Congo, République Démocratique

Carte Congo (Republique Democratique)


Dernière mise à jour

Les voyages non essentiels vers la République Démocratique du Congo sont actuellement déconseillés. Actuellement, tous les voyages vers les Kasaï, le Tanganyika, le Haut-Uele et l’Ituri sont formellement déconseillés.

Une nouvelle épidémie d’Ebola a été déclarée le 08 mai 2018 par les autorités congolaises dans les zones de santé de Bikoro et d´Iboko, dans la Province de l’Equateur. Les autorités congolaises ont recensé 20 personnes probablement décédées du virus Ebola, dont 3 avec certitude.  Le foyer de l’épidémie se trouve cette fois dans des zones proches d’une voie de communication, le fleuve Congo, ce qui augmente le risque de propagation de l’épidémie.  Trois cas suspects et 1 cas confirmé ont entretemps été recensés à Mbandaka, en milieu urbain.   Les autorités congolaises prennent les mesures adéquates pour faire face à cette neuvième épidémie en République Démocratique du Congo.​  Il est recommandé de suivre l’évolution de l’épidémie sur le site de l’OMS (www.who.int/csr/disease/ebola/fr). Il est déconseillé de se rendre à Mbandaka et dans les régions touchées par l’épidémie.  A titre préventif, il est également recommandé aux ressortissants belges qui ne sont pas professionnellement impliqués dans la lutte contre l’épidémie, de quitter la région. 

Depuis le 12 mai 2018, les détenteurs d’un visa délivré par le Consulat général de la République Démocratique du Congo à Anvers rencontrent des difficultés lors de leur entrée sur le territoire congolais, voire font l’objet d’un refoulement.  Il est déconseillé aux détenteurs d’un tel visa d’entreprendre un voyage en République Démocratique du Congo et il leur est conseillé de prendre contact avec l’Ambassade de la République Démocratique du Congo à Bruxelles afin de se voir délivrer un nouveau visa.

Une augmentation d’attaques violentes et de braquages, parfois à mains armées, visant la population locale comme la communauté expatriée, toutes nationalités confondues, est constatée à Lubumbashi ainsi qu’à Kinshasa, surtout dans les quartiers populaires mais aussi dans le centre-ville (La Gombe).   La plus grande prudence est recommandée  lors de tous vos déplacements.

Le 31 décembre 2016 un accord politique a été conclu dans lequel a été convenu d’organiser les élections fin 2017 et de former un gouvernement d’unité. Jusqu’à présent, cet accord n’est toujours pas mis en œuvre.  On peut s’attendre à de nouvelles manifestations liées au climat politique et socio-économique tendu.    Ces manifestations peuvent dégénérer en troubles violents, voire donner lieu à des réactions vives et armées de la part des forces d’ordre.

Les Belges qui se trouvent sur place doivent faire preuve d’une vigilance accrue. Il est conseillé d’éviter les manifestations et rassemblements et de suivre l’actualité de près, de consulter l’avis de voyage et la page Facebook de l’ambassade.

Les Belges qui voyagent vers la République Démocratique du Congo sont priés d’enregistrer leur voyage via https://travellersonline.diplomatie.be.

En application d’une décision prise par les autorités congolaises en date du 05 février 2018, le consulat général de Belgique à Lubumbashi est fermé depuis le 06 février.  Les ressortissants belges qui étaient inscrits dans les registres consulaires du consulat général voient leur dossier administratif transféré vers notre ambassade à Kinshasa et devront dorénavant s’adresser à l’ambassade pour toute assistance administrative (demande de passeport et de carte d’identité, dossiers de nationalité et d’état civil).  Les coordonnées de l’ambassade sont reprises sur le site internet http://rdcongo.diplomatie.belgium.be.

 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité

Le 31 décembre 2016 un accord politique a été conclu dans lequel a été convenu d’organiser les élections fin 2017 et de former un gouvernement d’unité. Des nouvelles manifestations liées au calendrier électoral congolais et au climat politique et socio-économique tendu ne sont pas à exclure dans les prochains semaines et mois à venir tant à Kinshasa que dans le reste du pays. Ces manifestations peuvent dégénérer en troubles violents.

 

Goma a connu le 9 novembre 2016 sa première attaque de type terroriste sous la forme d’un IED (Improvised Explosive Device) qui visait le bataillon indien de la MONUSCO. 

Le nord de la province de Tanganyika continue à être secoué par le conflit entre Pygmées et Bantous. La zone couvrant notamment les villes de Nyemba et Nyunzo sur l’axe Kabalo-Kalémie est particulièrement concernée. 

Les trois provinces du Kasaï ainsi que les provinces voisines du Sankuru et du Lomami étaient depuis le milieu de l´année 2016 affectées par un conflit opposant les forces de sécurité à un mouvement de rébellion contre le pouvoir. Les villes de Kananga, Tshikapa, Tshimbulu et Mbuji Mayi ont été le théâtre de combats. Un calme relatif est aujourd’hui revenu.

Sécurité générale 



Dans le Haut-Uele, en Ituri, dans le Nord-Kivu, dans le Sud-Kivu, au Tanganyika, dans les Kasaï et les provinces limitrophes du Sankuru et du Lomami, la présence de groupes armés rend la région instable et dangereuse.

Les visites dans les parcs naturels sont déconseillées.  Le risque d’incidents avec des groupes armés ou des bandes criminelles est réel. Ainsi, le 11 mai 2018, deux touristes britanniques en route pour le Parc des Virunga ont été enlevés à une dizaine de kilomètres de Goma, et retenus pendant deux jours par des hommes armés. Si un tel voyage est vraiment nécessaire, prenez directement contact avec les autorités du parc concerné afin de vérifier la situation sécuritaire locale.  Il faut également se tenir prêt à annuler son voyage en dernière minute le cas échéant.


Comme conséquence des problèmes en République de Centrafrique et au Sud-Soudan, de grands groupes de réfugiés séjournent actuellement au Sud-Ubangi, au Haut-Uele et en Ituri, ce qui entraîne des tensions accrues dans ces provinces. 



Dans le reste du pays, y compris les grandes villes, la situation est tendue.  Les conditions économiques et politiques très difficiles peuvent rapidement dégénérer en troubles sociaux et manifestations, entraînant une répression de la part des services de sécurité.  Il est dès lors conseillé aux Belges qui se trouvent sur place d’éviter les rassemblements, manifestations et réunions politiques.


Criminalité

La criminalité dans les villes reste modérée, mais a tendance à augmenter en raison de la détérioration de la situation socio-économique, en particulier à Lubumbashi et à Kinshasa.  Il est dès lors déconseillé de se déplacer à pied. 




Mesures de sécurité spécifiques 




  • Il est préférable de demander à des amis ou à des connaissances de venir vous chercher à l’aéroport de N’Djili et d’effectuer le trajet vers le centre-ville dans un véhicule privé. 

  • Les déplacements à pied sont déconseillés en toutes circonstances 

  • Lors de déplacements en voiture, il est fortement conseillé de verrouiller les portières. 

  • Il est également déconseillé de porter sur soi des objets de valeur ou de grosses sommes d’argent. 

  • Méfiez-vous des contrôles de police (vrais ou faux) 

  • Les barrages militaires doivent toujours être strictement respectés.
  • Si vous vous trouvez subitement mêlé à une manifestation ou un rassemblement, veillez à quitter les lieux aussi vite que possible.