Bangladesh

Carte Bangladesh

Dernière mise à jour

Lors de voyages au Bangladesh il est conseillé de prendre un maximum de précautions pour éviter tout risque lié à la sécurité. Dans le contexte actuel, il est déconseillé de se rendre dans la région de Chittagong.

Pour le reste du Bangladesh la plus grande vigilance est recommandée. Un risque d’attaques terroristes subsiste, en particulier sur des étrangers et dans les lieux et quartiers fréquentés par ceux-ci.

Par ailleurs, le climat politique reste tendu. Des manifestations à caractère politique et/ou communautaire, ainsi que des grèves (appelées localement « hartals »), peuvent dégénérer en affrontements.

La situation peut évoluer très rapidement et il est recommandé de se tenir régulièrement informé.

Afin d'organiser plus efficacement l'aide consulaire en cas de besoin, les compatriotes sont invités à enregistrer leur voyage sur https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Un voyage au Bangladesh n'est pas excempt de tout risque. Il est recommandé aux voyageurs de faire preuve de la plus grande prudence et de se renseigner à l’avance à l’aide de la presse (plusieurs journaux en langue anglaise) et d’autres sources locales fiables avant d'entreprendre des déplacements, surtout en dehors des agglomérations importantes. Les déplacements dans la région des Chittagong sont soumis à une autorisation spéciale des autorités, qui peuvent refuser l’accès de ces zones ou imposer une escorte de police. Tenant compte de la situation, il est fortement déconseillé de ce rendre dans cette région du Bangladesh. 

Le risque terroriste est présent. Le 2 juillet 2016, une attaque terroriste dans un restaurant connu de Dacca a coûté la vie à plus de 20 personnes, en majorité des étrangers. Depuis lors, aucun acte de grande ampleur n'a été perpétré.

Le pays a connu des tensions politiques et socio-économiques importantes ces dernières années. Il est impératif d'éviter toute manifestation et tout rassemblement à caractère politique.

Les infrastructures de santé sont rudimentaires, surtout en dehors des grandes agglomérations. Il est indispensable de souscrire une assurance couvrant le rapatriement sanitaire et de consulter votre médecin traitant avant votre départ.

Le Bangladesh est régulièrement touché par des inondations durant la période de la mousson (de juin à septembre), et le pays est situé dans une zone à haut risque d'activité sismique. Durant la saison des orages (imprévisibles, soudains et violents) de la mi-avril à la fin du mois de mai, il est formellement déconseillé d'emprunter les bateaux ou les ferries sur les voies fluviales, en particulier dans la baie du Bengale.

 
Risque terroriste

Le risque terroriste reste présent. Plusieurs attentats terroristes attribués ou revendiqués par des groupes islamistes - en ce compris l’Etat islamique - ont eu lieu ces dernières années. Une attaque a notamment fait plus de 20 victimes le 2 juillet 2016, en majorité des étrangers, dans un restaurant connu de Dacca. Une vigilance accrue s'impose partout, surtout dans des lieux publics et lors d’événements à caractère politique.

 
Tensions politiques et socio-économiques

Les tensions politiques dans le pays sont source d’insécurité. Des manifestations à caractère politique/communautaire et des grèves (appelées localement « hartals ») dégénèrent parfois en affrontements entre partisans de partis politiques rivaux. La situation peut évoluer rapidement, et de manière imprévisible.

Par ailleurs, suite à des catastrophes industrielles en série dans des usines de textile et d’habillement, des mouvements spontanés de protestation, souvent violents, ont eu lieu dans plusieurs régions du pays (notamment à Dhaka et sa banlieue industrielle d’Ashulia). Ces affrontements ont opposé des milliers d’ouvriers du secteur textile aux forces de l’ordre.

 
Chittagong Hill Tracts

Les déplacements vers la région des Chittagong Hill Tracts (sauf la ville portuaire de Chittagong elle-même) sont strictement déconseillés (notamment les districts de Khagrachari, Rangamati, Bandarban) Dans cette zone, outre les risques liés à la présence d'un important camp de réfugiés, les voyageurs pourraient être impliqués dans des confrontations entre groupes politiques ou ethniques rivaux et/ou entre ces groupes et les autorités. Les touristes étrangers sont une cible de choix pour certains criminels. Le risque de kidnapping est également réel. Le long de la frontière avec le Myanmar, il existe en outre des risques liés à la présence de mines antipersonnelles.Les voyageurs qui souhaitent néanmoins se rendre dans la région des Chittagong Hill Tracts à leurs risque et péril doivent en avertir les autorités au moins 10 jours à l'avance. Une autorisation spéciale est en effet nécessaire (Point de contact: Chittagong Divisional Commissioner's Office (tel: 031 617400/615247; fax: 031 617400/614961) ou Deputy Commissioner's Office (tel: 031 621001/619996; fax: 031 620570).

 
Criminalité

On constate une recrudescence de la petite criminalité au Bangladesh, surtout dans la capitale Dacca. Des cas d’agressions d’étrangers utilisant des rickshaws ont été constatés dans les quartiers de Banani, Gulshan et Baridhara, et il est donc fortement déconseillé d’utiliser ce mode de transport la nuit. De manière générale, il est recommandé de faire preuve d'une grande vigilance dans les transports en commun.

Les délits tels que vols à main armée, à la tire et à l'arraché, de jour comme de nuit, sont en augmentation. Il convient d'observer les consignes de sécurité suivantes: 

  • Se déplacer de préférence pendant la journée.
  • Exercer une vigilance accrue dans les transports en commun et les lieux publics.
  • Ne pas exhiber d'objets de valeur, ni emporter de grosses sommes d'argent liquide avec soi.
  • Etre attentif à ne pas se faire voler son passeport ou tout autre document d'identité. Il convient de garder ses documents avec soi en permanence et de conserver des copies en réserve.
  • Eviter d'emprunter seul les «rickshaws» ou les «babytaxis», et ne pas les emprunter dès que la nuit est tombée