Conseil aux voyageurs Guinée

Carte Guinee
Date: 22 août 2014
Toujours valable le 1 novembre 2014

Dernière mise à jour

Tous les voyages vers la Guinée sont actuellement déconseillés, sauf pour le personnel médical déployés dans la lutte contre l’Ebola, en raison de possibles limitations dans les mouvements des voyageurs, imposées par les autorités locales pour contrer l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola. Les voyageurs doivent se rendre compte que les options pour quitter le pays sont limitées et qu’une baisse continue des possibilités de sortir n’est pas à exclure.

Sécurité générale

Sécurité générale

Actualité

Une fièvre hémorragique à virus Ebola a fait de nombreux morts en Guinée, avant tout au sein de la population locale, à plusieurs endroits dans le pays. Le foyer principal est situé en Guinée forestière dans la préfecture de Guékédou. Des cas ont également été rapportés dans les préfectures de Macenta, Kissidougou, Dabola, Conakry et récemment Télimélé et Boffa. La contamination s’est entre-temps étendue aux pays voisins et il n’est pas exclu que l’épidémie continue à se propager.

Suite à l’apparition de cette fièvre hémorragique, plusieurs postes frontaliers terrestres ont été fermés. Certaines compagnies aériennes ont suspendu leurs vols sur Conakry. Les voyageurs peuvent se voir confrontés à de plus en plus de limitations de leur liberté de mouvement et des possibilités de quitter le pays en raison des mesures d’urgence prises par les autorités locales dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola ainsi qu’en raison de la décision de plusieurs compagnies aériennes de suspendre leurs vols.

Les facilités médicales sur place sont sous  grande pression suite à la crise d’Ebola.

Si vous décidez de rester sur place, il vous est conseillé de vérifier avec votre assureur de voyage si votre assurance couvre vos frais médicaux ainsi qu’un rapatriement éventuel. Il est déconseillé de séjourner dans les zones touchées par la fièvre hémorragique. Il est également recommandé de se tenir informé des directives sanitaires émises par les autorités locales, de respecter strictement des règles d’hygiène, de se laver fréquemment les mains, de ne pas toucher des malades ayant une forte fièvre ou une gastro-entérite et de s'abstenir de consommer de la viande de chasse.

Le virus se transmet à l'homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Les premiers symptômes du virus se rapprochent d'un état grippal avec des fièvres, douleurs, diarrhées, vomissements. Le virus entre ensuite dans la phase proprement dite de fièvre hémorragique. La contamination se fait par des contacts directs avec du sang, des sécrétions, des organes ou liquides biologiques de personnes infectées.

Vous trouverez plus d’informations sur le site internet de l’European Centre for Disease PreventionLien externe , de l’Organisation Mondiale de la SantéLien externe (OMS)  et de l’Institut de Médecine TropicaleLien externe.

En cas de symptômes compatibles avec la maladie (fièvre, douleurs musculaires e.a.), il est conseillé de prendre contact avec le Centre Médico-Social de l’Ambassade de France au numéro de tél (+224) 656.44.87.45 (du lundi au vendredi de 08h30 à 12h00 et de 14h à 17h15 et le samedi de 09h à 12h) et au numéro de tél (+224) 631.35.42.10 ou (+224) 664.57.01.92 en dehors des heures de services.

Situation sécuritaire

Le régime du Président Alpha Condé est régulièrement confronté à des manifestations organisées par différentes couches de la population à Conakry et dans d’autres villes de Guinée, qui ont fait auparavant plusieurs morts. La prudence reste des lors de mise, en particulier à l’approche des élections locales prévues en 2014 et des élections présidentielles prévues en 2015. Pendant les élections de 2013, des affrontements ont éclaté entre les militants de la mouvance présidentielle et ceux de l’opposition dans les faubourgs de Conakry (Hamdalay, Bambeto, Cosa, Boussoura). Ainsi que des échauffourées entre manifestants et police dans la banlieue de Conakry après la proclamation des résultats définitifs le 15 novembre 2013, causant plusieurs blessés et un mort.

Les personnes qui se rendent en Guinée sont invitées à bien se renseigner sur l’évolution de la situation sécuritaire. Il est déconseillé de participer à des rassemblements populaires et à des manifestations. Les Belges qui voyagent en Guinée, sont invités à exercer une vigilance accrue et à prendre des mesures de sécurité lors de leurs déplacements dans les quartiers sensibles de Conakry et en dehors de la capitale. Ils sont également invités à se signaler auprès du Consulat honoraire à Conakry. Il est conseillé de demander une confirmation de votre réservation d’hôtel à Conakry par écrit pour vous assurer un logement durant votre séjour. N'hésitez pas à contacter l’Ambassade de Belgique à Dakar pour les dernières nouvelles sur la situation et d’informer l'Ambassade d'incidents dont vous auriez été le témoin. Il est recommandé de transmettre vos coordonnées, ainsi que la période et le lieu de votre séjour en Guinée, à l’Ambassade à Dakar.

Au vu de la situation qui prévaut dans la région sahélienne, et principalement au Mali, il est déconseillé, sauf raison impérative, de circuler le long de la frontière avec le Mali. Si des raisons impératives vous amenaient à emprunter la route qui longe cette frontière, il est fortement recommandé de respecter certains conseils de prudence. Il est également recommandé de signaler ce déplacement à l’Ambassade à Dakar.

Mi-juillet 2013, des troubles ethniques violents ont éclaté en Guinée forestière, causant la mort d’au moins 95 personnes”. Si le calme est maintenant revenu dans la région de Nzérékoré, il est cependant recommandé aux personnes envisageant de se rendre en Guinée Forestière de s’informer auprès de l’ambassade à Dakar avant tout déplacement dans cette région, compte tenu du caractère assez récurrent de ces affrontements.

Criminalité

Des vols à la tire, des agressions et des effractions à main armée se produisent régulièrement à Conakry. La situation économique désastreuse est à l'origine de ces actes. Plusieurs compatriotes ont été victimes d'effractions à domicile. Des barrages policiers sont installés à l'entrée et à la sortie des villes.

En voiture, il est recommandé de fermer les portes à clé, de remonter les vitres et de ne pas stationner dans les endroits peu éclairés ou peu fréquentés. Il est en général déconseillé de se déplacer la nuit dans les quartiers périphériques de Conakry.

Il est déconseillé de se déplacer la nuit en province. Il vaut également mieux ne jamais voyager seul. Les voyageurs doivent être très prudents et font bien de prendre les précautions suivantes: ne pas porter de bijoux ou d’autres objets de valeurs de manière ostentatoire et éviter les endroits publics forts fréquentés comme les marchés.

Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI)

Depuis début 2012 le Nord Mali – pays voisin de Guinée – est occupé militairement par un mouvement rebelle touareg et surtout par des mouvements salafistes liés à l’AQMI (Al Qaeda au Maghreb Islamique). Ces groupes sont responsables de plusieurs enlèvements d’Occidentaux au Mali, au Niger et en Mauritanie durant ces dernières années. En raison de menaces terroristes émises par des personnes ou groupes liés à AQMI et au vu de la situation qui prévaut dans la région sahélienne, et principalement au Mali, il est déconseillé, sauf raison impérative, de circuler le long de la frontière avec le Mali. Si des raisons impératives vous amenaient à emprunter la route qui longe cette frontière, il est fortement recommandé de respecter certains conseils de prudence : aucun déplacement de nuit, une discrétion totale sur votre trajet avant le départ, préconisation d’un voyage en convoi (au moins à 2 ou 3 véhicules)… Il est également recommandé de signaler ce déplacement à l’Ambassade à Dakar. A ce jour, la Guinée n’a toutefois jamais connu d’attentat terroriste ou d’enlèvement par AQMI.

 

Transport

Sécurité /info routière

En raison du mauvais état du réseau routier et du parc automobile et eu égard au nombre important d'accidents, les voyageurs sont priés d'être vigilants. En cas d'accident, il est conseillé de ne pas quitter la voiture afin d'éviter d'éventuelles réactions agressives de la part des spectateurs et de se rendre immédiatement au commissariat de police le plus proche pour y déposer une déclaration.

L'utilisation d'une voiture de terrain est indispensable à l'intérieur du pays. Veillez également à disposer de tous les documents d'identité et de bord, des contrôles étant fréquents. Il est préférable de voyager en convois de deux ou trois véhicules équipés de moyens radios ou d'autres moyens de communication dès qu'on s'éloigne des axes principaux. Evitez la circulation de nuit dans les régions, du fait des barrages et de l'absence de secours d'urgence en cas d'accident.

Sécurité /info aérienne

La sécurité de l'aéroport de Conakry tend à s'améliorer. Toutefois, compte-tenu de l'état général médiocre des aéronefs et des horaires fluctuants, il est conseillé de ne pas utiliser les vols intérieurs. Le fonctionnement des liaisons aériennes entre la Guinée et la Sierra Leone est aléatoire. Ce trajet est assuré par des compagnies qui ne satisfont pas toujours aux normes habituelles de sécurité. Certaines d'entre-elles figurent sur la liste noire européenne des compagnies aériennes. Dans ces conditions, il est recommandé d'emprunter la voie routière pour se rendre de Conakry à Freetown. Des informations sur la qualité et la sécurité des compagnies aériennes locales, avec les références nécessaires, e.a. au site web de la Commission européenneLien externe.

Securité /info trafic ferroviaire et transports en commun

Les transports en commun, lorsqu'ils existent, sont peu fiables et peu sécuritaires. Les taxis et les bus sont mal entretenus et la plupart des conducteurs non qualifiés.

Climat et catastrophes

Climat et phénomènes météorologiques

Deux grandes saisons : saison sèche de novembre à mai et saison des pluies (une des plus importantes de la planète dans la région avec plus de 4 mètres de précipitations par an) de mai à septembre.

Quatre variantes régionales déclinent ce climat : sur la côte maritime il fait très humide, faible amplitude thermique (moyenne de 25 à 30 degrés) et six mois de pluies. Moyenne Guinée - Fouta Djalon (nord-ouest) : climat d'altitude plus sec et plus frais (3 à 4 degrés certaines nuits). En Guinée forestière (sud-est) : tropical, très forte pluviométrie à partir de mai. Haute Guinée et le Pays Malinke (nord-est) : sec et très chaud à partir de mars.

Catastrophes naturelles

Si une catastrophe ou un évènement imprévu se produit pendant leur séjour, les voyageurs sont invités à prendre contact au plus vite avec leur famille ou amis en Belgique pour les informer de leur situation. Si les communications avec l'étranger sont impossibles, ils s'adressent aux services de l'Ambassade (ou/et du Consulat) de Belgique ou de l’UE le plus proche.

Santé et hygiène

Coûts/infrastructure soins médicaux

Il est vivement recommandé de souscrire à une assurance 'soins de santé et rapatriement'. L'infrastructure médicale sur place est très limitée et les coûts pour un rapatriement médical sont souvent très élevés. Il existe à Conakry, deux cliniques disposant chacune de structures chirurgicales et d'une ambulance. : Ambroise Paré et Pasteur.

Numéros d'urgence utiles sur Conakry :
Centre médico-social de l'ambassade de France: 30.47.10.36, fax : 30.47.10.37
Clinique Pasteur : 30.43.00.74/75/76
Clinique Ambroise Paré : 30.41.13.68 ou 63.35.10.10
Centre mère et enfants (clinique pédiatrique qui assure notamment le suivi des enfants de l'école et du lycée français) : 60.21.73.25 ou 60.21.17.81 ou 60.21.21.90

N'oubliez pas votre pharmacie de secours dûment remplie!

Risque eau potable et alimentation

A cause de la récurrence des épidémies de choléra (la dernière datant d’août 2013), il est impératif de suivre scrupuleusement les règles élémentaires d'hygiène (voir infra). Les voyageurs sont conseillés de s'abstenir de boire de l'eau ne provenant pas de bouteilles capsulées et de veiller à désinfecter les fruits et légumes consommés crus. 
 
Vaccinations

La vaccination contre l'hépatite A et la méningite à méningocoque est fortement conseillée, ainsi qu'une mise à jour des vaccins contre la polio, le tétanos et la diphtérie. Le vaccin contre la fièvre jaune est nécessaire. Consultez au moins 2 à 6 semaines avant votre départ les sites web de l'Institut de Médecine tropicale et de l'Organisation mondiale de la santé  afin d'obtenir des informations plus détaillées.


Risques sanitaires particuliers

Fièvre hémorragique

Une fièvre hémorragique contagieuse a fait son apparition en Guinée forestière, dans les préfectures de Macenta, Guékédou et Kissidougou, et a entraîné des décès. Des cas ont également été confirmés à Conakry. Dans ce contexte, il est déconseillé de se déplacer ou de séjourner dans les zones touchées par la fièvre hémorragique, sauf raison impérative. Il est également recommandé de se tenir informé des directives sanitaires émises par les autorités guinéennes, de respecter strictement des règles d’hygiène, de se laver fréquemment les mains, de ne pas toucher des malades ayant une forte fièvre ou une gastro-entérite et de s’abstenir de consommer de la viande de chasse. Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se propage ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Les premiers symptômes du virus dans son premier stade se rapprochent d’un état grippal avec des fièvres, douleurs, diarrhées, vomissements. Le virus entre ensuite dans la phase proprement dite de fièvre hémorragique. La contamination se fait par des contacts directs avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques de personnes infectées. Quand une personne présente de la température (fièvre, douleurs musculaires etc) vous êtes invités à prendre contact avec les services de l’Ambassade de France, le centre médico-social au (+224) 656.44.87.45 (du lundi au vendredi de 08h30 à 12h00 et de 14h à 17h15 et le samedi de 09h à 12h) et au (+224) 631 35 42 10 ou (+224) 664.57.01.92 en dehors des heures d’ouverture.

Malaria / Paludisme

La malaria est endémique en Guinée. Il est fortement conseillé de dormir sous une moustiquaire, d'utiliser des produits anti-moustiques contenant du DEET et de prendre un produit prophylactique pour les courts séjours. En fonction de votre état général, votre médecin vous indiquera le type de traitement le mieux adapté.

Fièvre Dengue

La dengue est une infection virale transmise par les moustiques qui piquent surtout pendant la journée et en début de soirée. La dengue est endémique en Guinée et surtout pendant la saison des pluies. Les symptômes sont une fièvre élevée, des douleurs musculaires et articulaires ainsi que des éruptions cutanées. Il n'existe pas de vaccin. Etant donné que cette maladie est dangereuse et parfois mortelle, il est important de consulter immédiatement un médecin lors de la constatation des symptômes et de se protéger contre les moustiques, en utilisant un produit anti-moustiques contenant du DEET, en dormant sous une moustiquaire et en portant des vêtements longs. La dengue survient dans les villes ainsi qu'à la campagne.

Diarrhée du voyageur

Les mesures visant à prévenir la diarrhée du voyageur, telles le lavage des mains et la désinfection de l'eau potable, sont essentielles. Dans le traitement de la diarrhée, il est primordial de prévenir et de traiter la déshydratation. Pour prévenir la déshydratation, on peut utiliser des solutions salines spéciales, disponibles en pharmacie. Il vaut mieux éviter les anti-diarrhéiques en vente dans les pharmacies locales ; ceux-ci sont le plus souvent inefficaces voire même dangereux.

Fièvre jaune

Vaccin est nécessaire vu que cette maladie est endémique en Guinée. Si vous venez d'un autre pays où la fièvre jaune est aussi endémique, la vaccination est officiellement obligatoire pour pouvoir entrer en Guinée.

SIDA, hépatites B et C

Les maladies sexuellement transmissibles sont très répandues en Guinée. Il est indiqué de se protéger.

Bilharziose

Ne vous promenez pas pieds nus dans des eaux stagnantes.

Choléra

De mauvaises conditions d’hygiènes sont la première cause de l’émergence du choléra. La contamination est principalement interhumaine. Dès lors que les recommandations qui suivent sont respectées, le risque de contracter la maladie est très faible.
Evitez les baignades dans les eaux stagnantes et ne buvez pas l’eau du robinet. 

Ne consommez pas des aliments ou des boissons vendus dans la rue, notamment poissons et fruits de mer. Cuisez bien les aliments et mangez-les pendant qu’ils sont chauds.
Lavez soigneusement vos mains au savon.

Pour information, le vaccin anticholérique ne fournit qu’une protection brève et incomplète. Il ne protège en aucun cas contre le choléra.

Méningite

Il y a régulièrement des épidémies de méningite. Une vaccination contre la méningite est recommandée.


Législation locale

En tant que visiteur du pays, vous êtes soumis aux lois locales, tout comme les autochtones.

Drogues

La Guinée applique la législation internationale en matière de lutte contre les stupéfiants.
La vente et la consommation d'alcool sont autorisées sans restriction.

Sexualité

L'homosexualité est punissable en Guinée et les tabous sociaux, religieux et culturels sont tenaces.

Photographie

La photographie est autorisée quoique modérément appréciée et interdite autour des sites militaires, des commissariats de police et postes de gendarmerie et, à Conakry, du palais présidentiel.

Us et coutumes

La Guinée est un état laïc. 90% de sa population est musulmane, 10% chrétienne.

Varia

Nous souhaitons attirer votre attention sur le fait que la Guinée connaît une production et vente considérables de contrefaçons (vêtements de marque, sacs à mains, e.a.). Dans la plupart des pays de l'UE, l'achat de contrefaçons est un acte illégal. Les voyageurs qui rentrent en Belgique après un séjour en dehors de l'UE peuvent être contrôlés. Les contrefaçons sont alors confisquées et le voyageur se voit infliger une amende allant de 50 à 20.000 euro.

Infos pratiques

Documents, monnaie, communication

Tous les documents de voyage nécessaires sont mentionnés sous la rubrique du même nom sur ce site web.

Permis de conduire

Permis international.

Modes de paiement

La monnaie est le franc Guinéen. Veuillez consulter votre banque ou votre agent de change pour connaître le cours de change. L'usage de la carte de crédit est possible à Conakry dans certains hôtels. En cas de perte, vol ou fraude relatif à une carte de banque ou de crédit belge, contactez immédiatement Card Stop (0032 70 344 344).

Assurance de voyage

Vous êtes prié de vérifier si l'assurance fournie par votre mutualité couvre suffisamment les risques liés à votre destination et façon de voyager. Tenez compte du fait que cette assurance échoit après un séjour de 3 mois. Une assurance de voyage adaptée avec une couverture des risques complète est absolument indispensable (assistance judiciaire, soins médicaux et rapatriement ¿).

GSM et facilités de communication

Il y a quatre operateurs de mobil phonie actifs en Guinée: INTERCEL Guinée, AREEBALien externeGuinea (MTN), Sotelgui sa (LAGUI) et Orange. Aucun operateur n'a des accords de roaming avec des operateurs belges. Il est à signaler que des négociations sont en cours et qu'elles vont aboutir rapidement

Animaux domestiques

La même réglementation que l'Europe avec puce électronique. Pour plus d'information cliquez iciLien externe. 

Assistance consulaire

En cas de problèmes sérieux imprévus à l'étranger, les Belges peuvent faire appel à l'ambassade et aux consulats de Belgique. Une assistance consulaire est donnée aux compatriotes ayant invoqué en vain une aide de la part des autorités locales (police locale) ou de sociétés de service privées (banque, assureur), et ne pouvant plus que se diriger vers une représentation diplomatique ou consulaire belge. Cette assistance prend fin dès que les voyageurs peuvent poursuivre leur voyage par leurs propres moyens.

Les voyageurs se rendant en Guinée sont priés d'avertir le Consulat honoraire de Conakry ou l'Ambassade de Belgique à Dakar, adresses ci-dessous.