Cameroun

Carte Cameroun

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

1. Depuis le 15 juin, voyager de la Belgique vers les pays de l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège est de nouveau autorisé. Qu’il soit également possible d’entrer dans un autre pays dépend du consentement de votre pays de destination. Il est donc très important de vérifier les conseils aux voyageurs par pays afin de connaître la situation dans le pays de destination. Les voyages non essentiels en dehors de l'Union européenne, le Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège restent interdits jusqu’à nouvel ordre.

2. La quarantaine au retour en Belgique n’est pas obligatoire pour les voyageurs qui se déplacent à l’intérieur des frontières de l’UE, au Royaume-Uni, la Suisse, le Liechtenstein, l'Islande et la Norvège. Notez que l’auto-quarantaine en Belgique reste obligatoire pour les voyageurs qui (re)viennent d'en dehors de cette région, sauf s'il s'agit d'un voyage essentiel.

3. Les voyageurs doivent savoir que de nouveaux foyers de Covid à l'étranger peuvent affecter considérablement leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou les frontières fermées.

4. Le Conseil de l'UE a recommandé la levée des restrictions de voyage à partir du 1er juillet pour 14 pays en dehors de l’Europe : l’Algérie, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Géorgie, le Japon, le Maroc, le Monténégro, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay. Le gouvernement belge poursuit l'examen de cette liste. Les mesures existantes resteront en vigueur au moins jusqu'au 7 juillet.

 

Les frontières terrestres, aériennes et maritimes camerounaises sont momentanément fermées, tous les vols passagers en provenance de l’étranger sont suspendus (sauf quelques rares exceptions) et la délivrance des visas d’entrée au Cameroun est aussi suspendue.

Les autorités camerounaises ont adopté une série de mesures de protection contre la propagation du virus, détaillées dans notre rubrique « Santé et hygiène ».

Si vous êtes déjà au Cameroun et souhaitez être tenus au courant des éventuels vols qui seraient néanmoins organisés vers l’Europe, informez-en l’ambassade de Belgique à Yaoundé par mail à : yaounde@diplobel.fed.be

Il est fortement recommandé aux Belges qui se rendent dans le pays de se mettre en contact avec l’ambassade de Belgique à Yaoundé (+237 222 21 52 91 / yaounde@diplobel.fed.be) et de s’enregistrer sur Travellers Online (https://travellersonline.diplomatie.be).

 

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be
 

Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Grandes villes/lieux touristiques

Dans la capitale Yaoundé,  il est déconseillé de fréquenter le quartier de la Briquetterie ainsi que le marché de Mokolo. Il est peu prudent de se déplacer à pied à Yaoundé, de jour comme de nuit, étant donné le risque d'agression. Le sommet du Mont Fébé, où l'on dispose d'une vue panoramique sur la ville, est un lieu courant d’agressions armées. Dans les autres villes, tous les déplacements de nuit sont déconseillés.

Il est vivement conseillé de privilégier des résidences sécurisées pour se loger. Quelques grands hôtels sont présents mais tous n’offrent pas les qualités requises en matière de sécurité. Les lieux de rassemblement comme les marchés, les festivals locaux ou les lieux situés à proximité d’ installations militaires sensibles sont déconseillés. Il faut constamment veiller à sa sécurité personnelle.

 

Régions déconseillées

Le Cameroun est officiellement en guerre contre l’organisation terroriste Boko Haram. Tous les déplacements vers la région de l’Extrême-Nord du Cameroun sont à éviter. Dans cette région, les occidentaux courent un réel danger (criminalité importante, viols, enlèvements et attentats). Les touristes et les humanitaires sont également visés. Des attentats terroristes ont souvent lieu dans des lieux de grands rassemblements (comme les marchés locaux).

Tout voyage dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est déconseillé en raison de violentes confrontations entre groupes séparatistes et forces de l’ordre. Le risque d’enlèvements d’Occidentaux n'est pas à exclure. Par ailleurs, en cas d'opération « villes fantômes »  (« ghost towns »), il convient de s’abstenir de circuler sur la voie publique et de rester à l’intérieur - notamment à Bamenda, Buea et Kumbo.  Il est également conseillé de suivre les recommandations susceptibles d’être formulées par les autorités locales, comme par exemple les couvre-feux.

Tous les voyages dans les zones frontalières avec le Nigéria, le Tchad et la République centrafricaine, même hors des régions de l'extrême-nord, du nord-ouest et du sud-ouest sont également déconseillés ainsi que les voyages non-essentiels dans les régions du Nord et de l’Adamaoua. Le long des frontières avec le Nigéria, le Tchad et la République Centrafricaine des bandits (« coupeurs de route ») commettent des vols et des enlèvements en vue d'obtenir une rançon.

L'assistance consulaire sera très difficile à obtenir dans ces régions à cause de la situation sécuritaire.

Si vous envisagez un déplacement dans ces zones, il doit se faire dans le respect de mesures de sécurité strictes:

  • voyager en convoi sécurisé, avec une escorte de militaires camerounais et en disposant d’un ordre de mission,
  • prévoir un stock de vivres suffisant,
  • prévoir un hébergement sécurisé et prédéterminé et
  • réduire au maximum ses déplacements ; tout déplacement de nuit est à proscrire.
  • rester discret sur la destination et l’itinéraire emprunté pour se rendre à sa destination

Il est recommandé de s’informer régulièrement sur l’évolution de la situation sécuritaire dans la zone de déplacement et de planifier avec précaution ses mouvements.

 

Criminalité

La délinquance urbaine est en augmentation ces dernières années, surtout à Douala et à Yaoundé.

Pour votre sécurité, il convient :

  • d'éviter de se promener seul le soir ou la nuit ;
  • de circuler en journée uniquement en voiture, de préférence portes verrouillées et vitres relevées. Les véhicules 4x4 sont particulièrement prisés par les malfaiteurs ;
  • d’éviter de prendre des taxis de manière isolée, y compris en journée. En l’absence d’alternative, les trajets en groupe sont recommandés, en particulier la nuit (il est conseillé d’engager un taxi privé ou encore de louer une voiture avec chauffeur) ;
  • de ne pas porter de grandes quantités d'argent ou des objets de valeur sur soi.  Il peut être utile de disposer à portée de main d'une petite somme d'argent afin de pouvoir satisfaire d'éventuels agresseurs et de ne pas leur opposer de résistance car ils sont souvent armés ;
  • de ne pas laisser des objets de valeur ou des documents d’identité dans votre voiture ;
  • de garder la porte de votre chambre d’hôtel fermée à clé et de n'ouvrir qu'aux personnes connues et aux employés de l'hôtel après vérification de leur identité et de leur présentation auprès de la réception ;
  • d’éviter les quartiers populaires des grandes villes (notamment les quartiers de Mokolo et de la Briqueterie à Yaoundé).

Des cambriolages ont souvent lieu la nuit et sont parfois organisés par des hommes armés, qui passent outre les dispositifs de surveillance et peuvent recourir à la violence en cas de résistance. Il est donc fortement déconseillé de résister.

La criminalité  augmente habituellement au moment des fêtes de fin d'année et à l’approche de la rentrée scolaire (septembre)

Criminalité sur internet

Méfiez-vous des relations nouées par internet. Il est déconseillé d’organiser des rendez-vous par le biais d’applications sur smartphone ou internet. L’Ambassade de Belgique enregistre un nombre constant de plaintes de Belges victimes d’escroqueries via internet et des cas de menaces et escroqueries sont régulièrement rapportés. La plus grande prudence s’impose absolument dans le cadre de relations ou transactions financières via internet.