Guinée

Carte Guinee

 

Dernière mise à jour

A l’approche des élections législatives prévues le 16 février 2020, la tension reste vive à Conakry et, dans une moindre mesure, dans certaines localités de l’intérieur du pays. Des appels à manifestations sont régulièrement lancés par le Front National de Défense de la Constitution (FNDC) depuis le 14 octobre 2019. Ces appels concernent tout le territoire national et peuvent occasionnellement déboucher sur des violences.

Tenez vous au courant de la situation et tenez vous à l’écart des manifestations et mouvements de foule.

Pour l’assistance consulaire aux ressortissants belges veuillez contacter l’ambassade de Belgique à Conakry au +224 625 25 64 44 (durant les heures d’ouverture) ou au +224 629 30 24 47 (en dehors des heures d’ouverture et pour les urgences consulaires uniquement) 

Afin de mieux organiser l'assistance consulaire, nous vous conseillons également d'enregistrer votre voyage via www.travellersonline.diplomatie.be

 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité

La situation socio-économique ainsi que les tensions politiques récurrentes, particulièrement à l’approche des échéances électorales de 2020, peuvent à tout moment être à l’origine de manifestations et de mouvements de foule, que ce soit à Conakry ou dans certaines villes de l’intérieur du pays. Ces manifestations peuvent donner lieu à des confrontations violentes avec les forces de l’ordre. Tenez-vous informés de la situation et gardez-vous loin des manifestations et attroupements.

Situation sécuritaire

Les voyageurs qui se rendent en Guinée sont invités à se renseigner sur l’évolution de la situation sécuritaire dans le pays. Il est déconseillé de participer à des rassemblements populaires et à des manifestations qui restent relativement fréquents à Conakry.

Les Belges qui voyagent en Guinée sont invités à exercer une vigilance accrue et à prendre des mesures de sécurité lors de leurs déplacements dans les quartiers sensibles de Conakry et en dehors de la capitale. Ils sont également invités à signaler leur présence en s’inscrivant, avant leur départ, sur le site internet https://travellersonline.diplomatie.be ou en prenant contact, à leur arrivée, avec l’Ambassade de Belgique à Conakry par téléphone (+224 626 26 36 36 ou + 224 625 25 64 44) ou par mail (conakry@diplobel.fed.be). Afin de faciliter l’assistance consulaire, il est recommandé de privilégier l’inscription en ligne pour les courts séjours (inférieurs à 6 mois). N'hésitez pas à contacter l’Ambassade de Belgique à Conakry pour obtenir les dernières nouvelles sur la situation et pour l’informer d'incidents dont vous auriez été le témoin.

Au vu de la situation qui prévaut dans la région sahélienne, et principalement au Mali, il est déconseillé, sauf raison impérative, de circuler le long de la frontière avec le Mali. Une partie de cette zone est par ailleurs régulièrement le théâtre d’affrontements communautaires transfrontaliers. Elle est à éviter. Si des raisons impératives vous amenaient à emprunter la route qui longe cette frontière, il est fortement recommandé de vous renseigner auparavant auprès des autorités locales, de vous déplacer avec prudence et de signaler ce déplacement à l’Ambassade à Conakry.

Criminalité

Des vols à la tire, des agressions et des effractions à main armée se produisent régulièrement à Conakry. Plusieurs compatriotes ont été victimes d'effractions à domicile. Les véhicules peuvent également être ciblés, y compris avec conducteur et passagers à bord. Ces agressions / effractions tendent à être plus fréquentes à la nuit tombée et dans les moyennes et lointaines banlieues. Mais aucun quartier n’est véritablement épargné. Les zones de marché (Madina, Niger, Tahouya,…) présentent un risque plus élevé.

En voiture, il est recommandé de circuler avec les portes verrouillées et les vitres remontées. Il est également conseillé de ne pas stationner dans les endroits peu éclairés ou peu fréquentés. Il est en général déconseillé de se déplacer la nuit dans les banlieues de Conakry.

La nuit, des barrages policiers sont installés à plusieurs endroits de la ville. Ces points de contrôle, généralement connus, peuvent aller de pair avec quelques altercations. Restez courtois. Des hommes en uniforme qui débarqueraient de manière impromptues doivent être appréhendés avec prudence. N’ouvrez pas les portes.

Des barrages policiers sont également installés à l'entrée et à la sortie des villes.

Il est fortement déconseillé de se déplacer la nuit en province. Le mauvais état des routes et des véhicules qui vous font face ainsi que le manque d’éclairage sont autant de facteurs de risque d’accidents. Des coupeurs de route sont régulièrement signalés sur différents axes routiers. Il vaut également mieux ne jamais voyager seul. Il est recommandés aux voyageurs d’être très prudents et de prendre les précautions suivantes: ne pas porter de bijoux ou d’autres objets de valeurs de manière ostentatoire. toujours disposer de ses papiers d’identité (copies) et des papiers du véhicule sur soi. Les contrôles sont fréquents..

Risques terroristes

Depuis début 2012, le Nord Mali – pays voisin de la Guinée – est sujet à une insécurité majeure chronique liée à la présence de groupes terroristes, de mouvements rebelles et à des actes de brigandages. Le Centre du pays est également de plus en plus affecté par les mouvements terroristes et les conflits intercommunautaires. Ces groupes sont responsables de plusieurs enlèvements d’Occidentaux au Mali, au Niger et en Bénin au cours des dernières années et continuent à menacer les intérêts occidentaux dans la région. De plus, les attentats perpétrés à Bamako, Ouagadougou et Grand Bassam ainsi que les coups de filets ayant conduit à l’arrestation de présumés djihadistes dans plusieurs pays de la région, y compris au Sénégal voisin, tendent à indiquer une expansion de la menace terroriste dans la sous-région. Une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée.