Dossiers

14-18 : Approche diplomatique du conflit

« Je ne suis pas un criminel, car j’ai supprimé un homme malfaisant. J’ai cru bien faire » ; ces mots, c’est Gavrilo Princip, l’assassin du prince héritier de l’empire austro-hongrois, qui les adresse à ses juges, le 12 octobre 1914. Paroles bien légères pour l’auteur de l’attentat qui est censé avoir entraîné un conflit mondial se soldant par des millions de morts, la chute de quatre empires et la fin d’une civilisation. Lire plus...

Sarajevo