Egypte

Carte Egypte

 

 
Dernière mise à jour

En référence à la menace terroriste sérieuse dans toute l’Egypte, une vigilance accrue est recommandée et ce, même dans les régions touristiques.
Les voyages dans le nord du Sinaï, le Désert occidental et les frontières avec la Libye et le Soudan sont déconseillés.
Les voyages vers le sud du Sinaï, à l'exception de la zone hôtelière autour de Sharm el Sheikh, sont déconseillés.
Tenez-vous au courant de l’actualité à travers les médias.
Tenez-vous à distance des manifestations et attroupements.
Suivez les consignes de la police locale et des autorités compétentes.
Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web suivant : https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

ACTUALITE

Il y a régulièrement des attaques terroristes. La plupart sont dirigées contre la police dans le Nord Sinaï. Il y a également des attaques au Caire et dans les alentours. Le 09/12/16 une attaque a ainsi coûté la vie à 6 policiers autour des pyramides de Giza. Le 11/12/16 25 personnes sont décédées dans une attaque à la bombe dans une église copte adjacente à la Cathédrale du Caire, en octobre 2016.
 
Ces dernières années plusieurs incidents ont par ailleurs touché des ressortissants étrangers: en 2015 le consulat d'Italie a été frappé par une voiture piégée et un avion reliant Sharm el Sheikh et Saint-Pétersbourg a été victime d’un attentat. En janvier 2016 un bus de touristes a été la cible de tirs à Giza, près des pyramides d’autres ont été victimes d’attaques perpétrées par des hommes armés de couteaux à Hurghada.

 Il y a occasionnellement des manifestations dans différentes villes dans le pays.

Pendant les fêtes des 5 ans de la révolution du 25 janvier 2016, un étudiant italien a disparu; il a été retrouvé mort une semaine plus tard et portait des signes de torture. L'enquête est toujours en cours.

SECURITE GENERALE 

1. Menace terroriste

Soyez à tout moment et partout particulièrement vigilants, compte tenu du risque terroriste accru.
La plupart des attaques sont dirigées contre les bureaux de police et les bâtiments militaires, mais les touristes peuvent également constituer une cible, tant dans les centres touristiques que dans des lieux plus isolés.
Evitez de vous trouver près de bâtiments et de véhicules de la police ou de l'armée.
Soyez vigilants à proximité des édifices religieux, des stations de métro et des bâtiments des autorités.
Evitez les déplacements hors du Caire dans un véhicule isolé ou de nuit.
Respectez les instructions de la police et des instances sécuritaires. Dans les aéroports et ailleurs, vous pouvez être confrontés à des mesures de sécurité supplémentaires.

2. Manifestations et attroupements

Les manifestations publiques sont interdites sans autorisation spéciale; elles ont cependant lieu, notamment lors des célébrations des événements de ces dernières années ou suite aux développements régionaux (comme  en Libye, Syrie, Israël, Yémen ou la bande de Gaza).

La diffusion, en Occident, de publications qui peuvent être perçues comme anti-Islam, peuvent provoquer des manifestations soudaines, entre autres devant les ambassades occidentales.

Suivez l'actualité dans les médias locaux et restez à l’écart de possibles points chauds comme les mosquées, les bâtiments des autorités ou les syndicats. En cas de tensions, limitez vos déplacements en dehors des complexes hôteliers.
Evitez manifestations et attroupements et suivez les instructions des autorités.

 

3. Votre comportement dans les lieux publics

Veillez à garder profil bas. Evitez les discussions en public sur des sujets sensibles, surtout à caractère politique.
Soyez très prudent en photographiant dans la rue; ne prenez pas de photos dans les environs de bâtiments publics et de manifestations.
La photographie de sites et bâtiments militaires est interdite. Les forces de l’ordre peuvent vous arrêter si elles trouvent votre comportement suspect, même s’il n’y a pas de raison apparente. Cet avertissement vaut également pour des journalistes accrédités.

4. Criminalité

La vigilance est de mise à l'égard de la petite délinquance (vol de sacs à main et de portefeuilles). Des cas d’agressions physiques sont signalés, mais restent peu fréquents. Le harcèlement et la violence sexuels sont un problème réel. Des cas de vols, attaques, car-jackings peuvent se produire.

Il est déconseillé de se déplacer de nuit sur les autoroutes ou sur les routes peu fréquentées. Pour les longues distances, déplacez-vous de préférence avec plus qu’un véhicule.

De plus en plus de cas d'escroqueries nous ont été rapportés. Après une relation d'amitié, amoureuse ou en vue d'un mariage, des touristes (pour la plupart féminins) sont parfois sollicités pour contribuer financièrement à un projet (virtuel).

Il est vivement conseillé aux Belges envisageant une activité commerciale, une location ou l'achat d'un bien immobilier de solliciter l'assistance d'un avocat égyptien impartial et de ne rien signer avant de disposer d'une traduction par un traducteur certifié.

En cas d'accident ou d'action criminelle dont vous seriez victime, prenez immédiatement contact avec la police touristique (n° de tel. 126). 
 
DIRECTIVES PAR REGION

a. Le Caire et Alexandrie

Suivez la situation dans les médias et évitez les lieux sensibles aux moments précaires.
Compte tenu du risque terroriste accru une vigilance toute particulière est recommandée dans les grandes villes.Restez à l'écart de toute manifestation.

b. La Mer Rouge (Hurghada, El Gouna et Marsa Alam)

Ne sortez pas des zones hôtelières et faites preuve de beaucoup de vigilance.
Si vous prenez la route vers ces sites balnéaires, déplacez-vous avec plusieurs véhicules et uniquement de jour.

c. Sharm el Sheik et le sud du Sinaï

Les voyages vers le sud du Sinaï, à l'exception de la zone hôtelière autour de Sharm el Sheikh, sont déconseillés.
Suite au crash d'un avion russe en octobre 2015, probablement à cause d’un attentat terroriste, des mesures de sécurité spécifiques ont été prises à l'aéroport de Sharm el Sheikh.
Compte tenu de la menace terroriste, soyez très vigilants à Sharm el Sheikh.
Les voyages par route, en ce compris les visites à Taba et au monastère de Sainte-Catherine, ainsi que les excursions hors de Sharm el Sheikh, sont déconseillés.

d. La Haute Egypte (Louxor, Assouan, Abu Simbel)

Une vigilance accrue est de mise, en raison du risque terroriste.
Les voyages vers Louxor, Assouan et Abou Simbel restent possibles. Il est toutefois recommandé de voyager en groupe. Les déplacements individuels en véhicule entre ces villes sont déconseillés de jour comme de nuit.
Dans ces villes aussi,  des manifestations pouvant donner lieu à de la violence, une vigilance toute particulière est recommandée. Restez à l’écart de toute manifestation.

e. Le nord du Sinaï et le poste frontière vers Gaza de Rafa

Les voyages dans le nord du Sinaï sont vivement déconseillés.
L’armée et la police égyptienne affrontent, dans le nord du Sinaï, des unités terroristes, dont l’une d’entre elles s’est alliée à l’IS (État Islamique).

Le poste frontière de Rafah avec la Bande de Gaza n’est ouvert que sur base aléatoire. Le franchissement de ce poste pour passer à Gaza est dans tous les cas déconseillé, d’autant plus que les ambassades et consulats belges de la région peuvent difficilement offrir de l’assistance dans la Bande de Gaza.

f. La Moyenne Egypte, le Delta du Nil et les villes du Canal de Suez

Des voyages non-essentiels en Moyenne Egypte (Minya, Qena, Assiout, Fayoum), le delta du Nil et les villes du Canal de Suez (Port Saïd, Ismaïlia, Suez) sont déconseillés en raison de la menace terroriste et d’attroupements.

g. Frontières avec la Libye et le Soudan/ le Désert occidental

Les voyages vers le Désert occidental sont déconseillés et actuellement interdits par les autorités égyptiennes.

Vu la situation agitée en Libye, il est fortement déconseillé de se rendre dans la région frontalière entre l'Egypte, le Soudan et la Libye.
Cette région est aussi le théâtre de trafic d’armes et autre.

Par ailleurs, de très nombreuses mines et engins explosifs datant de la Deuxième Guerre mondiale contaminent encore la région frontalière avec la Libye.