Didier Reynders organise une Conférence internationale sur la médiation à Bruxelles

 

Le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Didier Reynders organise aujourd'hui au Palais d'Egmont à Bruxelles une conférence internationale sur la médiation. Avec le Roi Philippe, il vient de déclarer ouverte la conférence. La conférence de Bruxelles veut contribuer à ouvrir la voie à une réflexion plus large sur la médiation, en tant qu'instrument essentiel de gestion des conflits. Une douzaine de ministres et orateurs de haut niveau, ainsi que près de trois cents diplomates et experts participent à la conférence.
 
Les conflits dans le monde accroissent non seulement en nombre, mais aussi en intensité et en complexité. Le nouveau Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres souhaite que l'ONU soit focalisée encore davantage sur la prévention des conflits et sur la médiation. Didier Reynders partage entièrement ce point de vue. Il a annoncé l'organisation de cette conférence au cours de l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre de l'année passée. La Belgique tient à assumer sa responsabilité quant à la promotion et au maintien de la paix et de la sécurité internationale.
 
La conférence vise trois objectifs, qui seront abordés au sein de différents panels interactifs : encourager les échanges d'expériences entre les médiateurs actifs, tirer des leçons de ces expériences afin d'optimiser la gestion présente et future des conflits et promouvoir un réseau inclusif pour la médiation entre les organisations, les experts et les pays intéressés. La médiation internationale doit en effet s'adapter aux nouvelles circonstances, avec une ouverture d'esprit, de nouvelles compétences et des techniques innovatrices. La médiation doit aussi plus se situer dans le contexte du développement durable de la paix : anticiper pour empêcher de retomber dans un conflit et élaborer des structures démocratiques capables de subsister en cas de nouvelles tensions. Cela dépasse le niveau local et national et requiert une contribution de la communauté internationale.
 
Les organisations régionales peuvent aussi jouer un rôle plus important. L'expertise présente et la réaction très positive à l'invitation lancée par Didier Reynders garantissent une contribution concrète à la promotion de la négociation au sein des Nations Unies. Le slogan de la candidature belge pour un siège non permanent dans le Conseil de Sécurité des Nations Unies est ainsi mis en pratique : « Bâtir le consensus, agir pour la paix ».