Jérusalem

Dernière mise à jour

Des troubles peuvent éclater à Jérusalem, en Cisjordanie et à Gaza à partir du 06 décembre 2017. En effet, des appels à manifester ont été lancés à partir du mercredi 6 décembre. Il convient de rester à l’écart de ces manifestations et des rassemblements de foule. 

En raison du regain de tension en Israël, en Cisjordanie et à Jérusalem, il est conseillé aux voyageurs de faire preuve d’une grande vigilance et de consulter régulièrement les conseils aux voyageurs.

Une vigilance accrue est en outre recommandée dans le contexte  de l’intervention de la coalition internationale contre Daech. Les voyageurs sont priés de prendre connaissance du message publié sur la page d’accueil (http://diplomatie.belgium.be/fr/).

Il est recommandé aux voyageurs d’annoncer leur séjour via l’application https://travellersonline.diplomatie.be/

Sur simple demande à l’Ambassade de Belgique à Tel Aviv, vous pouvez obtenir un mémento pratique reprenant les mesures essentielles de sécurité en cas de crise. Le Consulat Général de Belgique à Jérusalem tient également à disposition de ses ressortissants résidant à Jérusalem et en Territoire Palestinien un mémento de sécurité, disponible également sur le site internet du Consulat général.
 

 
Travellers Online

 

 

Description

Sécurité générale

Un nombre important de touristes et d’hommes d'affaires visitent Israël et le Territoire palestinien (à l'exception de la bande de Gaza) et ne rencontrent pas de problèmes. Le contexte politique est cependant fragile et marqué par beaucoup de tensions et de nombreux incidents. Les voyages à Gaza sont formellement déconseillés.

La situation sécuritaire à Jérusalem et en Cisjordanie reste très tendue et imprévisible. Il convient de faire preuve d’une vigilance accrue, en particulier dans la vieille ville de Jérusalem, sur l’esplanade de la mosquée al-Aqsa – Mont du Temple, à Jérusalem-Est, ainsi que dans les régions de Naplouse, Hébron, Jénine et aux points de contrôle (« checkpoints ») ainsi qu’aux abords des colonies et des camps de réfugiés.

De manière générale, il est conseillé de suivre l’actualité, de faire preuve de vigilance et de respecter les consignes de sécurité et les instructions données par les autorités locales. Il est également conseillé d’avoir sur soi les numéros d’urgence (police : 100, ambulance : 101, pompiers : 102).

 
ISRAËL

La situation sécuritaire en Israël est actuellement tendue suite à des attentats dans plusieurs villes.

En raison du risque d’attentats potentiels, une vigilance accrue est de mise, en particulier dans les lieux publics.

L’usage des transports en commun est déconseillé.

Il est également recommandé de faire preuve d’une vigilance accrue dans les régions frontalières (de Gaza, de l’Egypte, du Liban et à proximité de la ligne de démarcation avec la Syrie).

Au sud, la route 10 longeant la frontière égyptienne, entre le désert du Néguev et le Sinaï, est fermée à la circulation de nuit et reste à éviter. Une vigilance particulière est plus largement conseillée dans cette zone frontalière, en raison notamment des activités de contrebande entre le Sinaï et Israël.

Compte tenu des tensions entre Israël et le Hezbollah, et du conflit en Syrie, la situation sécuritaire en Israël peut se détériorer. Tous les points de passage à la frontière libanaise sont fermés. Il en est de même pour la ligne de démarcation avec la Syrie.

 
Accès au territoire israélien


Il est conseillé de consulter le site IAA (Israel Airport Authority) www.iaa.gov.il/Rashat/en-US/Rashot qui fournit des informations sur les aéroports du pays mais donne également les horaires d’ouverture des frontières terrestres.

Les voyageurs doivent être conscients du fait que les autorités israéliennes, à l'arrivée à l'aéroport Ben Gourion ou aux frontières terrestres, sont susceptibles de refuser l'accès au territoire aux personnes qu'elles soupçonnent de vouloir se rendre en Cisjordanie ou à Gaza à des fins politiques - même en tant que coopérants - ou qu'elles considèrent comme des activistes ou sympathisants de la cause palestinienne. Des cas de traitements désagréables de voyageurs européens se rendant en Territoire palestinien nous ont régulièrement été signalés aux frontières d'Israël ou au point de passage d'Allenby. Les personnes d'origine arabe ou portant un nom à consonance arabe risquent de subir le même traitement. En cas de détention, vous êtes priés de contacter l’Ambassade de Belgique à Tel Aviv (+962 54 467 95 36).

La trace de séjours antérieurs dans des pays n’ayant pas de relations diplomatiques avec Israël (visas ou tampons dans les passeports) ne pose en général pas de problème pour l’entrée en Israël. Toutefois, les visiteurs peuvent être interrogés sur la nature de ces séjours. Par ailleurs la preuve d’un voyage en Israël peut poser des problèmes d’accès aux voyageurs se rendant dans des pays qui n’ont pas de relations diplomatiques avec Israël. Pour cette raison les autorités israéliennes apposent un tampon d’entrée en Israël sur une feuille volante plutôt que dans le passeport.

 
Double nationalité

Les voyageurs possédant notamment la nationalité palestinienne sont soumis par les autorités israéliennes à d’importantes restrictions de déplacement. L'accès via l'aéroport Ben Gourion à Tel-Aviv leur est refusé. Les autorités israéliennes obligent les personnes possédant notamment la nationalité palestinienne à organiser leur voyage aller et retour via Amman et le Pont Allenby.

 
JÉRUSALEM

Jérusalem connaît un regain de tension et de violence. Ces derniers mois, plusieurs agressions à l'arme blanche ont eu lieu dans la ville et il convient de faire preuve d'une extrême vigilance, en particulier à Jérusalem Est et dans la Vieille ville et d’éviter absolument les rassemblements et manifestations. Les forces de sécurité ont renforcé leur présence dans toute la ville.

L’usage des transports en commun est déconseillé. Un attentat à la bombe dans un bus à Jérusalem le 18 avril 2016 a fait de nombreux blessés.

En raison de la situation tendue dans certains quartiers de Jérusalem, il est actuellement déconseillé de se rendre dans les quartiers de Silwan/City of David (au Sud de la Vieille Ville), et Issawiya, où tensions et incidents sont récurrents. Il s’agit de rester vigilant dans la Vieille Ville, en particulier les vendredis (prière du vendredi), sur l'esplanade de la mosquée al-Aqsa - Mont du Temple, ainsi que dans les quartiers de Shuafat, Beit Hanina, Jabal al-Mukabbir, Ras-al-Amud, Sur Baher, Abu Tor, Atur, Sheik Jarrah, Wadi Al Joz, Mea Sharim et French Hill. Dans les moments de tension, les forces de sécurité renforcent encore leur présence et les accès à la Vieille ville peuvent être fermés. Durant le sabbat (du coucher du soleil le vendredi au coucher du soleil le samedi), les véhicules ne peuvent pas circuler dans les quartiers ultra-orthodoxes juifs (comme celui de Mea Sharim). On rapporte également des réactions violentes vis-à-vis de visiteurs qui, d’après la population locale, étaient habillés d’une manière "non-adaptée".   

 
TERRITOIRES PALESTINIENS

Il est recommandé aux visiteurs de se signaler pour chaque déplacement au Consulat-général de Belgique à Jérusalem (jerusalem@diplobel.fed.be) et de se renseigner sur les conditions de sécurité locales avant tout déplacement :

  • à travers les médias : 

www.ynetnews.com
www.haaretz.com
www.jpost.com
www.maannews.net/eng
 

  • auprès d’agences de voyage, de guides ou partenaires locaux
  • auprès du Consulat général de Belgique à Jérusalem    

 
Cisjordanie

Sécurité

Nous conseillons à tous les voyageurs de se signaler auprès du Consulat général à Jérusalem.

Ces derniers mois, la situation en Cisjordanie s'est détériorée. Plusieurs incidents sont à déplorer et les opérations spéciales de sécurité se poursuivent. 
Les contrôles sont renforcés sur les grands axes, à proximité des grandes villes palestiniennes  et dans celles-ci. Nous recommandons de faire preuve d’une très grande prudence dans toute la Cisjordanie et de limiter les déplacements, en particulier dans les régions de Hébron, Naplouse, Tulkarem et Jénine ainsi qu’aux abords des colonies, des points de contrôle (en particulier Qalandia) et des camps de réfugiés. Les déplacements après le coucher du soleil sont déconseillés. Il convient de suivre de près l’actualité et l’évolution de la situation.

Le contexte politique reste fragile et des tensions et incidents se produisent, ainsi que des manifestations parfois violentes. Il y a donc lieu de suivre l’actualité avec une attention particulière avant et durant le voyage, et de se renseigner auprès d’agences de voyage, guides ou partenaires locaux. Il est à relever que les touristes ne sont pas la cible des parties au conflit.

Il convient d’éviter les rassemblements et manifestations, de même que les colonies juives, les abords des camps de réfugiés et les "checkpoints" autour des grandes villes palestiniennes.
La Cisjordanie demeure régulièrement le théâtre d’incidents entre Palestiniens et colons juifs, particulièrement dans les environs de Naplouse et de Hébron.  Des manifestations peuvent se traduire par des incidents entre Palestiniens et l’armée israélienne, en particulier près du mur de séparation.

 
Accès au territoire

Présence de check-points de l'armée israélienne (IDF). La vigilance est de mise à ces contrôles et à proximité. Les règles sont strictes et il peut y avoir des files d’attente (les délais sont variables). Il est nécessaire d’avoir toujours son passeport sur soi. 
 
 
Bande de Gaza

Tous les voyages à Gaza sont formellement déconseillés.

 
Sécurité

La situation sécuritaire à Gaza reste extrêmement volatile et imprévisible. Les bombardements et l'opération militaire terrestre israélienne ont fait de très nombreux morts et blessés durant l’été 2014. Des roquettes et des obus de mortier sont régulièrement lancés depuis la bande de Gaza.
A l’intérieur de Gaza, les étrangers pourraient être la cible de menaces; des attentats et des enlèvements peuvent avoir lieu.

 
Accès au territoire

La permission de se rendre à Gaza doit être sollicitée auprès des autorités israéliennes. L'accès à Gaza reste très difficile. L'entrée par Erez (Nord) est soumise à une autorisation écrite préalable à demander au moins une semaine à l'avance (ce délai peut être plus long, notamment compte tenu des jours fériés israéliens). Le Consulat général n'intervient pour l'autorisation d'accès que dans le cas de missions officielles.

La frontière entre l’Égypte et Gaza (le passage de Rafah) peut être fermée sans annonce préalable. La situation autour de cette frontière peut changer du jour au lendemain.

Le poste frontière de Rafah avec la Bande de Gaza est parfois ouvert mais est la plupart du temps fermé. Le franchissement de ce poste pour passer à Gaza est déconseillé, y compris aux personnes ayant sur place des liens familiaux, d’autant plus qu’il est impossible aux ambassades et consulats belges de la région d’offrir de l’assistance dans la Bande de Gaza.

Les ressortissants qui entrent à Gaza par le passage de Rafah doivent être conscients qu’ils devront quitter Gaza par la même voie. Ils ne seront pas autorisés à quitter Gaza par Erez.

Un blocus maritime de la bande de Gaza a été imposé par Israël. La marine israélienne empêche tout navire de se rendre dans les eaux territoriales de Gaza.

 
Criminalité

Risque ordinaire de petite criminalité dans les lieux touristiques. Il convient de prendre les précautions habituelles.