Indonésie

Carte Indonesie

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels depuis la Belgique vers les pays hors de l'Union européenne sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

CHANGEMENTS IMPORTANTS

  • L'Indonésie annule l’interdiction d'entrée pour des étrangers venant de 14 pays marqués par la variante omicron.
  • La quarantaine obligatoire en hôtel est désormais de 7 x 24 heures pour tous les voyageurs internationaux.
  • Sur l’isolement à l'hôpital en cas de contamination omicron ou quarantaine en hôtel pour 10 jours en cas de contact à risque, il n’y a pas de nouvelles communications.

* L'Indonésie présente jusqu’à maintenant encore de très bons chiffres en matière COVID-19. Néanmoins, une légère augmentation a été observée ces derniers jours et l'omicron entraînera probablement sous peu des chiffres en hausse rapide en Indonésie. Le nombre de contaminations officiellement enregistrées est de 4.267.451, le nombre de décès est de 144.144, le nombre de personnes guéries est de 4.116.648 (chiffres du 11 janv 2022). Sur le site web COVID-19 du gouvernement, les chiffres des différentes régions sont présentées (en indonésien uniquement).

Quant au programme de vaccination, le gouvernement a l'ambition de vacciner 70% de la population d'ici janvier 2022. Au 4 janvier 2022, 61 % de la population a eu une première vaccination et 42% a été complètement vaccinées. 

 

1. Entrée sur le territoire de l'Indonésie

1.1 Les étrangers sont admis sur le territoire s'ils disposent d'un visa d'entrée ou d'un titre de séjour, ou ont obtenu une autorisation spéciale du ministère ou de l'institut compétent, et sous réserve du strict respect des règles d'entrée.

1.2 Si les étrangers ont pour but de voyage le tourisme, l'entrée est en principe possible via Bali ou l'archipel de Riau (à noter qu’il n'y a pas encore de compagnie aérienne qui proposent cette route).

Les demandes de visa de résidence temporaire et de visa de visiteur sont traitées électroniquement et sont soumis pour approbation aux autorités de l'immigration. Pour toutes informations complémentaires: voir le site du Service d’Immigration.

Des conditions d'entrée restent d’application et consistent en une quarantaine, un certificat de vaccination et l’e-HAC, des tests PCR (voir point 2).

 

2. Conditions d'entrée en Indonésie

La quarantaine obligatoire en hôtel est désormais de 7 x 24 heures.

Tous les voyageurs pour l’ Indonésie doivent présenter les documents suivants à l'enregistrement et à l'arrivée :

  1. Une carte de vaccination COVID-19 (physique ou numérique) comme preuve d'une vaccination complète (2 doses de Pfizer, Moderna, Sinovac, AstraZeneca ou Sinopharm et dose unique de Johnson&Johnson), pour toutes les personnes à partir de 12 ans. Attention les 12-17 ans : si ces personnes n'ont pas encore été vaccinées dans leur pays d'origine, elles seront vaccinées par les autorités indonésiennes à leur arrivée pendant la quarantaine hôtelière. Il n'y a pas de liberté de choix concernant le vaccin. Bien que le Groupe consultatif stratégique d'experts (SAGE) de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) considère actuellement que Pfizer ne convient qu'aux enfants à partir de 12 ans, l'Indonésie utilise également d'autres vaccins, y compris Sinovac, chez les enfants à partir de 12 ans.
  2. Un résultat négatif d'un test PCR (max. 3 x 24h avant le départ).
  3. Le certificat sanitaire indonésien rempli électroniquement (e-HAC: electronic Health Alert Certificat). Il est recommandé de remplir ce formulaire sur un ordinateur fixe ou un portable et non sur un smartphone ou une tablette (pour éviter les incidents techniques).
  4. L'eHAC est généré dans l'application Peduli Lindungi qui est obligatoire pour tous les voyageurs entrants.
  5. Preuve de réservation d'un package de quarantaine de 7 jours dans un hôtel approuvé par le gouvernement, y compris les tests PCR les jours 1 et 6. Après la quarantaine en hôtel, il est recommandé de faire une auto-quarantaine pendant 14 jours supplémentaires et de suivre strictement le protocole sanitaire en vigueur.
  6. Si les étrangers mentionnés au point 1.2 ont pour objectif le tourisme et voyagent via Bali ou l'archipel de Riau, les conditions supplémentaires suivantes s'appliquent :

    1. Visa de court séjour obtenu avant l'arrivée via les missions diplomatiques indonésiennes à l'étranger

    2. Assurance médicale couvrant au moins 100 000 USD, y compris les frais liés au covid

    3. Réservation et paiement de l'hébergement pour la durée du séjour en Indonésie.

     

 

3. Voyages intérieurs

Les enfants de moins de 12 ans peuvent prendre à nouveau un vol domestique si leurs parents sont vaccinés, ils suivent les mêmes règles en termes de tests (RT-PCR ou Antigen).

Les déplacements dans le pays sont autorisés, sous réserve des diverses conditions imposées par les autorités décentralisées.

Les voyageurs, utilisant tout moyen de transport (terre, air et mer), doivent avoir (a) le premier carnet de vaccination (au moins 1 vaccination), (b) un certificat de test RT-PCR négatif (dans les 72 heures) ou Rapid Antigen test (dans les 24 heures si complètement vacciné). Si vous voyagez en avion, le formulaire e-HAC doit également être rempli.

Quant à la vaccination :

  • Les étrangers qui étaient déjà en Indonésie avant le 6 juillet 2021 et qui souhaitent effectuer un voyage intérieur, doivent se faire vacciner via le programme de vaccination lancé par le gouvernement (vaccination Sinopharm).
  • Les voyageurs qui ne peuvent pas être vaccinés pour des raisons médicales doivent le justifier par un certificat médical, et doivent passer un test RT-PCR négatif (<48 heures) ou un test Rapid Antigen négatif (<24 heures).

 

4. Mesures sanitaires et générales de prévention COVID-19

Isolement à l'hôpital en cas de contamination omicron et quarantaine immédiate en hôtel pendant 10 jours en cas de contact à risque, aux frais de l’étranger.

Les mesures plus strictes concernant les déplacements de fin d'année et les restrictions sur les activités publiques à Java et Bali ont été prolongées jusqu'au 17 janvier. Jakarta fonctionne au niveau PPKM 2 ce qui se traduit principalement par des taux d'occupation limitées et des horaires adaptés dans les espaces publics et la restauration.

Si une infection à omicron est diagnostiquée :

  • Isolement à l'hôpital pendant 10 jours dans les cas asymptomatiques et symptomatiques, en cas d'asymptomatique : exeat après 2 tests négatifs NAAT (Nucleid Acid Amplification test) à 24h d'intervalle, en cas de symptomatique : 2 tests négatifs NAAT à 24h d'intervalle après 3 jours sans symptômes
  • Les contacts à risque sont tracés et doivent immédiatement être mis en quarantaine pendant 10 jours dans des facilités centralisées (ou hôtel)
  • Les frais d'hospitalisation et/ou d'institution centralisée/hôtel sont à la charge de l’étranger.

En Indonésie, une obligation générale de masque s'applique dans les lieux publics, et il vous est demandé de garder vos distances et de vous laver les mains régulièrement, de rester chez vous si vous êtes malade, et d'être particulièrement attentif aux personnes vulnérables.

Il est recommandé de suivre attentivement les développements (par exemple Jakarta Post, Jakarta Globe, Tempo English) et les directives strictement appliquées par le autorités locales.

L'Ambassade fournit des informations vérifiées via la page Facebook (Ambassade de Belgique à Jakarta) et Travellers Online. Le gouvernement belge dispose d'un site web avec toutes les informations récentes sur le coronavirus et les mesures.

De plus amples informations sur le virus sont également disponibles sur les sites Web suivants:

 

5. Voyager de l'Indonésie vers la Belgique

L'Indonésie a été incluse par l'Union européenne dans la liste des pays tiers pour lesquels les restrictions aux déplacements non essentiels doivent être progressivement supprimées (liste blanche). La Belgique suit cette liste et attribue également le code de couleur vert à l'Indonésie. Cela signifie que les voyageurs n'ont plus à justifier le caractère essentiel de leur voyage ni à posséder un certificat de vaccination pour se rendre en Belgique. Le code couleur vert signifie que le voyageur n'a qu'à remplir le PLF.

Il y a à nouveau des vols quasi quotidiens de l'Indonésie vers l'Europe (directs ou avec transfert).

Les personnes se rendant en Belgique depuis l'Indonésie doivent respecter les mesures en vigueur. Pour les informations les plus récentes, vous pouvez consulter le site web COVID-19 du gouvernement belge.

Depuis le 1er septembre 2021, certains certificats de vaccination étrangers de vaccins agréés par l'EMA sont également reconnus en Belgique sous certaines conditions, comme le vaccin Astra Zeneca produit en Inde. Un certificat de vaccination de Sinovac, vaccin largement utilisé dans la campagne de vaccination en Indonésie, n'est pas encore reconnu par les autorités belges, car le vaccin n'a pas encore été approuvé par l'EMA.

 

 

Catastrophes naturelles

L’Indonésie est exposé à un risque permanent de catastrophes naturelles (tsunami, tremblements de terre, éruptions volcaniques, inondations et coulées de boue).

Il convient de faire preuve de vigilance, de se tenir informé de l’évolution de la situation et des prévisions météorologiques, et de se conformer strictement aux recommandations des autorités locales, y compris les ordres d’évacuation (site web du Centre national de coordination des catastrophes).

 

Situation dans les provinces de Papouasie et Papouasie occidentale

Il y a de graves tensions dans les provinces de Papouasie et de Papouasie occidentale (à ne pas confondre avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée). Celles-ci peuvent résulter en une augmentation soudaine et imprévisible des incidents violents. Les voyages non-essentiels en dehors de la région touristique de Raja Ampat sont donc fortement déconseillés dans ces deux provinces. 

Si vous vous trouvez dans cette zone géographique, il est recommandé de vous tenir informé de l'évolution de la situation via la presse locale et de consulter régulièrement le conseil aux voyageurs. Il convient également de faire preuve d'une vigilance permanente et d'éviter les manifestations et rassemblements politiques.

 

Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web Travellers Online. Gardez toujours un GSM et un chargeur avec vous. Gardez le contact avec votre famille/vos amis et tenez les au courant de votre plan de voyage. 

 
Travellers Online

Description

Sécurité générale

Informations générales

La situation dans le pays est stable et on peut voyager en sécurité dans le pays. Cependant des tensions au niveau local demandent une prudence accrue des voyageurs (p.ex. dans les régions de Papouasie, de Sulawesi, d’Aceh et des Moluques). Il est conseillé de suivre dans la presse locale (Jakarta Post, Jakarta Globe, Metro TV) l’évolution de la situation dans ces régions.

Dans les provinces de Papouasie et de Papouasie occidentale (anciennement Irian Jaya - à ne pas confondre avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée), en particulier aux abords de la mine autour du Pic de Carstensz (Puncak Jaya), des incidents graves sont souvent rapportés. Plusieurs attaques armées ont encore été recensées en 2017. Les voyages non-essentiels en dehors des circuits touristiques sont donc déconseillés

Des problèmes fréquents avec le service d'immigration suite à des passeports perdus ou volés nous ont été rapportés. Il est dès lors conseillé de garder une copie de votre passeport, de votre ticket online et /ou d'envoyer une copie à l'ambassade.

Les problèmes en termes de qualité des soins peuvent, dans de nombreux endroits du pays, transformer en problème important une blessure ou maladie autrement relativement bénigne (ci-après « Santé et Hygiène »).

 
Risque terroriste

L’Indonésie a subi des attaques terroristes à Surabaya les 13 et 14 mai 2018.

En Indonésie le risque d’actes terroristes est élevé et surtout durant (et à l’approche) de célébrations religieuses, comme la période du Ramadan.
Les grands rassemblements de personnes, les édifices religieux et les bâtiments publics (surtout les bureaux de police) sont des cibles potentielles.
A ce stade, les étrangers ne sont pas spécifiquement visés, mais il convient que les touristes et autres voyageurs belges fassent preuve d’une vigilance constante et évitent, autant que faire se peut, les manifestations politiques ou religieuses.

Les autorités indonésiennes ont pris une série de mesures préventives, mais la possibilité d’une attaque demeure.

Il convient de se tenir informé des derniers développements dans la presse indonésienne (Jakarta Post, Jakarta Globe, Metro TV, etc.) et internationale et de se conformer aux instructions données par les autorités locales.

 
Criminalité

La violence contre les étrangers est rare, on constate cependant une augmentation de la petite criminalité : attaques et, vols par des pickpockets ont lieu dans les lieux fortement fréquentés, particulièrement les marchés, les transports en commun ou encore les passages piétons. Il est conseillé de ne pas afficher de bijoux, de montres, de lecteurs MP3 ou de caméras. La prudence est également de mise dans les cafés internet où des vols d'ordinateurs portables ou de GSM ont été signalés. La fraude avec lesaux cartes de crédit est également courante.

Dans les grands centres touristiques (Bali, Lombok, Toraja et Toba), la petite criminalité est monnaie courante. Il faut faire attention aux bandes organisées opérant à moto qui dévalisent les touristes (arrachage de sacs) ou provoquent des collisions permettant ensuite à des comparses en uniforme de soutirer de l’argent à la victime. Attention également lors de retraits d'argent liquide aux distributeurs ATM et bureaux de change.

Une nouvelle tendance est le vol de sacs à main dans les restaurants et les coffee shops (par exemple, Starbucks) des grands centres commerciaux où les dames mettent leur sac à main sans méfiance sur la chaise pour découvrir peu après qu'il a disparu.

La cybercriminalité est aussi assez répandue en Indonésie, un des pays les plus connectés au monde, se traduisant par des cas assez fréquents d’escroquerie sur internet ou par e-mail.