Algérie

Carte Algerie

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

Les frontières algériennes sont fermées. Les autorités algériennes ont toutefois décidé une réouverture partielle des frontières aériennes depuis le 1er juin 2021. Concrètement, la compagnie nationale Air Algérie et certaines compagnies étrangères sont autorisées à assurer des vols à destination et en partance d’une dizaine de pays UE et hors UE, dont la France et l’Allemagne, mais pas la Belgique. . Des vols commerciaux et spéciaux dits de rapatriement opérés par des compagnies étrangères peuvent aussi être autorisés sous certaines conditions.

 

Cette réouverture partielle s’accompagne de modalités opérationnelles, notamment concernant les conditions d’embarquement à destination de l’Algérie et les conditions sanitaires applicables à l’arrivée en Algérie. Concrètement, les personnes accédant au territoire national par avion devront se soumettre aux conditions suivantes :

1- La présentation d’un test RT-PCR négatif de moins de 36 heures;

2- La réalisation d’un test antigénique à l’arrivée.

 

Pour les voyages par ferry entre l’Europe et l’Algérie, le pass vaccinal est obligatoire depuis le 6 décembre 2021 pour les voyageurs âgés de plus de 12 ans. Un test PCR négatif de moins de 36 heures avant le départ et un dépistage à l’arrivée en Algérie sont également requis. Les passagers d’Algérie Ferries doivent également renseigner une fiche sanitaire, à présenter à l’embarquement et à l’arrivée.

 

Dans le pays, les autorités algériennes ont mis en place une série de mesures de prévention qui varient selon les régions et les wilayas. Ces mesures sont très évolutives. Veuillezvous conformer strictement aux instructions des autorités locales.

SECURITE

Le 22 février 2019, des manifestations à caractère politique avaient démarré à Alger et dans les principales villes du pays. L’avènement de la pandémie de COVID en mars 2020 les avait provisoirement suspendues. Ce mouvement de protestations, connu sous le nom de Hirak, avait repris le 26 février 2021, mais les autorités algériennes ont fini par empêcher toute mobilisation populaire. Il est rappelé qu’il est conseillé de se tenir à l’écart des cortèges et des rassemblements de foule.

Les déplacements dans les zones frontalières avec la Libye, le Niger, le Mali (y compris les zones du grand Sud saharien), la Mauritanie et le Sud de la Tunisie, ainsi que dans les zones montagneuses et boisées de Kabylie sont fortement déconseillés. Les déplacements dans les autres régions et les grandes villes du pays peuvent être entrepris moyennant les quelques mesures de prudence décrites ci-dessous.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire et de pouvoir communiquer avec vous, nous vous invitons à enregistrer votre voyage/séjour via https://travellersonline.diplomatie.be

 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité : général

Compte tenu des menaces particulières qui peuvent peser sur les étrangers (voir la prise d’otages dans la région d’In Amenas en janvier 2013 et l’assassinat d’un ressortissant français en Kabylie en septembre 2014), il est recommandé aux Belges d'enregistrer leur voyage sur https://travellersonline.diplomatie.be. Les visiteurs occasionnels qui doivent se rendre dans les villes de province de la partie nord du pays doivent s’entourer de mesures de prudence : préférer les voyages aériens aux déplacements par la route ; si ceux-ci sont inévitables préférer la circulation sur les grands axes routiers en évitant les routes secondaires ; être encadrés sur place par des personnes de confiance connaissant les lieux ; éviter les déplacements de nuit.

Les voyages aux frontières avec la Libye, le Niger, le Mali et la Mauritanie, ainsi que dans les camps de réfugiés sahraouis, restent fortement déconseillés. Quant aux circuits touristiques classiques du Grand Sud (Tamanrasset et Djanet, notamment) ils sont actuellement incertains en raison de la persistance d’un risque terroriste élevé dans la région.

Des manifestations, mouvements de grèves et autres sit-in ont régulièrement lieu dans les grandes villes d’Algérie. Ils peuvent parfois donner lieu à des débordements sérieux. S'il arrive à des compatriotes de se trouver à proximité de sites de confrontation entre des manifestants et des agents des forces de sécurité, il leur est recommandé de garder leur calme, de tenter, tant que faire se peut, de gagner des lieux plus sûrs et, surtout, de ne pas prendre de photos et/ou de vidéos d’édifices publics, d’agents des forces de l’ordre ou de manifestants. Il convient de se tenir informé en suivant l'actualité répercutée par les médias locaux.

Enfin, il est conseillé de se conformer aux recommandations usuellement données et qui sont reprises ci-dessous. Il est plus particulièrement conseillé d'éviter de circuler seul(e) dans les quartiers populaires, spécialement en fin de journée et pendant la nuit.

 
Sécurité générale

Aux voyageurs devant se rendre en Algérie, il est conseillé de faire preuve d’une grande prudence, de suivre l’actualité, d'éviter les attroupements, de varier les trajets et les horaires des déplacements par la route, de préférer systématiquement les voyages en avion et de suivre strictement les instructions des autorités qui sont au courant de possibles menaces ou d'opérations militaires. Il est d'usage que tout étranger invité par une institution publique algérienne soit escorté dans ses déplacements.

La capitale Alger n'a plus fait l'objet d'attentats terroristes depuis le 11 décembre 2007. La ville est quadrillée par les forces de police et les contrôles de véhicules privés sont fréquents. La circulation à Alger est très difficile et fort encombrée, ce qui entrave la mobilité, surtout dans les quartiers densément peuplés. Pour le transport surplace, il est préférable d'utiliser les taxis des grands hôtels. Ces consignes sont également valables pour les grandes villes du Nord du pays telles qu’Oran, Annaba, Skikda, Bejaia et Constantine où il vaut mieux se rendre en avion.

Des actions de nature terroriste, qui visent essentiellement les forces de l’ordre mais qui peuvent concerner des étrangers de passage, sont assez régulièrement perpétrées dans l’est du pays et plus spécialement en Kabylie. Elles sont peu fréquentes dans les régions administratives proches d’Alger (Tipasa, Cherchell, Blida, …) et quasiment inexistantes dans l’ouest du pays- En principe, il est possible de circuler sur les grands axes routiers mais la prudence et la discrétion doivent rester de mise et il est conseillé de se renseigner préalablement. Les routes secondaires sont à déconseiller.

Il est recommandé de préférer l’avion pour se rendre sur les sites pétroliers, car les longs déplacements sur des pistes peu fréquentées sont sources de risques.

Il faut rappeler que la frontière terrestre avec le Maroc reste hermétiquement fermée au trafic routier. Par contre, la frontière avec la Tunisie est ouverte mais seul le passage par le nord semble ne pas présenter de problèmes. Il vaut cependant mieux se renseigner préalablement. La frontière avec la Libye est également fermée, en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans la région.

Dans le Sud du pays, toutes les zones frontalières (Maroc, Sahara Occidental, Mauritanie, Mali, Niger, Libye et le sud de la Tunisie) sont à proscrire. Toute traversée comprenant l’une de ces zones, dans le cadre d’un rallye ou d’un séjour touristique par exemple, est également à proscrire.

 
Criminalité

Sans que cela constitue un problème majeur, l’Algérie n’est pas exempte d’incidents liés à la petite ou grande criminalité, tels que les vols à la tire, les vols avec violences, les enlèvements et faux barrages de police. Certaines actions délictueuses sont attribuées, à tort ou à raison, à des groupuscules islamistes armés cherchant un financement.

La visite de la casbah d'Alger doit se faire dans un cadre organisé et être signalée au commissariat de police. Il est conseillé d’éviter tout déplacement de nuit en province et dans certains quartiers urbains. Enfin, il est bien entendu conseillé d’éviter de porter des bijoux et autres objets de valeur, ou de montrer ostensiblement son GSM ou son portefeuille.