Congo, République Démocratique

Carte Congo (Republique Democratique)

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Actuellement, vous ne pouvez vous rendre à l'étranger que pour une raison essentielle. Plus d'informations sur les voyages essentiels sur http://www.info-coronavirus.be/fr/voyages 
  • Si vous vous déplacez à l'étranger pour un motif essentiel, nous vous conseillons de prendre en compte les avis suivants.

 

COVID
 

INFO INAMI : le test Covid est obligatoire avant le départ. Voir plus d'informations ci-dessous.

Transit : Même en transit, les autorités aéroportuaires ou votre compagnie aérienne peuvent imposer de nouveaux tests, et éventuellement un isolement de longue durée (14 jours) en cas de résultat positif. C'est notamment le cas pour les vols au départ de plateformes internationales bien connues comme Addis-Abeba, Istanbul, etc. Veuillez tenir compte de ce risque lors de la planification de votre voyage et vérifier à l'avance votre couverture d'assurance.​

Les voyages internationaux et domestiques sont fonctionnels. Bien que la RDC ait rouvert ses frontières avec les pays voisins, certains d’entre eux (Rwanda, Burundi, République du Congo, Angola) maintiennent la fermeture de leurs frontières terrestres et fluviales avec la RDC. Vérifiez les avis de voyage des pays limitrophes si vous envisagez un transit.

Tout passager qui voyage vers la RDC doit présenter une attestation médicale confirmant le résultat négatif d’un test COVID-19 PCR datant de maximum 7 jours avant le voyage. En outre, tout passager arrivant en RDC est soumis à un test COVID-19 PCR à l’aéroport d’entrée en RDC (uniquement en place à Kinshasa actuellement). Les passagers sont invités, avant l’embarquement au pays de départ de s’enregistrer en ligne sur le site www.inrbcovid.com pour avoir un code QR à présenter à l’arrivée du centre de prélèvement à l’aéroport. Le test est payant (45 USD).

Tout voyageur qui n’a pas de titre de séjour en RDC (par exemple qui voyage avec un visa touristique, ou qui obtient son visa à l’aéroport), doit être muni d’une assurance valable pour toute la durée de votre séjour, couvrant les frais pour le traitement COVID-19 en RDC.

Tout passager qui prend un vol international à partir de la RDC doit présenter à l’embarquement une attestation médicale confirmant le résultat négatif d’un test COVID-19 PCR réalisé maximum 3 jours avant le voyage par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ou par un autre centre médical agréé par le Ministère de la Santé. Le coût varie en fonction du centre de prélèvement.

Tout passager qui prend un vol domestique en RDC doit présenter à l’embarquement un certificat négatif d’un test COVID réalisé maximum 7 jours avant le voyage par l’Institut National de Recherche Biologique (INRB)(link is external) ou par un autre centre médical agréé par le Ministère de la Santé (l’INRB a accrédité des laboratoires provinciaux à Goma, Bukavu, Lubumbashi, Kisangani, Mbandaka). Le test pour vol domestique a une durée de validité de 14 jours et ne doit donc pas être refait si le déplacement aller-retour est inférieur à cette période de temps.

Depuis début octobre 2020, une recrudescence importante de cas COVID-19 est rapportée, en particulier à Kinshasa. Le pays se trouve actuellement dans la seconde vague de l’épidémie. Il est vivement conseillé à tout voyageur ou résident en RDC de suivre de près l’évolution de la situation et de se conformer aux recommandations des autorités locales et de l’OMS en matière de règles d’hygiène et de mesures de santé publique.

Le port du masque est obligatoire dans l’espace public (notamment les lieux de travail, les écoles, les lieux de culte, les lieux de déroulement des activités sportives, les universités, les hôpitaux, les transports, les restaurants, les bars, les établissements d’hébergement et les édifices publics), sous peine d’amende en cas d’infraction.

Pour lutter contre la deuxième vague du COVID-19 en RDC, les autorités Congolaises ont pris des mesures complémentaires qui entrent en vigueur à partir de ce vendredi 18.12.2020 sur toute l’étendue du territoire national.

Il s’agit d’un renforcement des mesures déjà en place (LIEN ) ainsi que certaines nouvelles mesures :

  1. Un couvre-feu de 21h à 5h du matin, rendant la circulation impossible sauf pour des personnes disposant d’une dérogation (autorisation spéciale de l’autorité provinciale) et des personnes se trouvant dans la situation d’urgence sanitaire.
  2. L’interdiction des cérémonies festives et des réunions de plus de dix personnes.

 

Les structures de santé capables de répondre à des cas sévères de coronavirus sont, à quelques exceptions près, fort limitées à Kinshasa et plus encore dans le reste du pays.

Aucune campagne de vaccination contre le COVID-19 n’est actuellement en cours dans le pays.

Le contexte sécuritaire reste volatil et dangereux sur l’ensemble du territoire.

Dans la partie orientale du pays, en particulier dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, Ituri, Haut-Uele et Tanganyika, ainsi que dans les régions du Kasaï, les risques sécuritaires sont encore plus élevés. Tout voyage dans ces régions est strictement déconseillé. Si un voyageur devait toutefois s’y rendre, tout déplacement doit s’effectuer de manière strictement encadrée sur le plan sécuritaire et sanitaire.

Dans les grandes villes du pays, en particulier à Kinshasa et à Lubumbashi, des incidents liés à la petite et grande criminalité ou à des troubles relatifs à la situation politique peuvent régulièrement arriver, souvent de manière soudaine et imprévue. Bien qu’elle ne soit généralement pas visée lors de troubles politiques, la communauté expatriée est susceptible d’être touchée par ses répercussions. Elle peut aussi faire l’objet de menaces et de vols avec violence liés à son statut économique. Les enlèvements – jusqu’à présent touchant principalement des ressortissants congolais – sont récurrents dans certaines zones du pays.

Une grande vigilance est donc recommandée en cas de séjour en RDC. Il convient

(1) de se tenir informé de l’actualité congolaise via les médias, la consultation régulière de cet avis de voyage et la page Facebook de l'Ambassade à Kinshasa et celle du Consulat Général à Lubumbashi

(2) d'éviter les attroupements et les manifestations,

(3) de se déplacer avec prudence

(4) de suivre les mesures de prudence recommandées dans la brochure de sécurité de l’ambassade disponible sur son site web

(5) d’être à jour sur le plan administratif (i.e. passeport en cours de validité) au cas où il serait nécessaire de voyager de manière soudaine.

Les Belges qui voyagent vers la République Démocratique du Congo sont invités à enregistrer leur voyage via https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité

Depuis les élections du 30 décembre 2018, le pays a retrouvé un certain degré de stabilité politique. La situation sécuritaire reste néanmoins difficile à anticiper. Des manifestations et troubles imprévisibles de nature politique sont possibles.

Sécurité générale 

Dans le Haut-Uele, en Ituri, dans le Nord-Kivu, dans le Sud-Kivu, au Tanganyika, la présence de groupes armés rend ces régions instables et dangereuses.

Il règne actuellement un calme relatif dans les trois provinces du Kasaï. Des éruptions de violences sporadiques sont toutefois possibles. 

Les visites dans les parcs naturels sont possibles avec un accompagnement rigoureux. Le risque d’incidents avec des groupes armés ou des bandes criminelles est réel. Ainsi, le 11 mai 2018, deux touristes britanniques en route pour le Parc des Virunga ont été enlevés à une dizaine de kilomètres de Goma suite à quoi le parc Virunga a suspendu ses opérations touristiques pendant près de 10 mois. Il a entretemps été rouvert aux touristes. 

Si vous envisagez la visite d’un parc naturel, prenez directement contact avec les autorités du parc concerné afin de vérifier la situation sécuritaire locale. Il faut également se tenir prêt à annuler son voyage en dernière minute le cas échéant.

Criminalité

La criminalité dans les villes est à un niveau très élevé en raison de la détérioration de la situation socio-économique, en particulier à Lubumbashi et à Kinshasa. Il est dès lors déconseillé de se déplacer à pied, d'utiliser les transports en commun et les taxis, en particulier la nuit. 



Une recrudescence de l’insécurité dans la commune de la Gombe à Kinshasa et dans d’autres parties de la ville, a récemment été constatée. En effet, plusieurs expatriés ont été victimes d’attaques ou de menaces à l’arme blanche et/ou par arme à feu.

Mesures de sécurité spécifiques 

  • Il est préférable de demander à des amis ou à des connaissances de venir vous chercher à l’aéroport de N’Djili (Kinshasa) ou de Luano (Lubumbashi). 
Lors de déplacements en voiture, il est fortement conseillé de verrouiller les portières et de sortir de votre voiture que lorsque votre environnement vous semble sûr.
  • Ne vous déplacez jamais seul ou en petit groupe à pied (surtout la nuit) 

  • Il est également déconseillé de porter sur soi des objets de valeur ou de grosses sommes d’argent. 

  • Les barrages militaires doivent toujours être strictement respectés.
  • Si vous vous trouvez subitement mêlé à une manifestation ou un rassemblement, veillez à quitter les lieux aussi vite que possible.