Afghanistan

Carte Afghanistan

 

Dernière mise à jour
 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

COVID

Un nombre important de cas de COVID-19 est rapporté sur l’ensemble du territoire afghan.

Depuis le 5 mai 2021 et jusqu’à nouvel ordre la frontière terrestre entre l’Afghanistan et le Pakistan est temporairement fermée pour les déplacements réguliers des personnes qui souhaitant entrer sur le territoire pakistanais (les activités commerciales restent possibles). Cette mesure ne s’applique pas aux ressortissants pakistanais .

L’offre des vols internationaux depuis et en direction de l’Afghanistan reste irrégulière et l’offre est très limitée. Tenez compte des retards, changements et annulations possibles. Les compagnies aériennes exigeant généralement un test COVID-19 PCR mais il est recommandé de contacter votre agence de voyage ou votre compagnie aérienne pour connaitre la procédure exacte à cet égard.

Il est recommandé aux ressortissants belges résidents et de passage en Afghanistan d’observer scrupuleusement les mesures préventives habituelles liées au COVID-19, en outre des consignes sécuritaires.

En Belgique, le SPF Santé publique a mis en ligne un site consacré au coronavirus, accessible ici: http://www.info-coronavirus.be (disponible en allemand, anglais, français et néerlandais).

 

  
Situation sécuritaire

En raison de la situation sécuritaire dans le pays, tous les voyages vers l’Afghanistan sont absolument déconseillés et une vigilance maximale est recommandée. Les voyages en Afghanistan posent des risques très élevés et les récentes annonces relatives au retrait des forces américaines et de l’OTAN appellent à une vigilance d’autant plus accrue.

Des combats entre forces armées et insurgés peuvent avoir lieu sur tout le territoire national et durent souvent plusieurs jours. Des attentats terroristes ont lieu régulièrement, même dans les quartiers les plus sécurisés de la capitale. Les cibles peuvent être les forces de sécurité mais également des endroits publics, écoles, lieux de cultes ou même des hôpitaux.

Il convient en particulier de se tenir à l’écart de tout rassemblement et d’être prudent à l’occasion des déplacements, qu’il est souhaitable de limiter au strict nécessaire. Il est également recommandé de se tenir informé de l’évolution de la situation et des risques.

Pour tout voyage en Afghanistan, vous pouvez vous inscrire sur https://travellersonline.diplomatie.be. Si vous vous rendez dans une région où les voyages sont déconseillés, vous devriez également en informer l’Ambassade de Belgique à Islamabad par e-mail à islamabad@diplobel.fed.be. Si un évènement imprévu se produit pendant votre séjour, vous êtes invité à prendre contact au plus vite avec l'ambassade de Belgique à Islamabad ainsi qu’avec votre famille ou amis en Belgique pour les informer de votre situation et les rassurer.

Vu la situation sécuritaire particulièrement mauvaise en Afghanistan, et vu l'absence d'un poste diplomatique belge à Kaboul, l'assistance consulaire est très difficile, voire impossible à fournir.

 
Travellers Online

Description

Sécurité générale

La situation sécuritaire en Afghanistan est très problématique

La menace d'actes terroristes ou criminels contre les étrangers est très importante. Des zones entières du pays, y compris les grandes agglomérations, font face à une insurrection armée contre les forces de sécurité afghanes et les forces internationales. Le conflit engendre des milliers de morts chaque année. Le danger peut prendre la forme d'attentats à la bombe, d'attaques suicides, d'enlèvements, de confrontations armées, d'attaques le long des routes, visant les ONG, les organisations internationales, les entreprises privées et des personnes qui se trouve par hasard dans les environs.

On doit se protéger contre toute sorte de criminalité, et pas seulement celle qui résulte des combats entre les groupes insurgés et les forces gouvernementales. Il peut aussi s’agir d'enlèvements politiques ou criminels. Toutes ces formes de criminalité sont souvent en lien avec des trafics illégaux,  notamment le trafic de drogue.

Les ressortissants belges employés par les organismes multilatéraux présents sur place (Nations unies et leurs agences, Union européenne, OTAN, agences d'aide au développement) sont soumis aux protocoles de sécurité de ces organismes et doivent s’y conformer strictement.

Les vols ordinaires mais aussi les attaques à main armée peuvent avoir lieu dans les centres urbains, dans les centres commerciaux, dans les banques (distributeurs automatiques) et dans les endroits régulièrement fréquentés par les étrangers.

Le risque d’enlèvement est très élevé dans l’ensemble du pays et les étrangers, surtout les occidentaux, sont spécifiquement visés.

Les risques liés à la présence de mines, de munitions non-explosées et d'explosifs improvisés (IED) persistent dans plusieurs zones du territoire afghan et augemntent encore dans certaines zones urbaines. Il est absolument déconseillé de voyager par voie terrestre.

 
Kaboul

La sécurité dans la capitale demeure problématique. 

Le risque d’attaques et d’attentats, visant tant les autorités afghanes (y compris les services de sécurité) et les forces armées étrangères que les lieux où la présence occidentale est visible, reste particulièrement sérieux. Les civils forment également une cible.

Les endroits fréquentés par les étrangers (supermarchés et certains restaurants) sont susceptibles d’être visés par une attaque. L'aéroport de Kaboul est une cible privilégiée et a été déjà plusieurs fois frappé par des attentats.  Des compounds sécurisés peuvent également être attaqués. Les déplacements durant la nuit sont absolument déconseillés. Lors des déplacements pendant la journée, il faut être accompagné, de préférence par une escorte.

Un séjour à Kaboul des membres d’instances officielles et d’organisations internationales ou humanitaires dans le cadre de leur mission est uniquement envisageable moyennant le respect de certaines règles de sécurité élémentaires (connaissance des lieux et des personnes visitées, gardes sur le lieu de résidence, planification des déplacements, accompagnement et accueil etc).

 
Les provinces

Il n’y a plus de provinces sûres. Certaines agences de voyage proposent toujours des voyages vers Bamiyan, Hérat et la vallée du Panjshir. Il sont complètement déconseillés à cause du risque d’enlèvements et d’attaques terroristes.

La zone frontalière avec le Pakistan est extrêmement dangereuse, entre autre à cause des opérations militaires récurrentes contre les groupes militants et les réactions violentes de ces groupes. Il y a plusieurs organisations terroristes présentes dans cette région.