Conseil aux voyageurs Venezuela

Carte Venezuela
Date: 16 février 2014
Toujours valable le 19 avril 2014

Dernière mise à jour

Depuis début février, des manifestations d'étudiants ont vu le jour dans certaines régions du Venezuela, surtout dans la capitale mais également dans les villes universitaires comme Barquisimeto, Valencia, Puerto Ordaz et autres. Quelques manifestations ont tourné à la violence, avec comme résultat des blessés et même des victimes mortelles. Des bandes armées abusent des manifestations pacifiques pour provoquer les troupes de l'ordre. Une vigilance particulière est de mise dans les villes et les manifestations doivent être évitées à tout prix.

Sécurité générale

Actualité

A partir du 1 février 2014, tous les voyageurs internationaux en départ de ou vers le Venezuela sont obligés de disposer d’une assurance de voyage conformément à la législation locale. Celle-ci sera offerte par la compagnie aérienne ou par l’agence de voyage. Les voyageurs sont priés de se renseigner en détail auprès de leur compagnie aérienne ou, le cas échéant, de leur agence de voyage avant de planifier un voyage.

Quand le voyageur se voit obligé de passer par l’aéroport international de Maiquetía (Caracas), une vigilance particulière est recommandée. Des bandes armées contrôlent les zones à l’extérieur des bâtiments de l’aéroport. A partir de 22h et jusqu’à 6h du matin, la police et la gendarmerie ne sont plus présentes dans ces zones de façon permanente et, dans la mesure du possible, il est donc préférable d’éviter des vols aussi tardifs. Le voyageur veillera à limiter ses délais d’attente à l’extérieur des bâtiments au strict minimum. Il est fortement déconseillé de porter ostensiblement des objets de luxe ou de l’argent. Il vaut mieux ne pas céder aux ‘chauffeurs de taxis pirates’ insistants, offrant au voyageur de l’assister avec ses bagages (pour ensuite réclamer un pourboire) ou des services de taxi.

La compagnie aérienne d’Etat CONVIASA a récemment été biffée de la liste noire de l’Union européenne. Par contre, il faut prendre en considération que les standards de sécurité à respecter par les compagnies aériennes locales ne correspondent pas à celles de l’UE.

Depuis la saisie de drogues sur un vol européen en septembre 2013, le contrôle des passagers et des bagages a été renforcé pour tout départ vers l’Europe depuis l’aéroport international de Maiquetía (Caracas), entraînant souvent jusqu’à 2 heures de délai d’attente supplémentaire aux guichets des Services de l’immigration. Il est recommandé au voyageur d’en tenir compte.

Les voyageurs doivent être particulièrement vigilants à ne pas se laisser impliquer (inconsciemment) dans des affaires liées à la drogue, surtout sur l'île de Margarita.

Sécurité générale

Manifestations politiques

Des manifestations, politiques ou autres, peuvent se produire au Venezuela. Ces manifestations pouvant mener à des conflits entre les manifestants et les services de l’ordre, il convient de les éviter.

Risque terroriste

La bande frontalière avec la Colombie (les provinces de Zulia, Táchira, Barinas et l’ouest d’Apure) est l'objet de fréquentes incursions par des groupes armés colombiens, engagés dans des activités de narcotrafic et criminelles. Les voyages non essentiels vers cette région sont déconseillés.

Criminalité

La criminalité et l'insécurité se situent à un niveau extrêmement préoccupant, et font du Venezuela un des pays les plus dangereux du monde. Cette criminalité se concentre principalement à Caracas, ainsi que dans la région frontalière avec la Colombie (Etats de Zulia, Táchira, Barinas et l’ouest d’Apure).

La criminalité, parfois liée au narcotrafic, prend des formes multiples : vol, vol à main armée, piraterie routière, vol à domicile, enlèvement, allant jusqu’au meurtre. Elle comporte généralement un haut degré de violence (utilisation d’armes blanches ou à feu).

Dans les grandes villes, des attaques armées sur les piétons et les automobilistes à l'arrêt sont récurrentes. Le risque d’enlèvement en échange de rançon est également en augmentation ainsi que les cas de clonage illégal de cartes de banque.

Quand le voyageur se voit obligé de passer par l’aéroport international de Maiquetía (Caracas), une vigilance particulière est recommandée. Des bandes armées contrôlent les zones à l’extérieur des bâtiments de l’aéroport. A partir de 22h et jusqu’à 6h du matin, la police et la gendarmerie ne sont plus présentes dans ces zones de façon permanente et, dans la mesure du possible, il est donc préférable d’éviter des vols aussi tardifs. Le voyageur veillera à limiter ses délais d’attente à l’extérieur des bâtiments au strict minimum. Il est fortement déconseillé de porter ostensiblement des objets de luxe ou de l’argent. A l’intérieur ou autour du bâtiment de l’aérport, on essaye parfois de convaincre des voyageurs internationaux de changer de l’argent en comptant, ce qui est illégal.

Il vaut mieux ne pas céder aux ‘chauffeurs de taxis pirates’ insistants, offrant au voyageur de l’assister avec ses bagages (pour ensuite réclamer un pourboire) ou offrant des services de taxi. Dans des cas exceptionnels, ils commettent des escroqueries, enlèvements et vols à main armée. Il est fortement conseillé d’emprunter son propre moyen de transport, ou de se faire transporter par des connaissances. Si cela s’avère impossible, il est conseillé de faire appel à la compagnie de taxis officielle de l’aéroport (voitures noires, de type 4x4 marque Ford Explorer, avec plaques jaunes). A cette fin, contactez le coördinateur (portant une radio) au niveau de la sortie du terminal international (première étage), qui pourra vous renseigner sur les tarifs applicables.

Il est déconseillé d’entreprendre toute forme de voyage ‘alternatif’ ou ‘d’aventure’ (voyages non accompagnés, randonnée, vélo, moto, ...) dans l’ensemble du pays.

Afin de limiter les incidents liés à la criminalité, il vous est conseillé d'observer à tout instant les mesures de précaution suivantes :
• évitez les quartiers défavorisés des grandes villes (« barrios » ou « zonas rojas ») ;
• ne portez pas de signes ostentatoires de richesse (pc, gsm, montre, bijoux, etc.) ;
• limitez vos déplacements le soir / pendant la nuit dans les grandes villes et évitez de vous déplacer seul ;
• faites appel aux compagnies de taxis officielles (à réserver par téléphone) ;
• pendant les trajets en voiture, gardez les fenêtres et les portes verrouillées ;
• évitez la pratique du camping sauvage et de l'autostop ;
• effectuez vos retraits d'argent durant la journée et à des endroits fréquentés ;
• ne confiez pas vos cartes de banque à autrui et limitez leur usage ;
• portez sur vous une copie de vos documents de voyage ;
• cherchez à contacter prioritairement le Bureau Diplomatique à Caracas en cas de démêlés avec les services de l’ordre ;
• en cas de vol, ne résistez pas et remettez immédiatement aux agresseurs ce qu'ils demandent.

Portez sur vous les numéros d'urgence suivants :

• la police  : 171
• service incendie : +58 (0212) 545 45 45
• service d'urgence médicale – Premiers Soins : 171 (depuis un téléphone portable : *171)

Transport

Réseau routier

Le pays dispose d'un réseau routier étendu, mais gravement endommagé.  Une prudence accrue et une planification du voyage sont indispensables.

L’assistance routière n’existant plus, il est recommandé de prévoir dans votre véhicule : liquide de refroidissement, eau déminéralisée, roue de secours et kit d’urgence.

Le code de la route étant peu respecté, une conduite défensive s'impose. La conduite de nuit devrait dans la mesure du possible être évitée.

La circulation dans la capitale est extrêmement dense. Tenez-en compte dans tous vos déplacements.

Il est préférable de conduire avec les fenêtres et portes verrouillées par souci de sécurité.

En voyageant au Venezuela, le chauffeur peut être confronté à des postes de contrôle armés (« alcabalas »). Faites toujours preuve de collaboration. Le fait de payer des dessous de table pour obtenir un passage libre est illégal.

Selon la loi pénale vénézuélienne, le chauffeur est responsable de chaque accident de circulation. Ce dernier peut être mis sous arrestation provisoire quand il y a des blessés.

Il n'existe pas de système de numérotation des habitations au Venezuela, et bon nombre de noms de rue ne sont pas signalés. Les adresses sont souvent données sous la forme d'un nom de bâtiment et d'un nom de quartier (« urbanización »). Un bon plan de la ville est donc indispensable.

Transports en commun

• métro : Caracas jouit d'un système de métro relativement sûr et sécurisé, mais souffrant de fréquents problèmes techniques ;
• lignes d’autocar longue distance : réseau dense, relativement sûres, mais la vigilance s'impose ;
• bus dans les villes : leur usage est fortement déconseillé pour des raisons de sécurité ;
• taxi : faites appel aux compagnies de taxis officielles (à réserver par téléphone) ;
• train : la seule ligne de train, entre Caracas et Valles del Tuy, souffre de fréquents problèmes techniques ;
• tram : n'existe pas au Venezuela ;
• voyages organisés : faites toujours appel à un guide qualifié.

Aviation

A partir du 1 février 2014, tous les voyageurs internationaux en départ de ou vers le Venezuela sont obligés de disposer d’une assurance de voyage conformément à la législation locale. Celle-ci sera offerte par la compagnie aérienne ou par l’agence de voyage. Les voyageurs sont priés de se renseigner en détail auprès de leur compagnie aérienne ou, le cas échéant, de leur agence de voyage avant de planifier un voyage.

La compagnie aérienne d’Etat CONVIASA a récemment été biffée de la liste noire de l’Union européenne. Par contre, il faut prendre en considération que les standards de sécurité à respecter par les compagnies aériennes locales ne correspondent pas à celles de l’UE.

Les nombreuses compagnies locales utilisent souvent des avions de modèles ne répondant pas aux normes de sécurité. En plus, le nombre d’incidents de sécurité liés au vieillissement de l’infrastructure des aéroports est en augmentation. Gardez toujours à l’esprit l’éventualité de grands retards ou de déviations des vols.

Les autorités douanières et la gendarmerie à l'aéroport de Maiquetia effectuent souvent des contrôles de bagages. Evitez d'insérer des objets précieux dans votre bagage de soute, et collaborez toujours avec les services de l’ordre.

Enfin, il est fortement conseillé de consulter des agences de voyage pour organiser vos déplacements aériens à l'intérieur du pays. De plus amples informations peuvent être obtenues sur les sites : http://ec.europa.eu/transport/air-ban/list_fr.htmLien externe  et http://www.airsafe.comLien externe 
 
Navigation

L'usage de petites embarcations (« lanchas ») est fréquent pour les déplacements vers les nombreuses plages et îles du pays. Veillez toujours à ce que vous soit fourni un gilet de sauvetage. Evitez de  demander aux “taxis d’eau” de vous emmener vers des plages désertes, où des vols à main armée peuvent se produire.

Des actes de piraterie sont fréquents dans les eaux vénézuéliennes, notamment autour de l'île de Margarita et de la péninsule de Paria. La plus grande prudence s'impose donc. En cas de menace, alertez tout de suite la garde côtière en communiquant deux fois l’indicatif "coast guard control" via le canal VHF 16.

Climat et catastrophes

Climat et phénomènes météorologiques

Les températures au Venezuela sont particulièrement clémentes (autour de 25-30°C toute l'année, un peu moins élevées dans la région andine), mais les pluies peuvent y être très violentes. Il est donc conseillé de ne pas entamer de séjour ou d'expédition sans avoir récolté d'informations sur la situation météo.

À la plage, il faut se méfier des courants qui peuvent être surprenants. Durant la haute saison ou lors des weekends, la majorité des plages touristiques sont surveillées par des sauveteurs.

Catastrophes naturelles

De mai à novembre, les côtes du Venezuela, y compris l'île de Margarita et l'archipel de Los Roques, peuvent être affectées par les queues des cyclones qui traversent les Caraïbes. Des glissements de terrain peuvent également se produire, surtout dans la partie andine du pays.

Si une catastrophe ou un évènement imprévu se produit pendant leur séjour, les voyageurs sont invités à prendre contact au plus vite avec leur connaissances en Belgique et avec le Bureau diplomatique de Belgique à Caracas pour les informer de leur situation.

 

Santé et hygiène

Une hygiène adéquate et une vigilance accrue par rapport aux symptômes de maladie sont indispensables pour tout voyageur entrant en territoire vénézuélien.

Soins médicaux

Les soins de santé dans les hôpitaux privés des grandes villes sont en général de qualité, mais très coûteux. Souvent, ces hôpitaux ne traitent de patients qu'en échange du paiement préalable ou contre le dépôt d'une carte de crédit. Les soins dans les hôpitaux publics sont en général de mauvaise qualité. Il est donc fortement conseillé de contracter une assurance complémentaire « soins de santé » et/ou « rapatriement ». De même, n'oubliez pas votre pharmacie de secours.

• service d'urgence médicale – Premiers Soins : 171 (depuis un gsm *171)
• service d'urgence médicale Ambulancias Metropolitana : +58 (0212) 545 45 45
• Centre Anti-poison : +58 (0212) 606 71 11 / +58 (0212) 681 15 15

Risques eau potable et alimentation

L'eau du robinet n'est pas propre à la consommation si elle n'a pas au préalable été filtrée ou portée à ébullition. Il est conseillé de se limiter à l'eau en bouteille et d’éviter les glaçons (eau du robinet).

En général, la qualité des aliments est bonne. Les aliments pouvant engendrer des malaises sont surtout les crustacés et les mollusques (particulièrement à l’intérieur du pays, eu égard à une chaîne du froid déficiente) et les crudités (suite à un nettoyage à l’eau du robinet).

Vaccinations

Consultez au moins 2 à 6 semaines avant votre départ les sites web de l'Institut de Médecine tropicale.

Aucun vaccin n'est exigé pour accéder au territoire vénézuélien. Cependant, la vaccination et/ou un traitement prophylactique contre la malaria sont bel et bien indispensables si vous planifiez  de voyager :

• dans les zones de forêt vierge et les zones marécageuses ;
• dans des conditions sanitaires incertaines ;
• fréquemment ou pour une longue période à l'étranger (dont au Venezuela).

Tous les voyageurs pour le Venezuela, quelles que soient la durée ou les circonstances du séjour, doivent être protégés contre l'Hépatite A.

Risques de santé particuliers

Malaria (Paludisme)

La plus grande partie du pays ne comporte pas de risque de malaria. Il n’existe pas de risque de contamination dans les villes ni sur l’île de Margarita.

La malaria est endémique dans les Etats Amazonas, Anzoategui, Bolivar, Monagas, Sucre, Delta Amacuro, Apure et Zulia, il existe un risque de contamination.

Dans ces zones à risques, les mesures préventives suivantes sont nécessaires :

• L’administration d’un produit prophylactique ;
• L’utilisation de produits anti-moustiques, surtout le soir, pendant la nuit et au petit matin ;
• Pendant les voyages aventureux dans les régions rurales ou dans des conditions sanitaires incertaines : dormir sous une moustiquaire, préalablement imprégnée de perméthrine ou de deltaméthrine.

Fièvre dengue

La dengue est endémique au Venezuela et surtout pendant la saison des pluies. Contrairement au paludisme, la dengue survient aussi bien dans les villes qu'à la campagne. Il n'existe pas de vaccin. Les mêmes mesures préventives comme pour le paludisme sont nécessaires. Les symptômes sont une fièvre élevée, des douleurs musculaires et articulaires ainsi que des éruptions cutanées. Etant donné que cette maladie est dangereuse, il est primordial de consulter immédiatement un médecin lors de la constatation des symptômes. 
 
Diarrhée

Les mesures visant à prévenir la diarrhée, telles le lavage des mains et la désinfection de l'eau potable, sont essentielles. Dans le traitement de la diarrhée, il est primordial de prévenir et de traiter la déshydratation. Pour prévenir la déshydratation, on peut utiliser des solutions salines spéciales, disponibles en pharmacie. Il vaut mieux éviter les « anti-diarrhéiques » et les  « antiseptiques intestinaux » en vente dans les pharmacies locales. Ceux-ci sont le plus souvent inefficaces voire, dangereux.

Fièvre jaune

Le vaccin n’est pas obligatoire, néanmoins il est vivement recommandé pour toute personne à partir de l’âge de 9 mois, dans le cas où le voyageur ne compte pas se limiter à un séjour dans Falcon, Lara, Yaracuy, Carabobo, Miranda, Isla Margarita et les villes Caracas et Valencia.

SIDA, Hépatites B et C

Il est indiqué de se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles.

Bilharziose

La contamination peut avoir lieu lors de contact physique avec les eaux douces stagnantes. Évitez donc le contact avec ce genre d’eaux. La consommation d’eau non préalablement portée à ébullition provenant d’une source d’eau naturelle peut également engendrer la contamination. La baignade dans une piscine chlorée ne comprend pas de risques.

Trypanosomiase américaine (Maladie de Chagas)

Pendant les voyages aventureux dans les régions rurales, il peut y avoir un risque d’infection de cette maladie, transmise par des punaises. Quand on loge dans des huttes primitives, dans un logement présentant des conditions sanitaires incertaines ou en l’air, il est recommandé de prendre les précautions suivantes :

• dormir sous une moustiquaire (de préférence avec un drap supplémentaire au-dessus de la moustiquaire) ;
• l’utilisation régulière de produits anti-moustiques ;
• l’utilisation régulière d’insecticide dans la pièce de logement.

Hautes altitudes

Les voyageurs souhaitant parcourir les Andes vénézuéliennes devront vérifier si leur condition physique leur permet d'être actifs à de telles altitudes. Monter en haute altitude comporte des risques même pour les personnes en bonne santé.

Législation locale

En tant que visiteur du pays, vous êtes soumis aux lois locales, tout comme les autochtones.

Drogues

Les infractions à la loi sur les stupéfiants sont punies de peines de prison. Il est vivement recommandé de ne pas se laisser impliquer dans des affaires liées à la drogue. Surtout sur l’île de Margarita une vigilance accrue est à respecter. L'ivresse est interdite sur la voie publique.

Sexualité

L'exploitation sexuelle des mineurs est un délit grave, et des peines de prison allant jusqu'à 8 ans sont prévues pour les contrevenants.

Photographie

Il est interdit de photographier les bâtiments militaires. Il est toujours courtois de demander leur permission avant de photographier les autochtones.

Us et coutumes

Comme partout ailleurs, les voyageurs sont invités à respecter les usages et coutumes locaux.

Varia

L'importation d'animaux et de végétaux ainsi que de leurs dérivés est réglementée. Le cas échéant, il revient donc au voyageur de s'informer de façon anticipée des formalités auprès de l'Ambassade du Venezuela à Bruxelles.

Infos pratiques

Tous les documents de voyage nécessaires sont mentionnés sous la rubrique du même nom sur ce site web.

Permis de conduire

Un permis de conduire belge - européen est suffisant pour louer une voiture ou pour conduire au Venezuela. Pour les séjours de plus de six mois, vous devrez obtenir un permis de conduire vénézuélien (en passant une épreuve théorique, une épreuve pratique et un examen médical). 

Modes de paiement

Afin de pouvoir utiliser voscartes de banque européennes (cartes de débit et de crédit), il est indispensable de demander à votre banque de les débloquer à l’avance.

Dans la plupart des établissements, hôtels et magasins, les cartes de crédit européennes (de crédit ou de débit immédiat) sont couramment acceptées comme mode de paiement. Une grande prudence s'impose lors des opérations de retrait et de l'usage de cartes de banque, les risques de vol et/ou de fraudes diverses étant importants.

Les nombreux distributeurs d’argent dans les villes mais également à l’intérieur du pays vous permettent de retirer de l’argent liquide moyennant vos cartes de banque européennes. Il n’est souvent possible de retirer plus que 400 VEF par retrait. Le transfert d’argent liquide moyennant Western Union est également possible.

En cas de perte, vol ou fraude relatif à une carte de banque belge, contactez immédiatement Card Stop (0032 70 344 344) afin de faire opposition.

La monnaie locale est le Bolívar (VEF). Il est impossible de s'en procurer ou d'en revendre en Belgique. En 2003, un contrôle des changes a été établi par le gouvernement entre le Bolívar et le USDollar. A l'heure actuelle, le taux de change officiel est fixé à  6,30 BsF pour 1 USDollar.

Ce système a donné naissance à un marché des changes parallèle, et les touristes sont parfois sollicités par des particuliers pour changer des devises de manière illégale, notamment dans les aéroports internationaux du pays (Maiquetía et Margarita). La loi sur le contrôle des changes confère aux banques et à l’instance étatique CADIVI le monopole des transactions en devises, au taux officiel. Les personnes qui accepteraient de changer leurs devises auprès de particuliers s'exposent à des peines de prison, mais aussi à des arnaques de tous types.

Assurance de voyage

Vous êtes prié de vérifier si l'assurance fournie par votre mutualité couvre suffisamment les risques liés à votre destination et façon de voyager. Tenez compte du fait que cette assurance vient à expiration après un séjour de 3 mois.

Une assurance de voyage adaptée avec une couverture des risques complète est absolument indispensable (assistance judiciaire, soins médicaux et rapatriement).

Pour les nouvelles obligations vénézuéliennes en matière d’assurance de voyage à partir du 1 février 2014, consultez la section “Transports” – “Aviation”.

Facilités de communication

Les communications téléphoniques sont de qualité variable. Les téléphones portables belges à double ou à triple bande fonctionnent en général parfaitement au Venezuela. Les 3 principaux opérateurs locaux de téléphonie mobile sont Digitel, Movistar et Movilnet.

Les connections Internet sont de façon générale de qualité moyenne mais sont généralement bien accessibles. L’Internet mobile fonctionne bien dans la capitale.

La tension électrique locale est de 110 volt (les prises ainsi que les fiches sont du type NEMA 1 et NEMA 5) et de  220 volt (les prises ainsi que les fiches sont du type AS 3112 – “Type 1”). Tenez en compte pour l'usage de vos appareils électriques. 
 
Assistance consulaire

En cas de problèmes sérieux imprévus à l'étranger, les Belges peuvent faire appel à l'ambassade et aux consulats de Belgique. Une assistance consulaire est donnée aux compatriotes ayant invoqué en vain une aide de la part des autorités locales (police locale) ou de sociétés de service privées (banque, assureur), et ne pouvant plus que se diriger vers une représentation diplomatique ou consulaire belge. Cette assistance prend fin dès que les voyageurs peuvent poursuivre leur voyage par leurs propres moyens.

Le pays traversant périodiquement des phases d'instabilité, le voyageur est invité à signaler au Bureau diplomatique sa présence dans le pays et à se mettre en contact avec elle en cas de difficulté.

Les communications se feront de préférence par e-mail (caracas@diplobel.fed.be) ou par téléphone (+58 (0) 212 276 93 33). Pour les urgences uniquement, l'ambassade est joignable 24h/24 par un numéro de garde (+58 (0) 414 318 5686). L'adresse du Bureau diplomatique est : Edificio San Juan, Avenida San Juan Bosco con 2da Transversal, Altamira, Caracas, Venezuela.