Irak

Carte Irak

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

Tous les voyages vers l’Irak sont strictement déconseillés

Un test PCR pour la COVID-19 en anglais comportant explicitement la mention ‘négatif’, et dont le résultat date de moins de 72 heures avant l’embarquement, est demandé par les autorités irakiennes. En fonction de la compagnie aérienne choisie pour effectuer le voyage, ce test peut être demandé dès l’embarquement à l’aéroport de départ. Consultez votre compagnie aérienne pour connaître les horaires des vols et les informations concernant les tests COVID-19 pour tous les vols entrants / sortants vers et de l'Irak.

Si vous arrivez dans la région autonome du Kurdistan, vous devez fournir une preuve de vaccination complète ou un test PCR négatif datant de moins de 48 heures. Sans preuve crédible, vous devez subir un test à l'aéroport à vos frais. Après votre arrivée, une quarantaine de 14 jours dans votre lieu de résidence peut être demandée, en fonction du motif de la visite et de la présentation ou non d'un test PCR négatif ou d'un certificat de vaccination.

Les déplacements entre les gouvernorats irakiens sont de nouveau autorisés, mais peuvent être soumis à des restrictions. Les mesures locales diffèrent selon le gouvernorat ou la ville où vous séjournez. Renseignez-vous bien sur l'état des lieux dans la région vers laquelle vous souhaitez vous rendre. Comme pour les vols internationaux, un test PCR négatif de moins de 72 heures peut être demandé pour les vols intérieurs.

Dans tout le pays, un couvre-feu est en vigueur de 21.00h à 5.00h, à l'exception des forces de sécurité, du personnel du ministère de la Santé, des départements de service, des boulangeries, des supermarchés et des pharmacies. D’autres mesures de prévention face à l’épidémie de Covid-19 demeurent d’application, en ce compris l’obligation de porter un masque sanitaire.

En raison d’une situation sécuritaire régionale extrêmement volatile, il est formellement déconseillé de se rendre en Irak. Des attentats et violences ont encore lieu sur l’ensemble du territoire. Des opérations militaires sont en cours sur le territoire de la région autonome du Kurdistan.

La situation impose de faire preuve de la plus grande prudence s’agissant des déplacements en ou vers l’Irak. Il est recommandé aux ressortissants belges qui se trouvent dans la région d’éviter les déplacements, d’éviter les manifestations et rassemblements, et de se tenir éloignés des bâtiments militaires ou officiels. Il est également demandé aux Belges de se tenir informés de l’évolution de la situation. Si vous vous rendez en Irak, il est vivement conseillé d'en informer l’Ambassade de Belgique à Amman par e-mail 

Les compatriotes présents dans le pays sont priés de prendre connaissance du message publié sur la page d’accueil. 

 
Travellers Online

Description

Sécurité générale

La situation sécuritaire en Irak reste instable et très dangereuse pour tous les voyageurs, sauf dans la Région kurde où la sécurité est meilleure dans l'ensemble. Les attaques sont plus fréquentes dans les régions oùDaesch avait une présence et une influence importante telle que les provinces d'Anbar , Bagdad et Ninive. De même, les territoires contestés (dans les provinces de Diyala, Salahhedin, Tameem et Ninive) et les provinces de Kerbala, Babylon et Wassit sont régulièrement frappés par des attentats, restent très dangereux et sont donc aussi à éviter.

Les provinces  de Najaf, Muthanna, Qadisiya, Dhi-Qar, Missan et Basra au sud sont encore instables et sont déconseillés.

Dans la région du Kurdistan les voyages essentiels sont possibles muni d'un visa. Sur place, il convient de rester vigilant et de se maintenir à l’écart de toute manifestation et rassemblement. Il est déconseillé de se rendre à la zone frontalière du Kurdistan avec la Turquie, la Syrie et l’Iran.

Le risque d'enlèvement, sans distinction de nationalité, reste très élevé dans tout le pays. et principalement dans les régions où Daesh avait une importante présence. Les étrangers spécialement les jurnalistes et ceux engagés dans l'aide humanitaire sont les cibles spécifiques d'enlèvement à but lucratif ou politique. Il existe un risque élevé de holdups et de vols par des bandes criminelles. De plus, les risques liés à la présence de mines et à des opérations militaires en cours ne peuvent être écartés.

Pour un voyage en Irak, il est vivement recommandé non seulement de demander conseil à des personnes séjournant sur place avant d'entreprendre un tel voyage, mais également d’informer l'Ambassade de Belgique à Amman (+962 6 465 57 30, amman@diplobel.fed.be) de votre présence et de vos mouvements. Concernant la sécurité, seules quelques organisations hautement spécialisées sont à même de fournir une appréciation du danger, les renseignements fournis par d’autres sources n'étant pas toujours fiables.