Iran

Carte Iran

Dernière mise à jour

Dans le cadre d’une réforme monétaire d’urgence, le gouvernement iranien a fixé à 42.000 IRR/$ (soit actuellement 52.000 IRR/EUR) le taux de change officiel qui est le seul auquel des devises peuvent être changées. Il a également donné aux banques le monopole des opérations de change. Les instructions nécessaires n’ont cependant pas encore été données aux institutions financières ce qui fait que celles-ci s’abstiennent pour l’instant de toute opération de change. Dans ces conditions il est pour l’instant quasiment impossible de se procurer légalement des IRR d’autant que les carte de crédit et de débit ne fonctionnent pas en Iran. Cette situation est susceptible de se prolonger pendant plusieurs jours. Elle incitera certainement le développement d’un marché noir. Des sanctions sévères ont toutefois été prévues à l’encontre des changeurs illégaux, recourir à leurs services peut donc potentiellement aussi entraîner des conséquences pénales pour les touristes.

Une vigilance accrue est recommandée dans le contexte de l’intervention de la coalition internationale contre Daech. Les voyageurs sont priés de prendre connaissance du message publié sur la page d’accueil (http://diplomatie.belgium.be/fr/).

Les déplacements dans certaines régions du pays sont déconseillés (voir détails ci-dessous).

Afin de pouvoir encore mieux organiser notre assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage avant votre départ via https://travellersonline.diplomatie.be.
 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Il est recommandé aux voyageurs qui se rendent en Iran de faire preuve d'une vigilance accrue et de discrétion dans leurs comportements et leurs déplacements.

 Le voyageur a tout intérêt à suivre l'actualité politique de près, de consulter régulièrement ces conseils aux voyageurs et de suivre les instructions mentionnées ci-dessous. Il est instamment recommandé à tout voyageur comptant se rendre en Iran de faire parvenir à l'ambassade ses coordonnées et l'itinéraire précis de son voyage avant de l'entreprendre, ainsi que les coordonnées d'une personne de contact en Belgique (courriel : Tehran@diplobel.fed.be).

Malgré la défaite de Daesh en Syrie et en Irak, l'Iran reste une cible privilégiée du groupe terroriste. Le risque que d’autres attaques terroristes visant des manifestations publiques ou des lieux symboliques soient perpétrées, reste élevé. Les autorités ont par le passé indiqué que des tentatives d’attentat avaient été déjouées contre le Bazar de Téhéran, le métro et la prière du vendredi. En juin 2016, les autorités avaient également annoncé qu’elles auraient neutralisé plusieurs projets d’attentats de grande ampleur que Daech se préparait à commettre en Iran pendant le Ramadan.

Dans ce contexte, il est recommandé aux voyageurs se rendant en Iran de faire preuve d’une vigilance renforcée lors de leurs déplacements, notamment aux abords des sites très fréquentés de la capitale et des grands centres urbains. Il convient en particulier de rester à l’écart de toute procession, manifestation ou mouvement de foule, qu’il s’agisse d’un rassemblement autorisé ou non.

Les autorités iraniennes ont également fait état d’une récente  recrudescence d’incidents opposant les forces de sécurité à divers mouvements armés dans plusieurs provinces frontalières, notamment le Kurdistan, Kermanshah et l’Azerbaïdjan occidental. Ces incidents auraient fait plusieurs morts et certaines zones de ces provinces connaissent une activité militaire intense.

 Il est instamment recommandé d'éviter les rassemblements de masse ou les manifestations, de ne pas prendre de photos de manifestants, des forces de l'ordre et des milices, agissant en uniforme ou en civil, et de garder un profil bas. Il est également impératif de ne pas prendre de photos de bâtiments officiels, qu’ils soient civils ou militaires. Les connexions téléphoniques et internet étant contrôlées par les services de sécurité, il convient d’être prudent dans l’envoi de commentaires et images par GSM, par courriel, ou sur un blog.

Des interpellations et arrestations d'occidentaux pour raisons politiques ou sécuritaires ne peuvent pas être exclues. La prudence est dès lors de mise.

En cas d'urgence en dehors des heures de service nos compatriotes peuvent appeler l'ambassade sur le téléphone de garde : +98(0)912/105.22.01.

L'Iran est devenu une destination touristique populaire. Le nombre de touristes est en constante augmentation. Il est recommandé de bien préparer et encadrer votre voyage. Tout voyage en dehors des sentiers battus sans accompagnement local est fortement déconseillé.

Plus précisément, plusieurs femmes ont récemment été victimes d’agressions dans le sud du pays. Ce danger ne doit pas être sous-estimé.  Les touristes femmes doivent veiller à éviter toutes les situations dans lesquelles elles sont susceptibles de se retrouver isolées et en position de vulnérabilité, notamment dans les villages et les zones désertiques. Les déplacements – a fortiori nocturnes – à vélo ou en auto-stop, ainsi que l’hébergement chez l’habitant, sont fortement déconseillés pour les femmes voyageant seules ou en petit groupe. Il est conseillé de bien s'informer avant tout périple dans le désert, notamment dans le Dasht-e-Kavir, certaines zones pouvant être définies comme militaires ou stratégiques, et le touriste s'y aventurant pourrait être considéré comme suspect malgré l'absence d'indications avertissant clairement du caractère sensible ou interdit des lieux. La région près de Semnan est ainsi particulièrement sensible.

Les régions frontalières avec l'Afghanistan et le Pakistan doivent absolument être évitées.

Des tensions locales notamment dans les régions du Kurdistan et du Khouzistan et l'évolution de la question irakienne engendrent des répercussions sur la sécurité des visiteurs dans des régions proches des frontières irakiennes, qui sont donc à éviter.

Les conditions de sécurité sont préoccupantes dans certaines régions des provinces du Sistan-Béloutchistan et de Kerman. Des bandes criminelles liées au trafic de drogue y sont actives. Des affrontements armés entre les forces iraniennes et des mouvements armés locaux et des trafiquants peuvent se produire dans ces régions.

Des enlèvements d'étrangers s'accompagnant d'une demande de rançon ne sont pas à exclure. Des touristes ont ainsi récemment été arrêtés par de faux policiers et dépouillés de leur argent sur une route isolée.

 
Criminalité

La petite délinquance se manifeste. Des cas multiples de vols et d’agressions ont été signalés dans plusieurs villes, et en particulier à Téhéran. La vigilance est donc recommandée aux voyageurs, et plus particulièrement dans les grandes villes.

Il est également conseillé de confier son passeport à la réception de l'hôtel et d’en porter sur soi une copie. La perte du passeport peut entraîner des désagréments considérables.  Il est recommandé d’éviter de porter des bijoux et objets de valeur de manière trop visible.

 
Double nationalité

Les autorités iraniennes ne reconnaissent pas la double nationalité. Les ressortissants belges ayant également la nationalité iranienne doivent entrer en Iran avec leur passeport iranien. Dans le cas où ils ne sont pas en possession de leur passeport iranien, le passeport belge sera confisqué par les autorités iraniennes jusqu'à l'obtention d'un passeport iranien en règle. La procédure pour l’obtention de ce passeport iranien peut prendre quelques semaines à quelques mois. Il est donc conseillé aux Belges qui disposent de la nationalité iranienne de veiller à être munis, avant le départ, d’un passeport iranien en règle pendant la totalité de leur séjour en Iran.

D’autres difficultés rencontrées par plusieurs double-nationaux amènent également à rappeler aux ressortissants belges ayant également la nationalité iranienne que l’assistance des autorités belges à leur égard est limitée par le refus des autorités iraniennes de considérer la ou les autres nationalités de leurs ressortissants.

Enfin, il est rappelé que les binationaux en âge d’effectuer leur service militaire sont incités à bien s’informer préalablement de la législation actuelle en la matière.