Arménie

Carte Armenie

 

Dernière mise à jour
 

Coronavirus COVID-19

  • Les informations sur les voyages sont des conseils et ne sont pas contraignantes.
  • Sur la page d'accueil de ce site, vous trouverez la carte COVID, qui explique les pays et régions et les conditions pour s'y rendre ou non, ainsi que les mesures applicables lors du retour en Belgique.
  • Enregistrez votre voyage via TravellersOnline.
  • IMPORTANT : les voyageurs doivent savoir que de nouveaux foyers de COVID à l'étranger peuvent affecter considérablement leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou les frontières fermées.

 

COVID

 

 

Tous les voyages vers l'Arménie sont strictement déconseillés. 

Le gouvernement arménien permet la reprise des vols internationaux et ceci sans restrictions. Par contre, le  trafic aérien régulier demeure limité. Les informations les plus à jour à cet égard vous seront données par les compagnies aériennes elles-mêmes. Le gouvernement arménien a suspendu l’état d’urgence le 11 septembre dernier. Dans les faits, la vie publique a repris dans la totalité de ses aspects. Des évènements à grande échelle sont de nouveau permis moyennant le port obligatoire du masque et le maintien de la distance sociale de 1,5m.

Depuis le 12 août, les ressortissants étrangers sont de nouveau admis en Arménie. Lors de l’arrivée, une période d’auto-isolation de 14 jours est obligatoire. Si vous effectuez un test COVID à l’arrivée, cette obligation est levée dès que le test s’avère négatif.

 Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le site du centre d'information COVID-19 du gouvernement arménien,  qui peut être consulté en version anglaise également via le lien suivant: https://covid19.gov.am/en/travel_and_coronavirus.

Les frontières terrestres restent fermées jusqu’à janvier 2021 sauf pour les transports liés à l’approvisionnement.

Nous vous conseillons, par ailleurs,de consulter le site web du Ministère arménien de la Santé ainsi que le site web de l’Aéroport International "ZVARNOTS" d'Erevan. 

 

DRécemment, d’importants affrontements armés ont eu lieu près de la ligne de contact autour du Haut-Karabakh et des districts environnants. Le 10 novembre dernier, un accord menant à un cessez-le-feu a été signé. Laa situation demeure néanmoins tendue.

Au vu des derniers développements, les voyages non-essentiels vers l’Arménie sont fortement déconseillés.

Pour les Belges se trouvant en Arménie :  tout déplacement non-essentiel en  direction de la ligne de contact et de la frontière internationale entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est formellement déconseillé. Il est fortement recommandé de ne pas s’approcher des installations militaires. 

Des manifestations sont régulièrement organisées à Erevan ou dans d’autres grandes villes et aboutissent parfois à des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre. Des incidents peuvent également se produire avec un impact sur la circulation routière et les services de transport public. Nous vous  recommandons dès lors d’éviter tout grand rassemblement, de suivre les conseils des autorités locales et de vous tenir au courant de l’actualité.

  • Il est fortement déconseillé de se rendre dans le Haut-Karabagh, entité non reconnue par la communauté internationale, et les territoires occupés d'Azerbaïdjan qui constituent une zone disputée,  particulièrement dangereuse le long de la ligne de contact (cf avis de voyage sur l'Azerbaidjan). La protection consulaire de nos ressortissants ne peut pas y être assurée.
  • La route reliant Idjevan à Bagratachen (possible itinéraire Erevan-Tbilissi), ainsi que les routes au-delà de Berd, sont fortement déconseillées.
  • La frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan est fermée.
  • La frontière avec la Turquie est également fermée. Des vols entre Erevan et Istanbul sont néanmoins organisés plusieurs fois par semaine.
  • Les opérations de déminage effectuées dans la région de Syunik ( sud-Est du pays) ont eu un effet considérable. Néanmoins les mines anti-personnel peuvent toujours y constituer un danger dans certaines parties de la bande frontalière avec l'Azerbaïdjan.

 

Pour les détenteurs de la nationalité belge et arménienne, c’est-à-dire le statut « bipatride », et spécifiquement les hommes sous l’âge de 55 ans : Si vous vous rendez en Arménie, même pour un court séjour, vous pouvez être appelé au service militaire obligatoire. En vertu de l'article 79 du Code consulaire du Royaume de Belgique, "les Belges, qui ont également la nationalité de l'État où l'assistance consulaire est demandée, n'ont pas droit à cette assistance de la part des autorités belges". Le fait donc que vous soyez bipatride belgo-arménien, ne permet pas à notre ambassade dans ce cas de vous porter assistance sur le territoire arménien où vous êtes considéré comme étant uniquement Arménien.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

D'importants affrontements armés ont lieu pour l'instant près de la ligne de contact autour du Haut-Karabakh et des districts environnants.

Au vu des derniers développements, les voyages non-essentiels vers l'Arménie sont fortement déconseillés.

Pour les Belges se trouvant en Arménie: tout déplacement non-essentiel en direction de la ligne de contact et de la frontière internationale entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie est formellement déconseillé. Il est fortement recommandé de ne pas s'approcher des installations militaires.

Des manifestations sont parfois organisées à Erevan ou dans d’autres grandes villes et se déroulent en général de manière pacifique. Des incidents peuvent toutefois se produire avec une incidence sur la circulation routière et les services de transport public.  Nous vous  recommandons d’éviter tout grand rassemblement, de suivre les conseils des autorités locales et de vous tenir au courant de l’actualité.

  • Il est fortement déconseillé de se rendre dans le Haut-Karabagh, entité non reconnue par la communauté internationale, et les territoires occupés d'Azerbaïdjan qui constituent une zone disputée, en particulier dansgereuse le long de la ligne de contact (cf avis de voyage sur l'Azerbaidjan). La protection consulaire de nos ressortissants ne peut pas y être assurée.
  • La route reliant Idjevan à Bagratachen (possible itinéraire Erevan-Tbilissi), ainsi que les routes au-delà de Berd, sont fortement déconseillées.
  • La frontière entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan est fermée.
  • La frontière avec la Turquie est également fermée. Des vols entre Erevan et Istanbul sont néanmoins organisés plusieurs fois par semaine.
  • Les opérations de déminage intervenues dans la région de Syunik ( sud-Est du pays) ont eu un effet considérable. Néanmoins les mines anti-personnelles peuvent toujours y constituer un danger dans certaines parties de la bande frontalière avec l'Azerbaïdjan.

 
Risque terroriste

Bien qu'aucune région ne soit plus à l'abri d'attentats terroristes, le niveau de la menace est considéré comme faible en Arménie.

 
Criminalité

Le niveau de la criminalité violente reste peu élevé, bien que les médias rapportent une croissance de la criminalité organisée qui ne vise pas, en principe, les touristes étrangers.

Cependant, une certaine augmentation de la petite délinquance est à noter. La vigilance est toujours recommandée en ce qui concerne le vol et les voleurs à la tire. Il est recommandé de garder  l'argent, les passeports, les billets d'avion et les autres objets de valeur dans un endroit sûr et d’être toujours muni d’une copie  de son passeport comme pièce d'identification.