60 ans d'Europe

Le choc des deux guerres mondiales en moins de trente ans a amené des intellectuels et des hommes politiques à proposer de nouvelles voies pour surmonter les anciennes querelles et établir les bases d’une Europe plus intégrée et plus solidaire.

Dès 1951, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, présente un plan qui prévoit que les pays européens se développent ensemble au niveau économique et politique pour augmenter la prospérité et assurer un paix durable sur le continent européen. Six pays (la France, l’Allemagne, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas et l’Italie) s’engagent sur la voie de la coopération économique dans le domaine des marchés transfrontaliers du charbon et de l’acier. La Communauté européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) - première forme d’intégration européenne - voit le jour.

Sous l’influence du ministre belge des Affaires étrangères Paul-Henri Spaak, les six États fondateurs vont plus loin. En 1957, ils signent les traités de Rome à l’origine de la Communauté économique européenne (CEE) et de l’Euratom.

Le 25 mars 2017, l’Union européenne célébrera donc le 60ème anniversaire de cette signature.

Lorsqu’elle a été fondée, la Communauté économique européenne poursuivait l’objectif de la création d’un marché commun, c’est-à-dire un zone où circulent librement les marchandises, les personnes, les services et les capitaux.

Au fil du temps, le champ d’action de l’Union européenne s’est considérablement étendu. La création d’un marché unique a contribué à la prospérité économique de ses États membres qui ont vocation à utiliser la même monnaie, l’euro. L’Union a développé une politique de cohésion économique et sociale pour réduire l’écart entre les régions les plus riches et les régions les plus pauvres. Elle a édicté des normes strictes de préservation et d’amélioration de l’environnement. Elle a renforcé la coopération entre ses membres afin d’établir un espace commun de liberté, de sécurité et de justice au bénéfice de ses citoyens. Elle s’est affirmée sur la scène internationale par le développement de sa politique étrangère et de sécurité et est le principal contributeur mondial à l’aide au développement.

Pourtant, cette dernière décennie, des crises se sont multipliées et ont secoué l’Union financière, politique et institutionnelle. Frappée durement par la crise économique mondiale en 2008, confrontée au terrorisme, devant trouver des réponses à une crise migratoire aigue, remise en question par le BREXIT, l’Union européenne traverse une crise inédite, faisant naître un sentiment de désenchantement voire de désaveu.

À la suite des résultats du référendum sur le BREXIT au Royaume-Uni, les 27 États membres se sont retrouvés aux sommets de Bratislava et de La Valette pour analyser l'état actuel de l'Union européenne et pour jeter les jalons d’une relance du projet européen.

À l’occasion du 60e anniversaire de la signature des traités de Rome, les chefs d’État et de gouvernements des États membres adopteront une déclaration à Rome le 25 mars. Cette déclaration devra réaffirmer des valeurs communes et témoigner de la volonté de poursuivre le projet européen et de développer des réponses concrètes à court et moyen termes aux préoccupations des citoyens.

Ce sera un moment d’unité ainsi que l’occasion de présenter une vision commune pour les années à venir.

 

Les défis pour l'Europe de demain

 
60 ans plus tôt...