Argentine

Argentine

Dernière mise à jour

COVID-19

Suite à la publication par les autorités argentines du Decreto de Necesidad y Urgencia 260/2020 déclarant l’état d’urgence sanitaire, il est conseillé à tous les non-résidents de reporter jusqu’à nouvel ordre tous les voyages vers l’Argentine.

Les personnes qui séjournent pour une courte période en Argentine, telles que les touristes ou les étudiants, sont invitées à considérer un éventuel retour anticipé ou, à défaut, être disposées à courir le risque de rester plus longtemps que prévu en Argentine. Le logement, les finances, la famille, les assurances, la condition médicale et les soins de santé sont des éléments à prendre en considération et à votre charge.

Tenez compte du fait que de moins en moins de vols sont opérés et qu’il sera de plus en plus difficile de rentrer. Si vous souhaitez quitter le pays, il sera plus facile de séjourner à Buenos Aires. Si vous en avez la possibilité (si vous n’êtes pas en situation d’isolement obligatoire par exemple, voir ci-dessous), choisissez donc votre lieu de séjour avec soin. Assurez-vous d’avoir un logement confortable dans lequel il vous est possible de rester de manière prolongée et essayez via des contacts en Belgique d’assurer votre assistance, notamment avec votre banque ou des bureaux de change (Western Union), votre compagnie d’assurance (prolongement de votre assurance voyage), votre médecin (médicaments), vos familles et amis. Veillez à avoir accès à de la nourriture et à des moyens de communication, notamment internet.

Dans les circonstances actuelles, qui sont sans précédent, les moyens d’action de l’Ambassade sont limités.

***

Bien que le nombre de cas confirmés de Covid-19 et le nombre de morts restent relativement modéré, la situation sur le terrain évolue rapidement.

Le président Alberto Fernández a déclaré le pays en quarantaine totale à partir du 19/03/2020 minuit jusqu’au 31/03/2020 minuit. Personne ne peut plus quitter son logement. Les personnes interceptées en dehors de leur logement, sans raison, seront considérées comme commentant un délit contre la santé publique. Les polices provinciales et locales ainsi que les forces armées sont chargées de faire respecter l’isolement. Les commerces de proximité restent ouverts. Il est seulement permis de sortir pour aller à la pharmacie ou acheter de la nourriture dans les alentours de son logement.

Par Décret 274/2020, l’Argentine a annoncé l’interdiction d’entrée sur son territoire pour une durée de 15 jours (durée sujette à modification) pour les ressortissants étrangers non-résidents dans le pays.

Le Décret 260/2020 prévoit la suspension jusqu’à 30 jours (durée sujette à modification) des vols internationaux en provenance des « zones affectées » par la pandémie. Des exceptions pourront être prévues afin de faciliter le retour des personnes résidentes au pays. Les derniers vols directs vers l’Europe ont décollé ce mardi 17/03/2020. Actuellement, seule la compagnie Aerolíneas Argentinas effectue encore des vols pour faciliter le retour des Argentins et résidents permanents en Argentine sur son sol (plus d’information ici). Ces vols ne prennent pas de passagers à l’aller. A l’heure actuelle, il reste possible de retourner en Belgique via le Brésil (Sao Paulo, différentes compagnies), Santiago de Chile (Latam), México (Air Mexico et Skyteam), Addis-Abeba (Ethiopian Airlines et Skyteam), Dubaï (Emirates) et Doha (Qatar Airways) notamment (voir la synthèse de nos collègues français ici).

Les « zones affectées » sont les pays suivants : les pays de l’Union Européenne et de l’Espace Schengen, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Brésil, le Chili, la Corée du Sud, le Japon, la Chine et l’Iran.

A partir de ce vendredi 20/03/2020 et jusqu’au 24/03/2020 à 23h59, les vols internes, les bus longue distance et les trains sont suspendus afin de limiter les déplacements durant le long week-end de fin mars (les 23 et 24/03 sont fériés en Argentine).Veuillez en tenir compte si vous envisagez de rejoindre Buenos Aires, notamment afin de prendre un vol vers la Belgique via le Brésil ou un des autres pays mentionnés plus haut.

A partir du 20/03/2020, à Buenos Aires, le métro ne s’arrêtera plus qu’aux terminus et aux stations où plusieurs lignes se croisent. De même, les transports publics pourront seulement transporter des passagers assis.

Le Décret prévoit également un isolement obligatoire. Les personnes suivantes sont tenues de se placer en isolement durant 14 jours :

  1. Ceux qui ont le statut de « cas suspects ». Aux fins du présent décret, est considérée comme un «cas suspect »  la personne qui a de la fièvre et un ou plusieurs symptômes respiratoires (toux, mal de gorge ou détresse respiratoire) et a également, ces derniers jours, des antécédents de voyage dans des « zones affectées » ou a été en contact avec des cas confirmés ou probables de Covid-19. La définition peut être mise à jour par les autorités sanitaires en fonction de l'évolution de la situation épidémiologique.
  2. Ceux qui ont une confirmation médicale d'avoir contracté le Covid-19.
  3. Les « contacts étroits » des personnes visées aux sections a) et b) ci-dessus selon la définition établie par les autorités compétentes.
  4. Ceux qui arrivent dans le pays après avoir traversé des « zones affectées ». Ces personnes devront également fournir des informations sur leur itinéraire, déclarer leur domicile dans le pays et subir un examen médical le moins invasif possible afin de déterminer le risque potentiel de contagion et les actions préventives à adopter qui devront être accomplies, sans exception. Ne peuvent pas entrer ou rester sur le territoire national les étrangers non-résidents dans le pays qui ne respectent pas la réglementation sur l'isolement obligatoire et les mesures sanitaires en vigueur, sauf exceptions prévues par les autorités sanitaires ou d'immigration.
  5. Ceux qui sont arrivés dans le pays au cours des 14 derniers jours, ayant transité par les «zones affectées». Ne peuvent pas rester sur le territoire national les étrangers non-résidents dans le pays qui ne respectent pas la réglementation sur l'isolement obligatoire et les mesures sanitaires en vigueur, à l'exception des exceptions prévues par l'autorité santé ou immigration.

Ce délai peut être modifié par les autorités compétentes en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique.

Cela signifie que vous devez rester confinés à votre domicile ou à votre hôtel (dans votre chambre) pendant 14 jours et ne pas vous rendre dans les lieux publics. Si vous ne présentez pas de symptômes à l’issue des 14 jours d’isolement, vous pouvez circuler librement sur le territoire en respectant les mêmes mesures restrictives éventuelles que les Argentins.

Si l’isolement obligatoire a lieu dans un hôtel, l’hébergement et les repas sont fournis par l’hôtel mais à charge des touristes. 

Le non-respect de l’isolement obligatoire pourra être considéré comme un délit. Les autorités argentines prennent des mesures de contrôle très strictes du respect du confinement par les résidents comme par les touristes.

Tout touriste en provenance des « zones affectées » et qui ne présente pas de symptômes compatibles avec le Covid-19 peut se maintenir en confinement en Argentine pendant la période définie de 14 jours ou doit prendre les mesures nécessaires pour son retour immédiat vers son pays d’origine. Concrètement, cela signifie que vous ne pouvez sortir de votre isolement obligatoire que pour vous rendre directement à l’aéroport afin de prendre un vol en vue de quitter le pays. Vous devez être muni de la confirmation de votre vol de retour (de préférence imprimée) afin de pouvoir la présenter aux autorités argentines en cas de contrôle.

Dans de nombreuses villes, et même à Buenos Aires, de plus en plus d’hôtels annoncent leur fermeture. D’autres restent ouverts mais n’acceptent pas les ressortissants étrangers non-résidents qui doivent rester en isolement obligatoire. Le Ministère du Tourisme a décrété que, jusqu’au 31/03/2020, les hôtels pourront uniquement héberger des ressortissants étrangers non-résidents.

Nous constatons que certaines provinces et autorités locales prennent des mesures sanitaires renforcées qu’il nous est difficile de toutes détailler ici : entre autres, interdiction d’entrée des touristes dans certaines villes, isolement complet de certaines autres ou provinces qui ferment leurs frontières.

Par ailleurs, tous les spectacles, théâtres et cinémas sont fermés au moins jusqu’au mois d’avril. Les écoles, les crèches et les universités également.

Vous trouverez une information détaillée (en espagnol) sur le site internet du Ministère de la Santé argentin : https://www.argentina.gob.ar/salud/coronavirus-COVID-19.

Pour toute question pratique concernant votre voyage, nous vous invitons à consulter en priorité votre compagnie aérienne, votre agence de voyage et/ou votre compagnie d’assurance.

Nous conseillons également vivement à tous les voyageurs belges présents en Argentine et qui ne l’auraient pas déjà fait de s’inscrire sur TravellersOnline.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Informations générales

A condition de respecter les précautions d’usage, il est généralement possible de voyager en Argentine en toute sécurité.

Les troubles sociaux sont en recrudescence. Il est recommandé d'éviter les manifestations. Si elles présentent généralement un caractère pacifique, le risque qu'elles dégénèrent en violences ne peut être écarté. Il est important de savoir que, dans le cadre des grandes événements, les autorités argentines suivent de près les participants aux protestations.

Certaines formes de protestation sociale se manifestent aussi par des barrages routiers qui peuvent interrompre temporairement le trafic à Buenos Aires comme en province. Les voyageurs sont invités à tenir compte dans la planification de leur voyage (accès à l'aèroport bloqué, circulation des bus perturbée etc).

Le dimanche 27 octobre 2019, des élections présidentielles ont lieu en Argentine, avec un éventuel deuxième tour le 24 novembre 2019. Il n'est pas exclu que d'avantage de manifestations, et de plus grande ampleur, aient lieu la semaine qui précèdera ainsi que les semaines qui suivront les élections. Le risque de débordements ne pouvant jamais être exclu, il est fortement conseillé d'éviter les lieux de manifestations.

 
Criminalité

Les formes les plus répandues de criminalité sont le vol à la tire et les agressions avec ou sans menace d'usage d'armes à feu.

A Buenos Aires, la vigilance s'impose dans l'ensemble des quartiers. Il est conseillé de rester dans les quartiers touristiques et d'éviter les quartiers du Sud de la ville ou les banlieues où se concentrent les quartiers défavorisés. La prudence s'impose particulièrement dans le quartier touristique de « La Boca » ou, le dimanche, durant le marché de San Telmo.. Tant aux alentours qu'à l'intérieur des grandes gares (Retiro, Constitución, Once), une vigilance particulière est indiquée face à la vague montante des pickpockets. Il est vivement déconseillé de s'aventurer dans les bidonvilles de Buenos Aires.

Les touristes qui recontrent des problèmes de sécurité à Buenos Aires peuvent s'adresser à un système d'assistance spécialement dédié aux touristes.

Commissariat du Touriste (Comisaría del Turista) : Av. Corrientes 436, C1043AAR  Buenos Aires.
Tel. : (+54 9 11) 5050 3293 / 9260 (multilingue)
E-mail: serv.turista@gmail.com   

Office de protection du Touriste (Defensoría del Turista) : Av. Pedro de Mendoza 1835, C1169AAC Buenos Aires, dans le quartier de « La Boca » (mais dispose d’autres points de contact dans la capitale).
Tel. +54 11 4302-7816
E-mail: turista@defensoria.org.ar
Site web: www.defensoriaturista.org.ar

De manière générale, il y a lieu d'éviter les endroits isolés et mal éclairés et d'adopter une vigilance accrue dès la tombée de la nuit. Lors de déplacements, il est prudent de laisser ses documents d'identité et de voyage en sécurité et de n'emporter que des photocopies de ces derniers. Si l'on se déplace malgré tout avec des documents originaux et/ou de l'argent, mieux vaut éviter de mettre le tout dans le même sac. Il est conseillé de ne pas porter de façon ostentatoire montres, bijoux, GSM et autres objets de valeur, de ne pas sortir son argent à la vue de tous et d’être vigilant lorsque vous effectuez un retrait bancaire En cas d'agression , il est vivement recommandé de n'opposer aucune résistance. 
 
Il convient d'être particulièrement prudent lors d'une manœuvre classique de diversion des malfrats où, dans un premier temps, ils renversent maladroitement une substance quelconque sur les vêtements de leur victime et ensuite, sous prétexte de l'aider à se nettoyer, ils la volent.

Les touristes isolés se méfieront également des rencontres un peu trop « amicales ». Il n'est pas rare en effet qu'un touriste soit, après une rencontre fortuite dans la rue, invité à prendre un verre dans lequel, profitant de l'inattention de la victime, l'agresseur verse une substance hypnotique (scopolamine, appelée localement « burundanga »). Une fois inconsciente, la victime est dépouillée et même parfois passée à tabac.

Il est également recommandé de ne pas avoir recours aux taxis en rue, surtout de nuit, mais de faire appel à leurs services via une compagnie de taxis. De nombreuses applications permettent de commander un taxi online.

Il est préférable de ne pas voyager seul en Argentine (ou de tenir ses proches informés quotidiennement de son itinéraire) et de posséder des rudiments d’espagnol, la pratique d’une langue étrangère étant peu répandue hors de Buenos Aires, même chez les autorités.