Côte d'Ivoire

Carte Côte D'Ivoire

Dernière mise à jour


La menace terroriste à l’égard de cibles occidentales persiste. Une vigilance accrue est recommandée.

Du 12 au 15 mai 2017 des militaires se sont mutinés pour exiger une prime du gouvernement. Le 16 mai 2007 un accord a été trouvé entre les parties et le calme est revenu sur le pays.  Il reste toutefois conseillé de faire preuve de vigilance lors des déplacements en Côte d’Ivoire et de toujours se tenir informé via les médias locaux.

Les règles habituelles de bon sens (éviter les attroupements et les déplacements de nuit, etc.) restent en vigueur.

Afin de nous permettre d’optimiser notre assistance consulaire, nous vous invitons à signaler votre voyage et votre itinéraire sur notre site dédié: https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité

La menace terroriste à l’égard de cibles occidentales persiste. Une vigilance accrue est recommandée.

Pour les voyages en Côte d’Ivoire, la vigilance est renforcée depuis l’attaque terroriste qui a eu lieu le 13 mars 2016 à Grand-Bassam.

Les déplacements non-essentiels vers  des lieux non-sécurisés à forte concentration de personnes à Abidjan et dans le reste du pays sont déconseillés.

Sécurité générale

Ces dernières années, la situation sécuritaire s’est sensiblement améliorée sur tout le territoire et notamment dans la capitale économique, Abidjan. Le nombre d’attaques contre des cibles militaires ou policières, principalement le long de la frontière avec le Libéria, a nettement diminué.
Toutefois, des milliers d’armes illégales circulent encore dans le pays et facilitent la criminalité, surtout à l’intérieur du pays et plus particulièrement dans le nord (axe Bouaké-Korhogo), où le phénomène des « coupeurs de route » perdure.

 Des affrontements intercommunautaires peuvent aussi dramatiquement dégénérer, comme ceux qui ont causé quelques dizaines de morts à Bouna (nord-est du pays, à la frontière avec le Ghana) en mars 2016. Une vigilance accrue est recommandée lors d’un séjour en Côte d’Ivoire et il convient de bien se renseigner avant de se déplacer à l’intérieur du pays.

La zone frontalière avec le Liberia est à éviter en raison des attaques armées qui s’y produisent occasionnellement..

Il faut également redoubler de vigilance en raison du risque terroriste au Sahel .Le 13 mars 2016, une attaque djihadiste a fait plus de vingt morts dans la station balnéaire de Grand-Bassam, à 30km à l’est d’Abidjan. Dans tout le pays mais en particulier à Abidjan, il est recommandé d’éviter les lieux non-sécurisés de forte concentration de personnes.

Trois pays voisins (Libéria, Sierra Leone et Guinée) restent touchés par l’épidémie d’Ebola. Il est donc recommandé de suivre les directives sanitaires des autorités locales à cet égard.

L'ambassade recommande aux ressortissants belges - y compris aux personnes qui sont seulement de passage en Côte d'Ivoire - de se faire connaître auprès des services de l'ambassade à leur arrivée, et de signaler leur départ, en envoyant un courriel à abidjan@diplobel.fed.be, en précisant leurs coordonnées locales ou en s’inscrivant sur le site https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Criminalité

Le banditisme armé demeure un problème. Des « coupeurs de route » sévissent sur certaines routes à l’intérieur du pays, surtout dans le nord.  En ville également, la criminalité existe, en particulier dans les quartiers populaires d’Abidjan.

Quelques recommandations d’usage :

  • à la tombée de la nuit, éviter tout déplacement en dehors des centres urbains;
  • en voiture, circuler avec les portières verrouillées, même lors d’un court trajet ;
  • éviter de porter des bijoux et de transporter des sommes d'argent importantes;
  • se prémunir contre le vol des documents d'identité et de voyage en gardant les originaux en lieu sûr et en n'emportant dans ses déplacements que des photocopies ;
  • rester vigilant face aux escroqueries en tous genres ;
  • garder toujours avec soi, et de manière discrète, un téléphone portable ;
  • garder sur soi les numéros d’appel des forces de l’ordre(100 :Centre d’appel - Ministère de l’Intérieur ; 145 : Gendarmerie ; 111 ou 170 : Police).

Alertes aux arnaques sur internet

Les arnaques, fraudes et escroqueries via internet à partir de la Côte d'Ivoire sont fréquentes. Elles revêtent généralement un caractère « officiel » par le biais d’usurpation de noms d’instances officielles.

En voici quelques variantes :

  • offre de virement sur votre compte d’un pourcentage important d'une grosse somme d'argent en échange de votre "discrétion";
  • annonce d'un gain à une loterie, le plus souvent étrangère ;
  • transferts d'argent provenant d'un héritage fictif, d'un legs ou autres ;
  • offre d'achat d'un objet en ligne sur internet (véhicule, téléphone, etc.) ;
  • prétendus frais et taxes à payer à l'aéroport avant embarquement d’un proche ou d’une connaissance (rencontré via un site de rencontre, etc.);
  • annonce de l’accident (fictif) grave d’un proche ou d’une connaissance (rencontré via un site de rencontre, etc.) avec demande de paiement direct de frais hospitaliers.

L'ambassade recommande de:

  • ne jamais répondre à ce genre de courriels ;
  • être vigilant dès que vous êtes en relation via internet avec une personne résidant ou de passage en Côte d'Ivoire ;
  • ne jamais donner vos coordonnées bancaires ou un exemplaire de votre signature ;
  • ne jamais envoyer d'argent au titre de frais de dossier ou autres.

L'ambassade tient à rappeler qu'elle n’est pas habilitée à:

  • vérifier l'existence de ces particuliers ou organismes ;
  • récupérer les fonds que vous auriez déjà versés ;
  • déposer plainte à votre place en Côte d'Ivoire.

L'ambassade vous invite à saisir la cellule de la police ivoirienne spécialisée en cybercriminalité (la Plateforme de Lutte Contre la Criminalité) en envoyant un message à cybercrime@interieur.gouv.ci ou en faisant un signalement en ligne via leur site : http://cybercrime.interieur.gouv.ci/?q=signalement-en-ligne.