Conseil aux voyageurs Burundi

Carte Burundi
Date: 13 juillet 2015
Toujours valable le 31 juillet 2015

Dernière mise à jour

A l’approche des élections, une tentative de coup d’Etat a eu lieu le 13/5/2015. Depuis lors, la situation reste tendue et le nombre d'incidents violents augmente à Bujumbura et à l'intérieur du pays. Tous les voyages au Burundi sont dès lors déconseillés.

Les Belges qui se trouvent actuellement au Burundi et dont la présence n’est pas essentielle, doivent envisager un départ éventuel, tant que les conditions normales le permettent.

Les Belges qui souhaitent rester au Burundi sont invités – s’ils ne l’ont déjà fait - à transmettre leurs coordonnées à l’Ambassade à Bujumbura par mail à l’adresse :  bujumbura@diplobel.fed.be et à suivre les consignes ci-dessous. Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web suivant : www.travellersonline.diplomatie.beLien externe.

Sécurité générale

Actualité

Des élections présidentielles sont planifiées pour le 21 juillet 2015. Des tensions à l’approche de ces élections ont déjà résulté dans une tentative de coup d’état  et une recrudescence des confrontations violentes. La situation reste tendue, davantage de tensions ne sont pas exclues. Les personnes qui se trouvent actuellement sur place sont invitées à faire preuve d’une vigilance accrue, à suivre de près l’actualité, à éviter les barrages militaires, tout rassemblement ou manifestation et à respecter les consignes des autorités locales.

Sécurité générale

Malgré une stabilisation générale de la situation sécuritaire après de longues années de guerre civile, des actes de violence ponctuels impliquant des individus lourdement armés se produisent encore régulièrement dans certaines régions du Burundi. Les Belges présents au Burundi devraient suivre les mesures de précaution supplémentaires suivantes :

• Bujumbura Mairie : il est strictement déconseillé de se rendre dans les quartiers populaires tels que Kanyosha, Musaga, Kamenge, Cibitoke, Ngagara, Nyakabiga…. Des confrontations violentes se produisent presque chaque jour dans certains de ces quartiers, de jour comme de nuit. Informez-vous avant de quitter ou de vous rendre à Bujumbura par la route, vu que les axes qui mènent vers la capitale traversent les quartiers déconseillés. Des jets sporadiques de grenades  se produisent dans le centre-ville. Il est recommandé d'éviter les lieux publics où se concentrent un grand nombre de personnes comme les gares routières, les marchés et les débits de boissons.

• Province de Bubanza : Des accrochages entre des positions militaires et de petits groupes armés sont possibles dans les réserves naturelles de la Rukoko (zone située au nord de la RN4 entre la frontière avec la RDC et la RN5). Il est formellement déconseillé de s’y rendre, de jour comme de nuit. Pour des raisons de sécurité, l’utilisation de la route qui longe cette réserve naturelle, la RN5, est déconseillé avant 9 heures ou après 16 heures.
 
• Province de Cibitoke : Fin 2014, il y eut des accrochages entre les forces de sécurité et un groupe armé. La situation est actuellement calme, mais il est conseillé de bien s’informer sur les évolutions récentes avant de voyager dans cette province, p.e. pour se rendre à Bukavu via la RN5.L’utilisation de la RN9 (qui longe la forêt de la Kibira) entre Bubanza en Bukinanyana est fortement déconseillée.

• Province de Kayanza : Le 11/7, il y eut des accrochages entre les forces de sécurité et un groupe armé dans le nord de cette province. La situation est actuellement calme, mais il est conseillé de bien s’informer sur les évolutions récentes avant de voyager dans cette province. Tous les voyages qui traversent la forêt de la Kibira sont fortement déconseillés, y inclus l’utilisation de la RN6 entre Rwegura et Bukinanyana.

• Pour les autres provinces, les déplacements en dehors des centres urbains sont strictement déconseillés aprè s 18 heures. Il est également fortement déconseillé d’y passer la nuit. Des déplacements à l'intérieur du pays peuvent être difficile suite aux manifestations ou des routes barricadées qui se produisent à certains endroits et qui ont parfois pris une tournure violente.  

• Par ailleurs, nous rappelons que le Burundi fait l'objet de menaces terroristes. La plus grande vigilance s’impose donc. Il est notamment recommandé d'éviter les lieux publics où se concentrent un grand nombre de personnes comme les gares routières, les marchés et les débits de boissons.

Divers

La baignade dans le lac Tanganyika n'est pas recommandée, étant donnée la présence de crocodiles et d'hippopotames, mais aussi de la bilharziose. Seules certaines plages offrent une certaine sécurité.

Criminalité

Le Burundi est un pays très pauvre avec la circulation d'un grand nombre d'armes au sein de la population, y compris dans les campagnes. Il y a un niveau inquiétant de la criminalité armée en ville, quelques cas de home-jacking ont été constatés. Des cas de vols de GSM ou autres objets par des « enfants de la rue » se produisent souvent.

Nous conseillons de rester extrêmement vigilants lorsque vous vous déplacez en ville après une opération de change ou un retrait bancaire. Les déplacements à pied après la nuit tombée sont formellement déconseillés, même en centre-ville.

En général, il n'y a pas d'hostilité envers les étrangers. Cependant, devant la grande pauvreté de la population les étrangers constituent une cible de choix et des cas de banditisme sont fréquents dans les campagnes. Une grande prudence est recommandée lors des déplacements à l'intérieur du pays, spécialement dans les lieux touristiques reculés. 

La police est peu disciplinée, mal équipée et peu efficace. La Justice est lente et peu fiable.

 

Transport

Sécurité /info routière

Réseau de routes asphaltées assez réduit, en général acceptable mais parfois en très mauvais état. Très peu de circulation, tant en ville qu'en dehors. Style de conduite parfois dangereux .Accidents fréquents, sans disponibilité de service d'intervention.

Conduire  la nuit est absolument à éviter. Location d'un 4x4 avec chauffeur recommandée pour les déplacements à l'intérieur du pays. L'accès à Bujumbura (entrée ou sortie de la ville) est contrôlée par la police le soir. Il est conseillé d'avoir franchi le col de Bugarama (à 50 minutes de route de Bujumbura) avant 16h30.

 

Sécurité /info ferroviaire et bus

Les transports collectifs (minibus, voiture et motos) sont déconseillés (véhicules bondés, surchargés et mal entretenus, style de conduite dangereux). 

Sécurité /info aérienne

Quatre compagnies ayant autorisation de vol en Europe sont présentes au Burundi : Brussels Airlines, Kenya Airways, South African Airways et Ethiopian Airlines.

Climat et catastrophes

Climat et phénomènes météorologiques

Climat assez chaud à Bujumbura, sans excès. Climat très sain d'altitude à l'intérieur du pays. Pluies tropicales en saison (octobre à janvier, avril à juin).

Catastrophes naturelles

A part quelques pluies tropicales et un faible risque de tremblements de terre, peu de catastrophes naturelles. Si une catastrophe ou un évènement imprévu se produit pendant leur séjour, les voyageurs sont invités à prendre contact au plus vite avec leur famille ou amis en Belgique pour les informer de leur situation et les rassurer. Si les communications avec l'étranger sont impossibles, ils s'adressent aux services de l'Ambassade ou du Consulat de Belgique le plus proche.

 

Santé et hygiène

Coûts/infrastructure soins médicaux

Pas de soins médicaux valables dans le pays en cas d'accident grave. Infrastructure de base à Bujumbura, mais soins aléatoires. Traitement antipaludéens disponibles. Il est absolument nécessaire de  prévoir une assurance-rapatriement et soins de santé. N'oubliez pas votre pharmacie de secours dûment remplie!

Risque eau potable et alimentation

Eau généralement non-potable. On trouve de l'eau en bouteille dans les centres urbains. Alimentation aléatoire, juger selon les conditions d'hygiène de l'endroit. Tourista fréquente, amibes.

Vaccinations

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire, parce que la fièvre jaune est présente ou peut être présente dans ce pays. Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé de tous les voyageurs âgés de plus d’ un an.

La vaccination contre l'hépatite A est fortement conseillée, ainsi qu'une mise à jour des vaccins contre la polio, le tétanos et la diphtérie. Consultez au moins 2 à 6 semaines avant votre départ les sites web de l'Institut de Médecine tropicaleLien externe et de l'Organisation mondiale de la santé afin d'obtenir des informations plus détaillées.

Risques sanitaires particuliers

Malaria / Paludisme

La malaria est endémique, parfois sous une forme mortelle (malaria cérébrale). Il est fortement conseillé de dormir sous une moustiquaire, d'utiliser des produits anti-moustiques contenant du DEET et de prendre un produit prophylactique pour les courts séjours. En fonction de votre état général, votre médecin vous indiquera le type de traitement le mieux adapté.

Diarrhée du voyageur

Les mesures visant à prévenir la diarrhée du voyageur, telles le lavage des mains et la désinfection de l’eau potable, sont essentielles. Dans le traitement de la diarrhée, il est primordial de prévenir et de traiter la déshydratation. Pour prévenir la déshydratation, on peut utiliser des solutions salines spéciales, disponibles en pharmacie. Il vaut mieux éviter les anti-diarrhéiques en vente dans les pharmacies locales ; ceux-ci sont le plus souvent inefficaces voire même dangereux.

SIDA, hépatites B et C

Les maladies sexuellement transmissibles sont très répandues.

Bilharziose

Ne vous promenez pas pieds nus dans des eaux stagnantes.

Législation locale

En tant que visiteur du pays, vous êtes soumis aux lois locales, tout comme les autochtones.

Drogues

Stupéfiants: culture, vente, transport et/ou possession est interdite ; servitude pénale entre 3 mois et 10 ans, plus amende. Ivresse publique : servitude pénale de 8 jours à 2 mois, plus amende.

Sexualité

Prostitution : est illégale au Burundi. Si on se livre à la prostitution, on peut être forcé à se soumettre à différentes obligations, comme l'interdiction de se rendre dans certains lieux, se présenter périodiquement aux autorités, se soumettre à des examens ou traitements. Si on incite à la prostitution, on risque une servitude pénale allant de 3 à 10 ans. Les relations homosexuelles sont punies d'une peine de prison de 3 mois à deux ans et/ou d'une amende de 50.000 à 100.000 BIF.

Photographie

Pas d'autres restrictions que la courtoisie d'usage.

Us et coutumes

Les Burundais sont d'un naturel discret et réservé. On évitera les approches et les questions trop directes, notamment sur les sujets ethniques.

 

Infos pratiques

Documents, monnaie, communication

Tous les documents de voyage nécessaires sont mentionnés sous la rubrique du même nom sur ce site web.

 A partir du 1er mars 2015, il n’est plus possible de se procurer un visa  à l’aéroport international de Bujumbura  afin d’entrer sur le territoire, et il faudra impérativement  faire la demande de visa préalablement au poste consulaire et diplomatique  dans le pays de résidence ou de provenance  avant de partir vers le Burundi.
Pour les ressortissants des pays dont le Burundi n’a pas de Représentation diplomatique ou consulaire, ces derniers doivent obtenir une “autorisation d’entrée” délivrée par le Responsable de l’immigration burundaise. Cette autorisation d’entrée leur permettra d’avoir des visas d’entrée à l’Aéroport International de Bujumbura.

Permis de conduire

Le permis belge est valable.

Modes de paiement

Cartes de crédit presque jamais acceptées, y compris dans la plupart des hôtels. Possibilité de retrait d’argent avec VISA dans quelques banques à Bujumbura. Transfert d'argent (Western Union) et de change possible à Bujumbura et dans les grands centres urbains. En cas de perte ou de vol de votre carte à l'étranger ou si vous soupçonnez une fraude, contactez immédiatement Card Stop - Tél. : +32 70 344344

Assurance de voyage

Vous êtes prié de vérifier si l'assurance fournie par votre mutualité couvre suffisamment les risques liés à votre destination et façon de voyager. Tenez compte du fait que cette assurance échoit après un séjour de 3 mois. Une assurance de voyage adaptée avec une couverture des risques complète est absolument indispensable (assistance judiciaire, soins médicaux et rapatriement, etc).

GSM et facilités de communication

Le téléphone fonctionne bien et à un prix modéré, en ville. Possibilité d'acheter des cartes GSM. Couverture dans les centres urbains, mais pas toujours dans les collines. Accès internet : quelques cybercafés existent dans les grands centres urbains, accès gratuit via WIFI dans plusieurs hôtels et restaurants à Bujumbura.

Animaux domestiques

Veuillez consulter la rubrique voyager avec des animaux familiers de notre site.

Assistance consulaire

En cas de problèmes sérieux imprévus à l'étranger, les Belges peuvent faire appel à l'ambassade et aux consulats de Belgique. Une assistance consulaire est donnée aux compatriotes ayant invoqué en vain une aide de la part des autorités locales (police locale) ou de sociétés de service privées (banque, assureur), et n'ont pas d'autre recours que se diriger vers une représentation diplomatique ou consulaire belge. Cette assistance prend fin dès que les voyageurs peuvent poursuivre leur voyage par leurs propres moyens.

Pour le Burundi, il est fortement recommandé à chaque visiteur de se présenter à l'Ambassade de Belgique à Bujumbura afin de s'inscrire sur la liste de sécurité. Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web suivant : www.travellersonline.diplomatie.beLien externe.