les progrès dans ce domaine ont été freinés par le ralentissement des financements internationaux et l’émergence d’une résistance de la maladie aux médicaments et aux insecticides risque de remettre en cause les avancées récentes.

Les chiffres : Mortalité en 2010

  • Un enfant meurt du paludisme toutes les 60 secondes.
  • A l’échelle mondiale: on diagnostique 219 millions de cas par an, entraînant 660.000 décès.
  • 91% de la mortalité était concentrée en Afrique sub-saharienne.
  • 86% des décès concernaient des enfants de moins de 5 ans.
  • 80% des décès dus au paludisme étaient concentrés dans 14 pays.

Chiffres OMS 2010 (Source: http://rbm.who.int/fr/worldmalariaday/child-dies-every-60-sec.htmlLien externe)

Evolution

Depuis 2000, les taux de mortalité due au paludisme ont baissé.

  • A l’échelle mondiale: baisse de plus de 25%.
  • En Afrique: baisse de 33%.
  • 50 pays sont en passe de réduire de 75% l’incidence du paludisme. Toutefois ces 50 pays représentent seulement 3% (soit 7 millions de personnes) de l’estimation totale du nombre de cas de paludisme.

En savoir plus sur le Partenariat Roll Back Malaria

C’est en 2007 que SAR la Princesse Astrid de Belgique est devenue la Représentante spéciale du Partenariat Roll Back Malaria.

Princess Astrid

De son engagement, elle disait ceci en 2012: "Je suis devenue la Représentante spéciale du Partenariat RBM parce que je trouve inacceptable que tant de gens souffrent et meurent d’une maladie évitable et traitable comme la malaria. Mon travail avec RBM me donne l’opportunité de voyager dans différents pays, tant en Asie qu’en Afrique, où j’ai vu les ravages de la malaria dans la population. J’ai également observé l’impact incroyable de solutions simples et peu coûteuses comme les moustiquaires imprégnées d’insecticide, les diffuseurs d’insecticide pour l’intérieur, des diagnostiques précis et des protocoles thérapeutiques appropriés. L’efficacité de ces outils est prouvée et ce sont des investissements peu onéreux de ce type qui pourront contribuer à changer le cours de l’histoire pour les générations présentes et à venir." (Interview "Up close: Her Royal Highness Princess Astrid of Belgium, Special Representative of RBM" - www.psi.org/impact-magazine/2012/05/close-her-royal-highness-princess-astrid-belgiumLien externe).

Lire aussi l’interview réalisée par RBM (PDF, 165.71 Kb)

La vision du Partenariat RBM est un monde libéré du fardeau du paludisme. Son but est d’atteindre, d’ici 2015, l'Objectif du millénaire pour le développement (OMD) propre au paludisme, et que le paludisme ne soit plus une cause majeure de mortalité, ni un obstacle à la croissance ou au développement social et économique, partout dans le monde. A long terme, le Partenariat se donne pour mission de réaliser l'éradication mondiale du paludisme, sans aucun nouveau cas de paludisme dans aucun pays. Pour en savoir plus: www.rbm.who.int/fr/index.phpLien externe

Implication de la Belgique dans la lutte contre le paludisme au niveau mondial

Depuis quelques années, la Coopération belge au Développement a choisi d’intégrer la lutte contre la malaria dans le soutien aux soins de santé.

Ce soutien s’articule autour de deux axes:

  • Grâce à des financements croissants, un plus grand nombre d’enfants dorment sous des moustiquaires imprégnées d’insecticide en Afrique sub-saharienne. Le financement international était d’1,9 milliard de dollars en 2011, un montant bien en dessous des 5 à 6 milliards de dollars requis pour l’accès universel à la prévention du paludisme et aux mesures de contrôle.
  • Les médicaments: ils demeurent souvent inabordables pour une large frange de la population dans les pays à revenus limités. Leur disponibilité est généralement insuffisante dans les établissements publics de santé et les prix pratiqués par le secteur privé sont trop élevés pour la plupart des citoyens.

La politique belge en la matière

Pour répondre à cette situation de pénurie, la Belgique apporte à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) une contribution financière globale, couvrant notamment ses activités relatives à l’accessibilité aux médicaments essentiels de qualité.

La Coopération belge joue un rôle actif dans la lutte contre les médicaments dont la qualité n’est pas garantie ou qui peuvent être tout simplement nocifs. Pionnière dans ce domaine, la Belgique finance notamment le projet innovant QUAMED, qui a pour objectif de contribuer à l’amélioration de l’accès à des médicaments de qualité en suscitant une prise de conscience auprès des acteurs du Nord et du Sud impliqués dans l’approvisionnement pharmaceutique et en renforçant les systèmes d’assurance-qualité et les procédures d’approvisionnement de ses partenaires. Pour en savoir plus sur QUAMED: www.quamed.org/fr/accueil.aspxLien externe.

Sites de référence :

Copyright photos: whoun.org

FacebookLien externe TwitterLien externeFlickrLien externeVimeoLien externe

Liens presse


Pour rester au courant de la politique étrangère belge:

Inscrivez-vous à notre liste de diffusion

Abonnez-vous au flux RSS de ce site web