Guinée

Carte Guinee

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

COVID

Transit : Même en transit, les autorités aéroportuaires ou votre compagnie aérienne peuvent imposer de nouveaux tests, et éventuellement un isolement de longue durée (14 jours) en cas de résultat positif. C'est notamment le cas pour les vols au départ de plateformes internationales bien connues comme Addis-Abeba, Istanbul, etc. Veuillez tenir compte de ce risque lors de la planification de votre voyage et vérifier à l'avance votre couverture d'assurance.​

Le Covid-19 circule toujours en Guinée. L’Etat d’urgence a été déclaré et confirmé jusqu’au 25 juin 2021 au moins.

Voyages de l’Europe vers la Guinée :

  • Depuis le 17 juillet 2020, l’aéroport de Conakry a été partiellement rouvert. Sont actuellement admis sur le territoire guinéen les détenteurs de visas longs séjours familiaux ou professionnels, les conjoints de ressortissants guinéens, les étrangers résidents en Guinée, les détenteurs de passeports diplomatiques d’ambassades ou organisations internationales implantées en Guinée, les assistants techniques, le personnel humanitaire.
  • Les ambassades de Guinée en Belgique et en France ne sont plus autorisées à délivrer des visas. Seuls les visas électroniques permettent d’entrer sur le territoire. La demande d’un e-visa doit être introduite via le site internet suivant : www.paf.gov.gn/visa. Outre la demande en ligne, la demande de e-visa doit être suivie localement auprès de la PAF par le « correspondant local » du demandeur (voir point précédent).
  • Veuillez vous assurer d’être en possession du e-visa (et pas uniquement de la preuve de paiement) avant d’effectuer votre voyage. Celui-ci doit être converti (sans frais supplémentaires) en visa biométrique à votre arrivée à Conakry.
  • Pour ceux qui voudraient se rendre en Guinée, plusieurs décisions ont été prises. Un test PCR covid-19 négatif avant le départ est obligatoire. Il doit dater de moins de 3 jours. Les voyageurs doivent remplir un formulaire santé dans l’avion avant leur descente.
  • Contactez l’Ambassade de Guinée dans le pays de départ afin de disposer de l’information la plus récente.
  • Avec l’apparition de nouveaux variants, des mesures de restriction supplémentaires peuvent être appliquées (notamment une quarantaine obligatoire à l’arrivée), comme c’est déjà le cas pour les voyageurs en provenance de la Grande-Bretagne, de l’Afrique du Sud et de l’Inde. Ces mesures sont susceptibles d’être modifiées. Il est recommandé de s’adresser à l’ambassade guinéenne compétente pour de plus amples informations.
  • Pour tous les vols internationaux, des annulations inopinées ne peuvent pas être exclues.

Voyages de la Guinée vers l’Europe :

  • Dépendamment de la destination et/ou du pays de transit, un test PCR (validité de 3 jours) peut être exigé avant le départ de Conakry. Informez-vous auprès des instances compétentes et de votre compagnie aérienne sur les conditions d’entrée ou de transit les plus récentes.
  • Le test PCR est obligatoire et est réalisé à l’Institut National de Santé Publique (INSP) ou au Centre Médico-Social de l’Ambassade de France (CMS). Il est recommandé de prendre rendez-vous via le site : www.insp-guinee.org ou par téléphone au CMS. Le tarif du test PCR pour les voyageurs est fixé à 650.000 GNF et les frais doivent être payés auprès d’ECOBANK.
  • Les voyageurs qui transitent via Paris à partir d’un pays situé hors de l’UE (+ quelques autres pays européens) doivent en plus d'un test PCR négatif de moins de 72h (cette obligation concerne les passagers à partir de 11 ans, plus d’infos : ici), également disposer de « l’attestation de déplacement dérogatoire » et d’une déclaration sur l’honneur, à remplir avant le départ (voir les formulaires ici).
  • Pour tous les vols internationaux, des annulations inopinées ne peuvent pas être exclues.

Situation en Guinée:

  • Les frontières terrestres avec le Sénégal et la Guinée Bissau restent fermées jusqu’à nouvel ordre ;
  • Un couvre-feu a été instauré de 00h à 4h du matin ;
  • Le port du masque est obligatoire dans l’espace public ;
  • Pour voyager de Conakry vers l'intérieur du pays, un test PCR négatif est requis ;
  • Par ailleurs, des mesures pour lutter contre la propagation du covid-19 ont également été prises dans les domaines sportifs, culturels et des loisirs.

Les belges actuellement de passage en Guinée sont invités en premier lieu à s’adresser aux autorités locales, à leur agence de voyage, tour-operator ou compagnie aérienne, pour assistance et à inscrire leur séjour sur le site travellersonline.diplomatie.be. En cas d’urgence, l’Ambassade de Belgique à Conakry peut être contactée.

Vous pouvez suivre l’état de la situation au niveau mondial sur le site du Centre européen de contrôle des maladies via le lien suivant : https://www.ecdc.europa.eu/en/geographical-distribution-2019-ncov-cases

Le SPF Santé publique en Belgique a mis en ligne un site consacré au coronavirus, accessible ici : www.info-coronavirus.be/fr

 

EBOLA

La présence de la Maladie à Virus Ebola a été confirmée chez plusieurs personnes originaires de Gouécké, Guinée forestière, en février 2021. Le pays a déjà été touché par la maladie entre 2014 et 2016. Les autorités ont déclaré l’épidémie et pris plusieurs mesures pour endiguer la propagation et identifier de potentiels nouveaux cas. Aucun nouveau cas n’a été rapporté depuis le 2 avril 2021. Le compte à rebours de la déclaration de la fin de l’épidémie est en cours.

LASSA

À la date du 17 mai 2021, la Guinée a déclaré l’épidémie de la fièvre de Lassa suite à un décès dans la préfecture de Yomou (Guinée forestière). La fièvre de Lassa est une maladie endémique en Afrique de l’Ouest. Les mesures préventives contre Ebola sont également efficaces contre la fièvre de Lassa.

Pour plus d’informations, veuillez consulter l’onglet « santé et hygiène » ci-dessous.

Pour l’assistance consulaire aux ressortissants belges veuillez contacter l’ambassade de Belgique à Conakry au +224 625 25 64 44 (durant les heures d’ouverture) ou au +224 629 30 24 47 (en dehors des heures d’ouverture et pour les urgences consulaires uniquement).

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage via travellersonline.diplomatie.be

 


Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Actualité

La situation socio-économique ainsi que les tensions politiques récurrentes, particulièrement à la suite des élections de 2020, peuvent à tout moment être à l’origine de manifestations et de mouvements de foule, que ce soit à Conakry ou dans certaines villes de l’intérieur du pays. Ces manifestations peuvent donner lieu à des confrontations violentes avec les forces de l’ordre. Tenez-vous informés de la situation et gardez-vous loin des manifestations et attroupements.

Situation sécuritaire 

Les Belges présents en Guinée sont invités à faire preuve de la vigilance et à prendre les précautions nécessaires lors de leurs déplacements, tant dans les zones sensibles de Conakry qu'en dehors de la capitale.

Les scrutins législatif et référendaire organisés le 22 mars 2020 ont provoqué des heurts et confrontations dans plusieurs quartiers de Conakry ainsi que dans plusieurs villes à l’intérieur du pays. 

D’autres heurts ont également éclaté à la suite de l’élection présidentielle du dimanche 18 octobre 2020. L’opposition continue à contester le résultat de l’élection et appelle régulièrement à des manifestations. La situation reste tendue et des manifestations et violences peuvent se produire tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays (en particulier en Moyenne-Guinée, Haute-Guinée et Guinée forestière.

Tenez-vous au courant de la situation et plus particulièrement des dates annoncées pour les protestations, tenez-vous à l’écart des manifestations et mouvements de foule et adaptez vos déplacements en conséquence. Redoublez de prudence et limitez vos déplacements nocturnes.

 

Les Belges qui voyagent en Guinée sont invités à exercer une vigilance accrue et à prendre des mesures de sécurité lors de leurs déplacements dans les quartiers sensibles de Conakry et en dehors de la capitale. Ils sont également invités à signaler leur présence en s’inscrivant, avant leur départ, sur le site internet https://travellersonline.diplomatie.be ou en prenant contact, à leur arrivée, avec l’Ambassade de Belgique à Conakry par téléphone (+224 626 26 36 36 ou + 224 625 25 64 44) ou par mail (conakry@diplobel.fed.be). Afin de faciliter l’assistance consulaire, il est recommandé de privilégier l’inscription en ligne pour les courts séjours (inférieurs à 6 mois). N'hésitez pas à contacter l’Ambassade de Belgique à Conakry pour obtenir les dernières nouvelles sur la situation et pour l’informer d'incidents dont vous auriez été le témoin.

 

Au vu de la situation qui prévaut dans la région sahélienne, et principalement au Mali, il est déconseillé, sauf raison impérative, de circuler le long de la frontière avec le Mali. Une partie de cette zone est par ailleurs régulièrement le théâtre d’affrontements communautaires transfrontaliers. Elle est à éviter. Si des raisons impératives vous amenaient à emprunter la route qui longe cette frontière, il est fortement recommandé de vous renseigner auparavant auprès des autorités locales, de vous déplacer avec prudence et de signaler ce déplacement à l’Ambassade à Conakry.

Criminalité

Des vols à la tire, des agressions et des effractions à main armée se produisent régulièrement à Conakry. Plusieurs compatriotes ont été victimes d'effractions à domicile. Les véhicules peuvent également être ciblés, y compris avec conducteur et passagers à bord. Ces agressions / effractions tendent à être plus fréquentes à la nuit tombée et dans les moyennes et lointaines banlieues. Mais aucun quartier n’est véritablement épargné. Les zones de marché (Madina, Niger, Tahouya,…) présentent un risque plus élevé.

En voiture, il est recommandé de circuler avec les portes verrouillées et les vitres remontées. Il est également conseillé de ne pas stationner dans les endroits peu éclairés ou peu fréquentés. Il est en général déconseillé de se déplacer la nuit dans les banlieues de Conakry.

La nuit, des barrages policiers sont installés à plusieurs endroits de la ville. Ces points de contrôle, généralement connus, peuvent aller de pair avec quelques altercations. Restez courtois. Des hommes en uniforme qui débarqueraient de manière impromptues doivent être appréhendés avec prudence. N’ouvrez pas les portes.

Des barrages policiers sont également installés à l'entrée et à la sortie des villes.

Il est fortement déconseillé de se déplacer la nuit en province. Le mauvais état des routes et des véhicules qui vous font face ainsi que le manque d’éclairage sont autant de facteurs de risque d’accidents. Des coupeurs de route sont régulièrement signalés sur différents axes routiers. Il vaut également mieux ne jamais voyager seul. Il est recommandés aux voyageurs d’être très prudents et de prendre les précautions suivantes: ne pas porter de bijoux ou d’autres objets de valeurs de manière ostentatoire. toujours disposer de ses papiers d’identité (copies) et des papiers du véhicule sur soi. Les contrôles sont fréquents..

Risques terroristes

Depuis début 2012, le Nord Mali – pays voisin de la Guinée – est sujet à une insécurité majeure chronique liée à la présence de groupes terroristes, de mouvements rebelles et à des actes de brigandages. Le Centre du pays est également de plus en plus affecté par les mouvements terroristes et les conflits intercommunautaires. Ces groupes sont responsables de plusieurs enlèvements d’Occidentaux au Mali, au Niger, au Burkina Faso et au Bénin au cours des dernières années et continuent à menacer les intérêts occidentaux dans la région. De plus, les attentats perpétrés à Bamako, Ouagadougou et Grand Bassam ainsi que les coups de filets ayant conduit à l’arrestation de présumés djihadistes dans plusieurs pays de la région, y compris au Sénégal voisin, tendent à indiquer une expansion de la menace terroriste dans la sous-région. Une attaque terroriste n’est pas exclue en Guinée.