Iles Marshall

Marshall Islands

 

 
Dernière mise à jour

Le virus Zika est transmis par des moustiques qui piquent surtout en journée. Le virus entraîne les symptômes suivants: fièvre, maux de tête, éruptions cutanées, douleurs musculaires et articulaires, fatigue et yeux rouges. Il est recommandé aux voyageurs de se protéger contre les moustiques en utilisant un produit anti-moustiques contenant du DEET, en dormant sous une moustiquaire et en portant des vêtements longs.

Il y a des indications que le virus serait à l'origine de cas de microcéphalie chez le nourrisson. Il est dès lors recommandé aux femmes enceintes de reporter leur voyage. Si celui-ci ne peut être postposé, nous les invitons à prendre contact avec leur médecin et à prendre toutes les précautions nécessaires afin de se protéger des piqûres de moustiques.

Par mesure de précaution, il est conseillé aux voyageurs revenant d’une zone affectée d’éviter tout rapport sexuel non protégé pendant au moins un mois après le retour. En cas de symptômes comparables à ceux du virus Zika mentionnés ci-dessus, nous vous invitons à consulter votre médecin.

Pour plus d’informations, veuillez consulter le site du SPF Santé Publique, de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’Institut de Médecine Tropicale.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Informations générales

Les voyages aux îles Marshall (29 atolls avec 5 îles plus larges et un total de plus de 1000 autres petites structures, la capitale de la république se situe sur l’atoll Majuro) se font sans problèmes particuliers, pour autant que vous teniez compte du fait que les îles ne sont pas très développées et offrent des facilités touristiques limitées. Il y a très peu de touristes qui visitent les îles Marshall et le pays se trouve à la cinquième place des pays les moins visités au monde.

Tout visiteur – à l’exception des diplomates et citoyens américains - doit demander au préalable un visa (payant, entre 100 et 300 US$), valable pour 30 jours mais renouvelable à la demande et contre payement supplémentaire. Les Belges peuvent obtenir le visa à l’arrivée à l’aéroport de Amata Kabua International de Majuro et doivent présenter un passeport valable, deux photos récentes d’identité, le billet de retour et la preuve de réservation d’hôtel. Le passeport doit avoir une validité d’au moins six mois et doit contenir deux pages vierges pour l’apposition du visa.

Les compatriotes qui arriveraient par bateau et restent moins de 7 jours sont dispensés de l’obligation de visa.

Il n’y a pas de liaisons aériennes directes entre l’Europe et les îles Marshall.

La compagnie américaine United Airlines est la seule qui dessert les îles de Kwajalein et Majuro, à partir de Honolulu ou de Guam. Pour transiter par Guam ou Honolulu, le voyageur doit être muni d’un visa (de transit) américain. Le voyageur belge bénéficie d’une dispense de visa, mais il doit obligatoirement s’enregistrer (de préférence quelques semaines avant le départ) à l’ESTA (Electronic System for Travel Authorization) à l’adresse internet suivante : https://esta.cbp.dhas.gov/esta. Sans cette formalité préalable (qui est payante, 14 US$ par personne, validité de 2 ans) la compagnie aérienne refusera votre embarquement.

La compagnie Our Airline assure des liaisons entre l’Australie (Brisbane) et les îles Marshall, via les îles de Nauru, Kiribati et Fiji.

A partir de Manille il n’y a que deux vols par semaine, et la durée totale du voyage est comprise entre 19 et 32 heures, avec des escales à Guam et Palau, les îles Yap, Chuuk, Pohnpei et Kosrae de la Micronésie, et l’atoll Kwajalein. Vous devez être conscient du fait que certaines escales prennent plus de 12 heures et que vous devrez alors y prévoir un hébergement provisoire. 

Les liaisons entre les différents atolls se font généralement par bateau, mais également par petit porteur de la compagnie Air Marshall Islands. Ces liaisons – une fois par semaine - ne sont toutefois pas très fiables, et le voyageur peut rester bloqué sur place pendant plusieurs semaines.

Au départ des îles Marshall, le voyageur devra s’acquitter d’une taxe de départ de 20 US$ (les diplomates et les personnes âgées de plus de 60 ans sont dispensés de la formalité). 

 
Eaux territoriales

La piraterie n’existe pas. 

Les liaisons entre les différents atolls et petites îles se font généralement par bateau. L’horaire est cependant approximatif et vous risquez d’être bloqué sur place pendant quelques jours sans autre possibilité de transport. La Marshall Islands Marine Resources Authority dispose de trois bateaux de pêche et offre parfois des liaisons.

 
Risque terroriste

Le risque terroriste est minimal : au départ de Guam (ou de Honolulu) tous les passagers pour les îles sont contrôlés assez sévèrement par la US Homeland Security, y compris les bagages qui seront mis en soute.

 
Criminalité

Il n’y a presque pas d’incidents de grande criminalité.

La petite criminalité (des cambriolages et vols dans les hôtels et les voitures, et la criminalité de rue) est assez fréquente, prenez donc toujours toutes vos dispositions de sécurité comme dans n’importe quel autre pays.

Des bagarres entre habitants (ivres) peuvent se produire dans les bars et autres boîtes de nuit, surtout pendant le weekend.

Vous devez être conscient du fait que la capacité des services de police ou de secours est insuffisante et que les numéros d’urgence ne répondront généralement pas.