Angola

Carte Angola

 

Dernière mise à jour

Les voyages en Angola sont possibles moyennant un respect strict des consignes de sécurité et une préparation minutieuse du voyage​.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Depuis la fin de la guerre civile en 2002, le pays est entré dans une phase de reconstruction et de croissance rapide. Le développement du secteur touristique est une priorité de la politique du nouveau gouvernement en place depuis septembre 2017. Dans cette optique, la procédure d’obtention des visas de tourisme a également été facilitée par le gouvernement angolais.

Cependant, malgré les réformes entreprises pour ouvrir davantage le pays aux voyageurs, il est encore recommandé  d’opter pour une organisation minutieuse du séjour et d’adopter la plus grande vigilance et un respect très strict des recommandations de sécurité. En effet, la petite criminalité, très répandue, peut s’avérer très violente tandis que les infrastructures  hôtelières et de transport ne sont pas toujours fiables.

La situation sécuritaire dans l'exclave de Cabinda (province angolaise située entre la République du Congo et de la République démocratique du Congo) reste précaire. Des affrontements entre des éléments séparatistes et les forces armées angolaises peuvent encore se produire. La région diamantifère de Lunda Norte présente également un niveau d’insécurité plus élevé en raison de la présence d’un certain nombre de réfugiés provenant de la République démocratique du Congo et de sa proximité avec la province congolaise du Kasaï qui connait actuellement des troubles.


Criminalité

L'Angola et particulièrement sa capitale Luanda souffre d'une criminalité violente assez répandue. Il est conseillé de se faire accompagner par des personnes dignes de confiance dès l'arrivée à l'aéroport et de résider dans un hébergement sécurisé.

Il est vivement recommandé de se déplacer dans la ville de jour. Il est déconseillé de se déplacer à Luanda à pied de jour comme de nuit. Les déplacements en voiture s'effectueront avec les fenêtres fermées et portes verrouillées. Les déplacements la nuit feront l’objet d’une attention particulière.

En cas de voyage  en province, il est conseillé d’emprunter un avion (voir aussi le point « sécurité aérienne »). Les déplacements terrestres dans certaines zones restent particulièrement dangereux en raison de champs de mines et de munitions non explosées qui se retrouvent notamment aux abords des axes routiers. Chaque déplacement terrestre en province demande une préparation minutieuse et il est conseillé de faire ces déplacements avec plusieurs véhicules pour des raisons de sécurité et de secours.

L'état médiocre du réseau ainsi que la possibilité de tracasseries par des militaires ou des policiers contribuent à l'insécurité sur les routes angolaises. Certains axes terrestres deviennent cependant plus fréquentés, notamment vers Lobito et Benguela. Dans l'exclave de Cabinda, où un mouvement séparatiste est actif, les risques d'agressions à l'encontre de visiteurs étrangers demeurent importants.

Des enlèvements d’européens se sont en outre produits en 2016. Jusqu'à présent, ces enlèvements n’ont pas connus d’issue tragique mais impliquent cependant le paiement de rançons, parfois très élevées. S’il n’y a pas eu d’enlèvements d’Européens contre rançon en 2017 ni dans la première partie de 2018, une vigilance accrue reste néanmoins toujours recommandée lors de tout déplacement.