Burkina Faso

Carte Burkina Faso

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

COVID

INFO : le test Covid est obligatoire avant le départ. Plus d'informations ci-dessous.

Transit : Même en transit, les autorités aéroportuaires ou votre compagnie aérienne peuvent imposer de nouveaux tests, et éventuellement un isolement de longue durée (14 jours) en cas de résultat positif. C'est notamment le cas pour les vols au départ de plateformes internationales bien connues comme Addis-Abeba, Istanbul, etc. Veuillez tenir compte de ce risque lors de la planification de votre voyage et vérifier à l'avance votre couverture d'assurance. ​

Les autorités burkinabés ont levé la majorité des mesures adoptées contre la pandémie Covid-19. Les aéroports de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso sont à nouveau ouverts aux vols commerciaux.

Toutefois, les mesures suivantes restent d’application :

  • Fermeture des frontières terrestres jusqu’à nouvel ordre;
  • Interdiction des cérémonies funèbres et funéraires et des cérémonies de baptême et de mariage regroupant plus de 50 personnes jusqu’à nouvel ordre.

Le port du masque reste obligatoire sur toute l’étendue du territoire.

Les conditions d’entrée et de départ dans les aéroports du Burkina Faso, liées au contexte de pandémie de Covid-19, sont les suivantes :

  • Les autorités burkinabè demandent à ce que les voyageurs disposent, à l’entrée sur leur territoire, d’un document attestant du résultat négatif de dépistage de la Covid-19 par la PCR réalisé moins de 5 jours avant le départ vers le Burkina Faso. A cet effet, le test doit être réalisé par une structure sanitaire agréée du pays de départ.
  • Par ailleurs, tous les voyageurs quittant sont soumis à la présentation d’un test PCR négatif de moins de 5 jours.

Les voyageurs ont également obligation :

  • de se soumettre aux procédures sanitaires aux points d’entrée,
  • de respecter les mesures barrières (lavage systématique des mains au savon et/ou friction au gel ou solution hydroalcoolique, port obligatoire de masque, respect de la distanciation).

Toute personne présentant des symptômes est invitée à appeler le numéro vert national concernant un risque de contamination : 3535

Veuillez suivre scrupuleusement les mesures d’hygiène et de santé d’usage et consultez le Service Fédéral Public de Santé belge (Tél 0800 14 689 ou www.info-coronavirus.be/fr).

 

 

 

La situation sécuritaire dans le pays se dégrade fortement. Les zones impactées sont difficiles à circonscrire. Les forces de défense et de sécurité, les ONGs, les acteurs du secteur privé mais également de nombreux  civils sont la cible d’actions terroristes de plus en plus fréquentes à travers le pays. Le risque d’enlèvement est très élevé. Compte tenu de la situation, les voyages touristiques et privés au Burkina Faso sont déconseillés. Tous les déplacements professionnels doivent quant à eux impérativement s'accompagner de mesures de sécurité appropriées.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be et, si nécessaire, de prendre contact par mail avec l'ambassade ouagadougou@diplobel.fed.be. 

 
Travellers Online

Description

Sécurité générale

La situation sécuritaire dans le pays se dégrade fortement. Les zones impactées sont difficiles à circonscrire. Les forces de défense et de sécurité, les ONGs, les acteurs du secteur privé mais également de nombreux  civils sont la cible d’actions terroristes de plus en plus fréquentes à travers le pays. Le risque d’enlèvement est très élevé.

L'état d'urgence, déclaré dans 14 provinces du pays (Kossi, Sourou, Koulpélogo, Gnagna, Gourma, Komandjari, Kompienga, Tapoa, Kénédougou, Loroum, Oudalan, Séno, Soum et Yagha), a été prolongé de 12 mois et restera valable jusqu’au 12 janvier 2021.

En conséquence, il est formellement déconseillé de se rendre : 

  • Dans la zone à l'Ouest et au Nord de la ligne Péni – Bobo Dioulasso - Dédougou – Toma - Yako;
  • Dans la zone au Nord et à l’Est de la ligne Yako – Kaya – Boulsa – Gounguen (en ce compris dans les villes-mêmes de Kaya, Boulsa et Gounguen) ;
  • Dans la zone à l’Est et au Sud de la ligne Gounguen – Tenkodogo – Manga – Sapouy – Dano – Diébougou  – Gaoua (en ce compris dans les villes-mêmes de Gounguen et Gaoua) ;
  • Dans la zone au Sud de la ligne Péni – Sidérabougou – Gaoua (en ce compris dans les villes-mêmes de Sidérabougou et Gaoua).
  • Par conséquent, dans tous les parcs animaliers au Sud et à l’Est du pays (Parc du W, Parc de la Pendjari, Parc de Nazinga).

Les voyages non-essentiels sont déconseillés dans le reste du pays (hormis la zone intra-péages de la capitale Ouagadougou et de la ville de Bobo-Dioulasso, voir plus loin). En cas de déplacement dans cette zone, il est conseillé de privilégier des allers-retours de jour, sur une même journée, et d’éviter les nuitées.

Une vigilance accrue est de mise dans la zone située à l’intérieur de la ceinture des péages de la capitale Ouagadougou et de la ville de Bobo-Dioulasso. Il est conseillé de privilégier la liaison par avion entre ces deux villes. Toutefois, compte tenu de la tenue des élections présidentielles et législatives le 22 novembre 2020, il est conseillé d’éviter les voyages non-essentiels vers ces deux villes durant la seconde moitié du mois de novembre 2020.

Compte tenu de la situation, les voyages touristiques et privés au Burkina Faso sont déconseillés. Tous les déplacements professionnels doivent quant à eux impérativement s'accompagner de mesures de sécurité appropriées.

Situation sécuritaire

La menace terroriste et le risque d’enlèvement sont réels, dans l'ensemble du pays. La situation sécuritaire connaît une dégradation continue.

Des violences interethniques récentes ont également fait plusieurs dizaines de morts parmi la population civile.

Les séjours essentiels au Burkina Faso, en ce compris dans la capitale et à Bobo-Dioulasso, nécessitent de suivre les conseils suivants:

  • Eviter les lieux publics très fréquentés, en particulier par la population expatriée.
  • Se tenir à l’écart des rassemblements de population.
  • Préférer la fréquentation des endroits publics correctement sécurisés.
  • Respecter scrupuleusement les consignes des autorités locales et éviter tout comportement suspect.

Se tenir informé de l’actualité du pays via les médias locaux et internationaux.

  • Adopter des mesures de sécurité adéquates lors de tout déplacement à l’intérieur du pays.

 
Risque d’enlèvement 


Le risque d’enlèvement dans les zones formellement déconseillées est très élevé et ne peut jamais être exclu dans le reste du pays. Depuis le mois d’avril 2018, 10 Occidentaux ont été kidnappés au Burkina Faso ou dans des territoires frontaliers.

 
Instabilité politique

Si la situation politique peut être qualifiée de relativement stable et que l’insécurité liée aux tensions sociopolitiques récurrentes reste modérée, cette situation pourrait évoluer très rapidement.

 
Groupes d’autodéfense et Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP)


La multiplication des acteurs intervenant aux côtés des Forces de sécurité, tels que les “Koglweogo” ou les VDP, peut générer une certaine confusion lors de leur identification sur le terrain et être source de danger.

Certaines parties du pays voient des groupes locaux s’affronter sporadiquement sur des questions communautaires.

 
Criminalité

Dans l'ensemble, peu d'étrangers sont victimes d'actes de criminalité sur le territoire burkinabè. Toutefois, la vigilance doit être de mise, surtout après la tombée de la nuit.

En ville, il est recommandé d'éviter les déplacements nocturnes isolés (à pied, en vélo ou à moto), de dissimuler d’éventuels sacs et sac à dos et de verrouiller les portes des véhicules. Il est également  déconseillé de porter des bijoux et autres objets de valeurs de manière ostentatoire. Il convient de se prémunir contre les vols des documents d'identité et de voyage en gardant les originaux en lieu sûr et en n'emportant dans ses déplacements que des photocopies.

Lorsque vous voyagez dans le pays, il est judicieux de réserver votre logement quelques jours avant votre arrivée seulement et de loger uniquement dans des hôtels sous bonne surveillance et protection ou chez des particuliers.

 
Coupeurs de route et risques routiers


Les coupeurs de route restent menaçants dans l’ouest du pays, que ce soit sur l’axe Ouagadougou-Bobo- Dioulasso ou dans la zone de Gaoua. En cas de problème de cet ordre, il est déconseillé de tenter de résister. Ce type d’embuscade est essentiellement exécuté sur des transports en commun locaux, où beaucoup de gens à bord peut signifier beaucoup d’argent et de biens. Ce type d'agressions se produisant généralement la nuit, les déplacements nocturnes sont déconseillés.

 
Cybercriminalité


Les arnaques, fraudes et escroqueries à travers internet à partir du Burkina Faso ou l’Afrique de l’Ouest en général, sont très fréquentes. Les escrocs utilisent une fausse identité et vous demandent de payer les frais à aéroport avant embarquement d’un proche, les frais d’hôpitaux, de donner votre numéro de compte en banque pour un transfert  bancaire etc. Il faut être vigilant dès que vous êtes en relation via internet avec une personne résidant au Burkina Faso (ils sont très actifs sur les réseaux sociaux et les sites de rencontre).

 
Numéros utiles dans tout le pays:

en général et en priorité: 1010

  • Gendarmerie: 16
  • Police: 17
  • Pompiers: 18