Conseil aux voyageurs Maroc

Carte Maroc
Date: 08 avril 2014
Toujours valable le 24 juillet 2014

Dernière mise à jour

La vigilance est de mise. Il est vivement recommandé de respecter les conseils et les mesures de sécurité mentionnés ci-dessous.

 

Sécurité générale

Informations générales

En avril 2011, un attentat à la bombe dans un café touristique de la Place Jamaa El Efna à Marrakech a fait 17 morts, pour la plupart des touristes étrangers. Quatre personnes ont été arrêtées, dont l’auteur de cet attentat qui a été condamné à la peine de mort (mais pas exécuté). La vigilance au Maroc à l’égard  des attentats terroristes a été rehaussée.

En 2011, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans diverses villes du Maroc, dans le cadre de ce qu’on appelle Mouvement du 20 février. Le plus souvent, ces manifestations se sont déroulées dans le calme et la discipline, tandis que dans certains cas elles ont donné lieu à des confrontations entre manifestants d’une part et services d’ordre ou contre-manifestants d’autre part. En 2012, les manifestations sont davantage le fait d’extrémistes religieux. Enfin, à cause du hooliganisme, les matches de football ne sont pas sans risque.

Les visiteurs européens, en groupe ou isolés, sont généralement les bienvenus au Maroc. Cependant, des manifestations ou des actes individuels d'hostilité à leur égard ne peuvent être totalement exclus.

Il est recommandé aux touristes belges d'adopter une attitude discrète et d'éviter d'éventuelles manifestations et des rassemblements de foule inhabituels, notamment aux abords des mosquées (principalement le vendredi) et aux alentours des universités et des stades de football. Les voyageurs veilleront aussi à se distancier des discussions sur des thèmes politiques.

Il est conseillé aux Belges voyageant au Maroc de suivre l'actualité avant et pendant leur séjour, de faire preuve de vigilance face aux développements à même d’engendrer des troubles publics et de se conformer aux instructions des autorités locales chargées de la sécurité.

Risque terroriste

Ces dix dernières années, le Maroc a été le théâtre de plusieurs graves attentats terroristes. C’est ainsi qu’en mai 2003 plus de 40 morts ont été dénombrés dans un attentat à Casablanca. Les attentats suicides de 2007 à Casablanca et Méknès, outre leurs auteurs, n’ont heureusement fait qu’une seule victime mortelle. Le 28 avril 2011, lors d’un attentat à la bombe dans un café touristique sur la très célèbre Place Jamaa El Efna de Marrakech, 17 morts ont été dénombrés.
Etant donné les événements énumérés ci-dessus, il y a lieu de considérer que le risque de violence contre les intérêts occidentaux existe bel et bien.

Dans le contexte général d'un risque accru du terrorisme, actuellement accentué dans la région du Maghreb, il est conseillé aux Belges d'être extrêmement vigilants dans les lieux fréquentés par les visiteurs occidentaux (villes et sites touristiques, hôtels, restaurants, clubs, cinémas, écoles étrangères, moyens de transport...), lesquels peuvent constituer des cibles pour d'éventuels attentats. Le risque terroriste consiste essentiellement en attentats (à la bombe). Les enlèvements et prises d’otages, comme récemment constatés au Mali et en Mauritanie, sont au Maroc beaucoup moins probables.

Criminalité

Le Maroc connaît un taux de criminalité relativement faible. La vigilance reste néanmoins de mise à l'égard de la petite délinquance commune aux grandes destinations touristiques (vol de sacs à main, portefeuilles, montres, bijoux, GSM).

La production et le trafic de drogue, en particulier dans le nord du pays (Rif), sont étroitement surveillés par les autorités et les infractions très sévèrement punies. Il en va de même pour la possession et la consommation de drogue. Voir la rubrique "Législation locale" pour en savoir plus.

Les personnes désireuses d’investir dans l’immobilier doivent se méfier de certains escrocs actifs dans ce domaine. Voir la rubrique "Législation locale".

Il est conseillé de ne pas porter de bijoux et autres objets de valeur de manière ostentatoire. Au Maroc comme ailleurs, les signes extérieurs de richesse suscitent ou peuvent accroître les vols. Il est prudent de ne pas circuler seul, la nuit, dans les quartiers périphériques ou dans les rues peu éclairées des agglomérations et d'utiliser de préférence un taxi.

Il convient également de se montrer particulièrement prudent dans les lieux isolés (dont les plages), propices à d'éventuelles agressions. En particulier, les visiteuses de sexe féminin soucieuses d’éviter le harcèlement veilleront à porter une tenue vestimentaire et balnéaire adéquate. Les plages non payantes ou non surveillées sont à éviter, on préférera les « beach clubs ».

Certains touristes ont été dévalisés lors d'un voyage en train de nuit. Il convient d'être vigilant et de ne pas accorder sa confiance au premier venu. Il est aussi recommandé de se montrer prudent lors d'un voyage dans la zone frontalière avec l'Algérie, notamment dans le «grand sud» marocain.
Autres recommandations

Dans le contexte du dossier du Sahara occidental, il est recommandé à tous les visiteurs de la région de respecter scrupuleusement la réglementation et les instructions en vigueur concernant la prise de photos/images des infrastructures sensibles.

 

Transport

Sécurité / Info routière

Bien que l'état des routes soit relativement bon (le réseau autoroutier est excellent), la circulation routière reste, malgré les récents efforts des autorités, dangereuse. Le Maroc connaît un des taux les plus élevés d'accidents de la route.  Malgré l’introduction du Nouveau Code de la Route en octobre 2010, le nombre d’accidents mortels continue à augmenter.

En raison de ces nombreux accidents, la conduite de nuit est à éviter, notamment sur les grands axes routiers (Casablanca-Rabat, Casablanca-Marrakech, Rabat-Nador, ...) mais aussi sur l’ensemble du réseau secondaire.

Pour les excursions dans les régions désertiques, il convient de se renseigner avec précision sur les itinéraires, de ne faire appel qu'à des guides officiels et d'utiliser un équipement adéquat (véhicule 4x4,...). Il est également conseillé, lors de la traversée du Sahara occidental, de ne pas s'écarter de l'itinéraire autorisé (route goudronnée). Par ailleurs, au Nord, il est déconseillé de s'aventurer dans la région du Rif, particulièrement sur la route Chefchaouen - Ketama, sans la présence d'un guide fiable (voir aussi l’onglet « Législation locale »).

Sécurité / Info aérienne

Les lignes aériennes desservant le Maroc sont sûres. Il est néanmoins recommandé de consulter le site de la Commission Européenne .

Sécurité / Info navigation

Le transport par bateau est essentiellement limité à la traversée d'Espagne (ou de France) vers le Maroc et inversement. Les compagnies navales assurant ce transport sont sûres. Au début et à la fin des vacances d’été, prévoir une longue attente aux ports d’embarquement.

Sécurité / Info ferroviaire, bus et taxi

Les chemins de fer constituent un moyen de transport sûr, bon marché et agréable. Cependant, toutes les villes du Maroc ne sont pas desservies par l'ONCF, la compagnie ferroviaire nationale.

Dans les agglomérations, les taxis représentent le moyen de transport le plus simple et le plus rapide. En revanche, entre les agglomérations non desservies par le chemin de fer, le voyageur n’a le choix qu’entre les « grands taxis » surchargés ou des compagnies d'autobus et autocars de qualité très inégale. Certaines compagnies assurant le voyage Belgique-Maroc ne valent guère mieux. De nombreux accidents d'autocar - dont certains mortels - sont régulièrement signalés, aussi bien à l’intérieur du Maroc que sur les itinéraires à destination du pays.

 

Climat et catastrophes

Catastrophes naturelles

Les catastrophes naturelles d'importance sont rares au Maroc. Exceptionnellement, le pays subit des tremblements de terre, dont le plus récent fut celui d'Al Hoceima en 2004.

Si une catastrophe ou un évènement imprévu se produit pendant leur séjour, les voyageurs sont invités à prendre contact au plus vite avec leur famille ou amis en Belgique pour les informer de leur situation. Si les communications avec l'étranger sont impossibles, ils s'adressent aux services de l'Ambassade (Rabat) ou du Consulat (Casablanca, Tanger) de Belgique le plus proche.

Problèmes météorologiques et climatiques

La force des marées et les courants au large des côtes rendent les baignades en mer dangereuses, même sur les plages surveillées. Ces dernières sont minoritaires et les noyades sont relativement fréquentes. Le principal risque météorologique est lié la sécheresse des régions désertiques du Sud et de l'Est du Maroc. Il importe de s'informer des conditions météorologiques prévalant dans ces régions avant de s'y rendre.

En automne 2010, des pluies torrentielles ont causé des dizaines de morts ainsi que des dégâts considérables aux routes et ponts dans plusieurs régions du pays. Il convient d'être plus prudent lors des précipitations aigues, surtout dans la montagne et dans les alentours des lits de fleuves, même quand ils paraissent asséchés.

Santé et hygiène

Coûts / infrastructure soins médicaux

L'infrastructure et les soins médicaux sont de qualité variable. Les cliniques et hôpitaux privés offrent des services se rapprochant davantage des standards européens. N'oubliez pas votre pharmacie de secours dûment remplie !

Risque eau potable et alimentation

Dans les centres touristiques et les grandes villes, l'hygiène est généralement bonne. Il est toutefois recommandé d'appliquer les règles d'usage : boire de l'eau minérale, ne consommer que des fruits et légumes abondamment lavés.

Vaccinations

Aucun vaccin obligatoire. Si vous voyagez dans des conditions sanitaires incertaines, ou si vous séjournez fréquemment ou pour une longue période à l'étranger, la vaccination contre l'hépatite A est fortement conseillée, ainsi qu'une mise à jour des vaccins contre la polio, le tétanos et la diphtérie. Consultez au moins 2 à 6 semaines avant votre départ les sites web de l'Institut de Médecine tropicaleLien externe et de l'Organisation mondiale de la santéLien externe afin d'obtenir des informations plus détaillées.

Risques sanitaires particuliers

Aucun risque particulier n'est à signaler, hormis ce qui est mentionnés ci-après.

Malaria / Paludisme

La malaria n'est pas endémique au Maroc. Dans certaines régions très limitées du Moyen et Haut Atlas, on note certains cas de paludisme. Dans ces cas, il est conseillé d'utiliser des produits anti-moustiques contenant du DEET et de prendre un produit prophylactique pour les courts séjours.

Diarrhée du voyageur

Les mesures visant à prévenir la diarrhée du voyageur, telles le lavage des mains et la désinfection de l'eau potable, sont essentielles. Dans le traitement de la diarrhée, il est primordial de prévenir et de traiter la déshydratation. Pour prévenir la déshydratation, on peut utiliser des solutions salines spéciales, disponibles en pharmacie. Il vaut mieux éviter les anti-diarrhéiques en vente dans les pharmacies locales ; ceux-ci sont le plus souvent inefficaces voire même dangereux.

SIDA, hépatites B et C

Des cas de maladies sexuellement transmissibles sont mentionnés. Il est indiqué de se protéger.

Hautes altitudes

Les voyageurs qui souhaitent parcourir le Moyen et Haut Atlas devront vérifier si leur condition physique leur permet d'être actifs à de telles altitudes. Monter en haute altitude comporte des risques même pour les personnes en bonne santé. Prenez contact avec l'Institut de Médecine tropicaleLien externe avant votre départ.

Législation locale

En tant que visiteur du pays, vous êtes soumis aux lois locales, tout comme les autochtones.

Drogues

Le trafic, la détention ou l'usage de stupéfiants, même en infime quantité en vue d'une consommation personnelle, sont très sévèrement réprimés.

Les voyageurs veilleront à faire leurs bagages eux-mêmes et à les surveiller pendant le voyage. Il ne faut jamais accepter de convoyer des lettres ou paquets provenant de connaissances rencontrées au cours du voyage. Si vous vous déplacez en voiture ou en poids lourd, ne confiez jamais le véhicule à des tiers (même à des connaissances) pour un dépannage ou une réparation. Sur la route, notamment dans la région du Rif (nord du pays, axe Chefchaouen – Ketama), les contrôles policiers sont fréquents et rigoureux. En cas de découverte de drogue, le véhicule est le plus souvent saisi et le conducteur arrêté.

Ajoutons que les conditions de détention dans les prisons marocaines sont difficiles, que la plupart des avocats ne sont guère efficaces et que les modalités de transfèrement sont longues.

A la vue des milliers d’hectares de cannabis cultivés en toute impunité, certains visiteurs de la région du Rif peuvent avoir l’impression qu’il règne une certaine tolérance. En réalité il n’en est rien, du moins pour les étrangers. Les producteurs-vendeurs ont pour consigne de les dénoncer. Bien souvent, ceux-ci seront contrôlés au premier barrage de police. Ou alors, les policiers laissent passer le véhicule suspect et ses occupants, mais prennent soin de les signaler immédiatement à la police des frontières. Il faut savoir que chaque dénonciateur est rétribué, et que les touristes ne sont pas les bienvenus dans la filière d’exportation de la drogue. Celle-ci est aux mains de mafias locales liées à des réseaux de trafiquants internationaux.

Les chauffeurs de poids lourds (autocars et camions), en particulier, sont susceptibles d'être les victimes malheureuses des agissements illicites des mafias actives dans le trafic de drogues ou l'immigration clandestine. Ils veilleront donc à ce que des colis ne puissent être embarqués à leur insu à bord du véhicule et que des personnes ne puissent s'y introduire subrepticement:

• en protégeant la remorque ou les soutes à bagages au moyen d'un cadenas, de scellés ou d'une autre méthode de protection qui empêche l'accès à des tiers,
• en mentionnant le numéro des scellés ou du cadenas sur les documents de bord,
• en ne stationnant que dans des endroits visibles et bien éclairés (en évitant notamment les lisières de bois),
• en veillant à se regrouper lors des arrêts et en ne laissant jamais le véhicule sans surveillance après avoir fermé soigneusement fenêtres et portières,
• en contrôlant le véhicule après chaque arrêt avant de reprendre la route.

Si le moindre doute subsiste, les chauffeurs éviteront d'entrer dans le véhicule et préviendront la police tout en s'assurant de leur sécurité.

Transactions immobilières 

Les citoyens belges désireux d’investir dans l’immobilier au Maroc doivent être extrêmement prudents en raison de nombreux cas d’escroquerie signalés dans l’ensemble du pays. Vu la complexité habituelle de ces dossiers et le contexte légal et judiciaire au Maroc, il est généralement difficile, long et coûteux pour les victimes d’escroquerie d’obtenir réparation devant les tribunaux. Il est donc conseillé de faire preuve de la plus grande prudence avant toute opération immobilière et de recueillir l’avis de professionnels (cabinets immobiliers, notaires, avocats,…) compétents et fiables.  

Trafic de véhicules

Le trafic de véhicules est attentivement surveillé aux frontières et fermement sanctionné. Il faut se méfier des propositions vous invitant à venir prendre en charge un véhicule au Maroc pour le compte d’un tiers afin de le rapatrier en Belgique. Il peut s’agir d’un véhicule volé ou dont les papiers sont falsifiés, voire dans lequel on a dissimulé de la drogue.

Sexualité

Les relations hors mariage, de même que les relations homosexuelles, sont des délits punis par la loi, bien qu'une certaine tolérance existe si la discrétion accompagne ces relations. La prostitution est un délit. Il convient de souligner que la majorité sexuelle est établie à 18 ans au Maroc et que les relations sexuelles avec des mineurs sont évidemment punissables.

Photographie

Il est interdit de photographier les sites militaires, les bâtiments (et représentants) des forces de l'ordre et, sauf autorisation explicite, les palais et bâtiments royaux et l'intérieur des lieux religieux.
Us et coutumes

Les voyageurs sont invités à respecter les coutumes et les traditions locales. Les sujets sensibles à caractère politique ou religieux sont à éviter. Le Maroc est un pays musulman où le Roi est le chef de l'Etat et le Commandeur des Croyants. Il convient de s'abstenir de critiques à l'égard de la famille royale et de l'Islam et d'adopter un comportement et une tenue vestimentaire respectueux de cette religion.

Durant le mois de Ramadan, le respect du jeûne est obligatoire pour tous les musulmans. Les non-musulmans ne sont en principe pas tenus de respecter cet interdit mais il est préférable de s’abstenir de manger ou boire en public.

Bien que les non-musulmans au Maroc puissent, dans une très large mesure, pratiquer leur religion, les autorités marocaines n'hésitent pas à intervenir fermement contre toute tentative visant à convertir un musulman à une autre religion. La loi prévoit en la matière des peines de prison et des amendes. Les musulmans qui ne suivent pas le rite malékite sunnite doivent également faire preuve de la discrétion nécessaire.

Binationaux

Les Belges qui possèdent également la nationalité marocaine sont informés que, durant leur séjour au Maroc, ils sont considérés comme citoyens marocains par les autorités marocaines, notamment en matière de statut personnel.

Varia

Nous attirons votre attention sur le fait que le Maroc connaît une production et vente considérable de contrefaçons (vêtements de marque, sacs à mains, e.a.). Dans la plupart des pays de l'UE, l'achat de contrefaçons est un acte illégal. Les voyageurs qui rentrent en Belgique après un séjour en dehors de l'UE peuvent être contrôlés. Les contrefaçons sont alors confisquées et le voyageur se voit infliger une amende allant de 50 à 20.000 euro.

Infos pratiques

Documents, monnaie, communication

Tous les documents de voyage nécessaires sont mentionnés sous la rubrique du même nom sur ce site web. Pour un séjour de maximum trois mois au Maroc, chaque voyageur belge, y compris les enfants, doit posséder un passeport national en cours de validité tant pour entrer dans le pays que pour en sortir.

Permis de conduire

Le permis de conduire européen est accepté au Maroc, durant une période maximale de trois mois.
Modes de paiement

En cas de perte, vol ou fraude relatif à une carte de banque ou de crédit belge, contactez immédiatement Card Stop (0032 70 344 344). La monnaie est le dirham, veuillez consulter votre banque ou votre agent de change pour connaître le cours de change.

Les banques et bureaux de change procèdent à l'échange euro en dirham et inversement.Vous pouvez aussi retirer des dirhams avec les principales cartes de crédit utilisées en Belgique (Visa, MasterCard). En revanche, depuis le 1er janvier 2011, pour pouvoir utiliser votre carte de débit (Bancontact/MisterCash) au Maroc, il faut faire débloquer la fonction « Maestro » par la banque belge émettrice de la carte : à demander quelques semaines avant le départ. La limite de retrait est entre 2.000 et 4.000 Dirhams par opération.

Assurance de voyage

Vérifiez si l'assurance fournie par votre mutualité couvre suffisamment les risques liés à votre destination et façon de voyager. Tenez compte du fait que cette assurance échoit après un séjour de 3 mois à l’étranger. Une assurance de voyage et de rapatriement adaptée avec une couverture des risques complète est absolument indispensable (assistance judiciaire, soins médicaux et rapatriement).

GSM / facilités de communication

Les opérateurs GSM belges offrent des facilités de roaming au Maroc. Les principaux opérateurs locaux (Maroc Telecom, Meditel, Inwi) proposent également un éventail de possibilités.

Animaux domestiques

Les animaux domestiques doivent avoir un certificat sanitaire délivré par le service compétent en Belgique.

Assistance consulaire

En cas de problèmes sérieux imprévus à l'étranger, les Belges peuvent faire appel à l'ambassade et aux consulats de Belgique. Une assistance consulaire est donnée aux compatriotes ayant invoqué en vain une aide de la part des autorités locales (police locale) ou de sociétés de service privées (banque, assureur), et ne pouvant plus que se diriger vers une représentation diplomatique ou consulaire belge. Cette assistance prend fin dès que les voyageurs peuvent poursuivre leur voyage par leurs propres moyens.

Coordonnées des postes belges au Maroc :cliquez iciLien externe