Chypre

Carte Chypre

Dernière mise à jour
 

Coronavirus COVID-19

  • Les informations sur les voyages sont des conseils et ne sont pas contraignantes.
  • Sur la page d'accueil de ce site, vous trouverez la carte COVID, qui explique les pays et régions et les conditions pour s'y rendre ou non, ainsi que les mesures applicables lors du retour en Belgique.
  • Enregistrez votre voyage via TravellersOnline.
  • IMPORTANT : les voyageurs doivent savoir que de nouveaux foyers de COVID à l'étranger peuvent affecter considérablement leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou les frontières fermées.

 


EXPLICATION CODE COULEUR

Il est possible de se rendre à Chypre en respectant les conditions suivantes:

Les passagers partant d'un aéroport figurant sur la liste B (définie par le gouvernement chypriote) devront se soumettre à un test PCR pour le Covid-19 moins de 72 heures avant l’embarquement.

L'ensemble du territoire chypriote est actuellement en zone verte.

 

INFO INAMI : le test Covid est obligatoire avant le départ. Voir plus d'informations ci-dessous.

 

Coronavirus: Un nombre limité de cas d’infections au coronavirus (COVID-19) ont été enregistrés à Chypre. Les voyageurs sont invités à suivre la situation dans les médias et à suivre les consignes des autorités locales. Le SPF Santé publique a mis en ligne un site consacré au Coronavirus: www.info-coronavirus.be/fr. Les autorités chypriotes ont également consacré un site web officiel à la question du coronavirus : https://www.pio.gov.cy/coronavirus/en/index.html (en grec et anglais)

Le gouvernement chypriote a annoncé le 22 mai les modalités de reprise progressive des liaisons aériennes et les conditions d’accueil des touristes sur l’île.

Depuis le 9 juin, toute personne désirant se rendre à Chypre doit s’inscrire et remplir un formulaire en ligne sur le site : https://cyprusflightpass.gov.cy/ (en grec et anglais).

Depuis cette même date, une reprise partielle des vols commerciaux est constatée. Celle-ci se déroule en plusieurs phases, par catégories (A et B) de pays définies en fonction du degré de contamination. La Belgique est reprise dans la liste B, ce qui permet depuis le 20 juin aux passagers en provenance des aéroports belges d’accéder au territoire chypriote à condition d’avoir effectué un test PCR moins de 72 heures avant l’embarquement. Les conditions d’accès sont reprises dans ce document.

Il est important de signaler que seules les autorités chypriotes et leurs ambassades et consulats à l’étranger sont compétents pour donner des informations officielles concernant les conditions d‘accès au territoire chypriote. Les renseignements repris ici sont donnés à titre purement informatif.

 

Le nord de l’île (contrôlée par l’armée turque et la "République turque de Chypre nord" non reconnue internationalement):

Rappel préliminaire : les ressortissants étrangers qui entrent à Chypre par le nord (par exemple, via l'aéroport d'Ercan) sont considérés par le gouvernement de la République de Chypre comme étant entrés à Chypre par un port d'entrée illégal. Ainsi, le gouvernement de la République de Chypre peut donc vous infliger une amende pour entrée illégale et/ou vous refuser l'entrée (ou la sortie) de la République.

Les opérations aux points de passage sont affectées par les mesures de lutte contre les coronavirus (COVID-19). En effet, les points de passage entre les deux parties de l’île ont rouvert de manière partielle (uniquement sur base d’une autorisation préalable et uniquement dans le cadre d’un voyage essentiel) et peuvent être fermés sans préavis. Plusieurs ressortissants étrangers sont restés bloqués côté nord durant plusieurs semaines et certains autres rencontrent encore des difficultés à obtenir l’autorisation à quitter la partie nord de l’île.

Par ailleurs, il est à signaler que les vols décollant du nord de l’île (aéroport « d’Ercan », non agréé par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI)) ne sont uniquement à destination de la Turquie. Dès lors, vous devez également vérifier les règles sanitaires applicables à l’entrée et au retour depuis ce pays (cf. conseils aux voyageurs pour la Turquie).

 

Pour plus d’informations concernant la situation actuelle et les conditions d’entrée à Chypre, les autorités locales communiquent:

1.Une adresse e-mail dédiée a été mise en place: travel2020@visitcyprus.com 

2. Toutes les informations pertinentes seront également mises à disposition sur les sites Web www.visitcyprus.com et www.cyprusflightpass.gov.cy (en grec et anglais)

3. De plus, une équipe dédiée d'experts répondra aux questions des voyageurs sur Facebook Messenger (page principale www.facebook.com/VisitCyprus.cy).

 

Les personnes se trouvant actuellement en voyage à Chypre sont invitées à s'enregistrer sur le site web www.travellersonline.diplomatie.be. En cas d'urgence, les personnes concernées peuvent contacter l’Ambassade ou s’adresser aux autorités locales pour assistance.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Informations générales

La plupart des visites en Chypre s'effectuent sans difficulté particulière

L'île de Chypre demeure divisée dans sa longueur par une ligne de cessez-le-feu, imposée par les Nations Unies en 1974, la «Ligne Verte». Celle-ci sépare le territoire placé sous le contrôle effectif du gouvernement  de la République de Chypre, internationalement reconnue  de  celui de la soi-disante République Turque de Chypre du Nord. La «République Turque de Chypre du Nord » (RTCN), s'est autoproclamée indépendante en 1983 et n'a été reconnue par aucun pays de la Communauté internationale, sauf par la Turquie. La capitale, Nicosie, est aussi coupée en deux par la Ligne Verte. Les communautés greco-chypriote et turco-chypriote vivent séparées, malgré l'ouverture partielle de la Ligne Verte depuis 2003.

Les touristes visitant la partie nord de l’île (contrôlée par l’armée turque et la "République turque de Chypre nord" non reconnue internationalement) doivent impérativement respecter les interdictions de prises de vue aux abords des zones militaires turques protégées et identifiées comme telles par des panneaux comportant la mention « zone interdite » en plusieurs langues, dont le français. Il arrive en effet que des personnes soient arrêtées par la police de la « RTCN » pour n’avoir pas respecté ces interdictions, que l’armée turque applique scrupuleusement. Il est à cet égard fortement déconseillé de pénétrer dans la « zone tampon » en dehors des points de passage autorisés, des sentinelles armées en assurant de chaque côté la protection. En outre, certaines zones de la ligne verte sont  minées.

Ces circonstances ne troublent toutefois pas l'activité touristique sur l'île, qui est visitée chaque année par quelque 30 000 Belges.


Criminalité

Le degré de criminalité dans l'île est moins élevé que dans la plupart des pays de l'Union européenne. Depuis l'ouverture de la ligne verte en 2003, elle a tendance à augmenter. Les touristes sont parfois confrontés à de la petite criminalité telle que pick pockets, vente d’imitations de produits de luxe etc… 

De petits vols se produisent surtout durant la saison touristique.