Aperçu des notes stratégiques

L’objectif d’une note stratégique est de définir et de justifier une vision et des priorités communes autour d’un thème, d’un secteur ou d’une approche de la coopération belge. Elle est élaborée par la DGD qui élabore les politiques de développement au niveau fédéral.

 
Agriculture et Sécurité alimentaire

Cette note stratégique de la Direction Générale de la Coopération au Développement pour le secteur de l’agriculture et de la sécurité alimentaire définit les axes d’intervention prioritaires de la coopération belge dans ce secteur. Cette note s’inscrit dans un effort d’amélioration de l’efficacité de l’aide et constitue une réponse à plusieurs attentes. 

 
Aide humanitaire

Cette note expose la stratégie de la Belgique en matière d’aide humanitaire pour les prochaines années. Elle a été établie dans le respect des principes humanitaires d’humanité, d’impartialité, de neutralité et d’indépendance. L’objectif de cette stratégie est de baliser la manière dont la Belgique entend apporter sa contribution à la réponse humanitaire internationale face aux multiples catastrophes et conflits de plus en plus complexes. Elle vise également à améliorer l’efficacité de l’aide humanitaire belge.

  
Communication

Pourquoi une stratégie de communication ? Communiquer sur la politique est une mission qui incombe à chaque pouvoir public. En Belgique, la DGD est la principale administration pour la coopération belge au développement  et elle joue un rôle central au niveau politique et dans l’affectation des moyens financiers. Comme chaque administration, la DGD est tenue d’informer le citoyen. Les ressources ne sont en effet pas négligeables: en 2010, les pouvoirs publics belges ont affecté 2,2 milliards d’euros à l’aide au développement, dont 1,3 milliard d’euros géré par la DGD.

 
Coopération multilatérale

Cette note dresse un tableau détaillé de la politique de la Belgique en matière de coopération au développement multilatérale. L’aide multilatérale comprend l’assistance qui passe par le biais des Nations unies, de l’Union européenne et des institutions financières internationales. Depuis plusieurs années, cette aide ne cesse d’augmenter. Elle représente une partie importante du budget de la coopération au développement.

 
Digital for Development - D4D

Cette note décrit la politique stratégique relative au numérique au service du développement (Digital for Development - D4D) de la Coopération belge au développement. Il expose la vision et les priorités stratégiques de la politique, sa mise en pratique, les partenariats à établir ou à renforcer et la façon dont la politique sera gérée de manière stratégique. La politique s’inscrit dans l’approche globale de la politique belge de développement et devrait être concrétisée grâce à la collaboration des différents acteurs du développement aux niveaux local, belge et international

 
Droits de l'enfant

La ‘Convention internationale des Droits de l’Enfant’ (CIDE), adoptée en 1989 par l’Assemblée générale des Nations unies énonce les droits fondamentaux inhérents à la dignité humaine et au développement harmonieux de chaque enfant. L’analyse de la CIDE et les enseignements tirés de l’expérience de terrain, tant au niveau de la coopération bilatérale directe dans les cinq secteurs de concentration que de la coopération bilatérale indirecte menée par les autres acteurs de la coopération belge au développement, ont permis d’alimenter la présente note stratégique. Celle-ci vise à renforcer la prise en compte du respect des droits de l’enfant dans l’identification, la mise en oeuvre et le suivi des activités de coopération.

 
Education

Cette note présente la vision, les principes directeurs et les priorités de la Direction Générale de la Coopération au Développement et de l’Aide humanitaire (DGD) pour le secteur de l’éducation. Afin de ne pas disperser l’aide de la coopération belge et afin d’obtenir un maximum d’impact, les efforts de la DGD seront concentrés sur deux sous-secteurs de l’éducation, à savoir l’éducation de base et l’enseignement technique et professionnel. Ce choix se justifie par le fait que ces deux sous-secteurs ont un effet de levier important sur l’égalisation des chances et sur la réduction de la pauvreté.

 
Education au développement

L’éducation au développement est un instrument indispensable de la coopération au développement, au même titre que les interventions dans le Sud : l’éducation au développement stimule en effet une formation critique des opinions et promeut un changement de valeurs, d’attitudes et de comportements, ainsi que l’exercice actif des droits et des devoirs tant au niveau local que global. L’éducation au développement peut également jouer un rôle dans l’implication de la population dans la problématique du développement, la solidarité Nord-Sud et la politique de développement; elle contribue ainsi à l’instauration d’un monde plus juste et plus solidaire.

 
Environnement

La question environnementale est étroitement liée à l’agenda pour le développement. Un environnement sain constitue la base du bien-être et à l’épanouissement humain. Les défis suivants pour cette nouvelle note stratégique : analyse des sensibilités et points d’attention géographiques et thématiques ; appréciation adéquate des divergences stratégiques, capacités et contextes institutionnels dans les pays partenaires ; évaluation ad hoc du délai nécessaire à l’obtention d’un consensus entre les différents acteurs environnementaux .

 
Genre

La coopération belge promeut l’égalité des femmes et des hommes et intègre la dimension d’égalité de genre dans son travail quotidien. Elle contribue, en ce sens, à la réalisation de l’ensemble des Objectifs de Développement Durable (ODD) en faveur des hommes et des femmes. Cette note stratégique genre de la Direction Générale de la Coopération au Développement (DGD) définit les axes d’intervention prioritaires de la coopération belge dans ce domaine.

 
Pays à revenus intermédiaires

De nombreux donateurs, y compris la Belgique et l’Union européenne, se posent des questions à cet égard : les besoins et possibilités en matière de développement des pays à revenus intermédiaires (Middle Income Countries ou MIC) sont-ils différents de ceux des pays à bas revenus (Low Income Countries ou LIC)? De quelle manière un donateur peut-il apporter une valeur ajoutée au processus de développement des MIC?
La présente note souhaite répondre à ces questions.

 
Résultats de Développement

Cette note décrit un cadre global pour l’utilisation de l’information sur les résultats de développement. La note part de la vision selon laquelle tous les acteurs impliqués veulent savoir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, afin d’atteindre les résultats de développement souhaités avec les dépenses futures. La DGD s’engage, avec les acteurs de la coopération belge au développement, à rendre compte des résultats obtenus et à communiquer sur ces résultats de manière transparente.

 
Santé

La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en l’absence de maladie ou d’infirmité (OMS, 1946). Dans ce contexte, l’accès à des soins de santé de qualité est un droit inaliénable et un élément essentiel de la lutte contre la pauvreté et l’inégalité. La promotion de la santé et des droits sexuels et reproductifs fait partie intégrante de la politique belge de coopération.

 
Secteur privé

Cette note définit la stratégie globale de la Coopération belge au Développement en matière d’appui au secteur privé des pays en développement et ce, en vue de l’atteinte de l’objectif général de développement humain durable. Il s’agit aujourd’hui pour la Coopération belge de clarifier et de spécifier sa stratégie d’appui au secteur privé des pays en développement en termes d’objectifs, d’outils et de programmes mais aussi en termes de principes de base à respecter et à promouvoir.

 
Situations de fragilité

Cette note stratégique sur les situations de fragilité explique ce concept et propose aux acteurs de la Coopération belge au développement des outils pour mettre en œuvre une approche adéquate et spécifique, que l’on appellera « approche fragilité ».

 

Voir également les archives.