Kenya

Carte Kenya

 

Dernière mise à jour

La prestation de serment du président Uhuru Kenyatta a eu lieu le 28 novembre 2017. Des manifestations et protestations violentes pourraient survenir. Suivez les actualités locales, évitez la proximité des rassemblements politiques et soyez vigilants à proximité des bbâtiments officiels.

Les voyages vers certaines régions sont déconseillés.

 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité Générale

Période électorale

La prestation de serment du president de Kenya a eu lieu le 28 novembre 2017. Il est conseillé d’éviter la proximité de toute manifestation ou rassemblement public. Le risque de violence reste réel.

Afin de mieux organiser l'assistance consulaire, nous vous conseillons également d'enregistrer votre voyage via https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Situation générale

Des tensions ethniques et la sécheresse persistante donnent régulièrement lieu à des conflits locaux et à de la violence en particulier dans la région de Laikipia, où les affrontements armés ne sont pas exclus, mais aussi dans la partie nord de Samburu county, Moyale et ses environs (marsabit County), Mandera County, Wajir County, Lamu County et le delta de la rivière Tana (Tana River County), dans les régions de l'ouest du pays, près de la frontière nord avec l'Éthiopie et la frontière orientale avec la Somalie, Informez-vous à l’avance de la situation sécuritaire sur place.

Des actes de banditisme violents sont rapportés à plusieurs endroits, y compris à Nairobi et dans la région de Mombasa. En cas d'un attentat ou d'un cambriolage armé, il est conseillé  de ne pas résister aux agresseurs.

 
Risque terroriste

Depuis quelques années, le pays est régulièrement la cible d’attentats et d’attaques revendiqués par Al-Shabaab, affilié à Al-Qaïda. Parmi leurs attaques les plus notoires, citons celles contre le centre commercial Westgate en 2013 et à l'université de Garissa en 2015, qui se sont respectivement soldées par 67 et 148 morts. Entre ces deux massacres, plusieurs attaques de moindre envergure et l'attaque soigneusement planifiée à Mpeketoni (Lamu) qui a couté la vie à plus de 60 personnes en juin 2014. Au premier semestre 2014, plusieurs attentats à la bombe ont également visé des quartiers populaires de Nairobi, faisant au total près d’une trentaine de victimes.
Aujourd’hui, le risque terroriste demeure très élevé dans les villes et les villages sur le long de la frontière somalienne, comme Mandera où les attaques (terroristes) sont fréquentes. Cette région est d’ailleurs le théâtre d’une recrudescence d’attaques attribuées à Al-Shabaab depuis quelques mois.

Plusieurs attentats terroristes ont eu lieu sur le territoire kenyan et le risque d'attaques, pouvant éventuellement cibler des intérêts occidentaux, reste élevé. Il est conseillé aux Belges voyageant ou résidant au Kenya de faire montre d'une vigilance accrue, en particulier dans les grandes villes comme Nairobi et Mombasa, dans les endroits touristiques et à la côte. Il est également conseillé de suivre les instructions des autorités locales chargées de la sécurité et de suivre l'actualité avant et pendant le séjour.
 

Situation par region

Nairobi

Voyager dans les grandes villes touristiques, Nairobi et Mombasa, reste possible mais il convient d’éviter au maximum les endroits très fréquentés comme les bars dans les quartiers populaires, les stations de bus, les centres commerciaux, les lieux de loisirs, les manifestations publiques, les évènements sportifs.

Les déplacements vers et dans les environs des bidonvilles de Kibera, Mathare, Huruma, Kariobangi, Kawangware et le quartier somalien d’Eastleigh sont formellement déconseillés. Uhuru Park et City Park sont à éviter la nuit. Si vous vous rendez dans ces endroits, faites-vous accompagner par un guide local.

L’usage des transports publics (matatus) est déconseillé.

Kenya central
Les différences ethniques et la sécheresse prolongée ont provoqué dans le centre du Kenya, et surtout à Laikipia, un nombre de conflits armés, dont certains fatals. Il est recommandé d’être toujours accompagné d’un guide, lors des visites touristiques.

Les environs de Mombasa (côte méridionale et lieux touristiques y compris)

Tout déplacement individuel dans les quartiers populaires et dans le centre historique de Mombasa est déconseillé. Il est vivement recommandé aux voyageurs de ne pas quitter les parcours touristiques, de rester prudents lorsqu’ils quittent leur hôtel et de ne pas utiliser les transports en commun (matatus).

Des attentats ou tentatives d’attentats ont eu lieu à Likoni, à proximité du ferry (la seule connexion par route entre Mombasa et la côte méridionale). Tenant compte du mauvais état des ferrys, le transfert par ferry n'est pas recommandé.  Il est conseillé aux voyageurs qui se rendent vers la côte sud d’opter ,si possible, pour un vol vers l’aéroport local d’ Ukunda (Diani, Kwale County).

Le Consul honoraire à Mombasa peut être joint au numéro +254 736 394 298.

Région côtière au nord de Mombasa (Kilifi, Tana River et Lamu Counties)

Toute la région côtière au nord de Malindi (Kilifi County) doit être évitée, y  compris les Counties de Tana River et Lamu.

Les lieux touristiques comme Kilifi, Malindi et Watamu (Kilifi County), ainsi que l’île de Lamu sont accessibles mais il est conseillé aux voyageurs de se tenir informés de la situation sécuritaire locale. Bien qu’il soit possible de se rendre sur l’île de Lamu, il est conseillé de rester vigilant, étant donné la proximité avec la Somalie. Des enlèvements d’occidentaux ont eu lieu dans le passé, dans les environnements directs de l’île de Lamu (mais pas sur l’île même).

Ouest du pays

Dans les Counties  situés à l’ouest du pays et au-delà les Counties de Baringo et West-Pokot la prudence est de mise, y compris de jour, en raison du banditisme et de possibles barrages routiers.

Les alentours de Burnt Forest  dans le County de Uasin Gishu, de Molo dans le County de Nakuru et de Kilgoris au dans le County de Narok doivent être évités Il est fortement recommandé de se tenir informé de la situation avant tout déplacement dans la région de Mount Elgon (Trans Nzoia et Bungoma Counties).

Le nord et l’est du pays

La région frontalière avec la Somalie est dangereuse. Plusieurs enlèvements d’occidentaux ont été commis dans la région frontalière avec la Somalie depuis septembre 2011 Tous les voyages à moins de 60 km de la frontière somalienne sont dès lors fortement déconseillés, y compris vers les Counties de Wajir, Mandera et Garissa. Dans la ville de Garissa, un attentat très brutal a eu lieu en avril 2015 au sein de l’université (cf. ci-dessus) . Le 22 novembre 2014, lors d’une attaque contre un bus au nord-est du pays à Mandera, à la frontière avec la Somalie, 28 passagers ont été tués.

Lors de déplacements vers les Counties de Turkana, d'Isiolo et de Marsabit (la ville frontalière Moyale y inclus), il est fortement conseillé de vérifier les conditions routières avant le départ et d'effectuer les déplacements par le biais d’agences de voyage reconnues. En cas d’entrée au Kenya par la route via Moyale, il est fortement conseillé de rester sur la route A2 et de ne pas s’arrêter avant la ville de Marsabit.

Toute la région frontalière avec le Soudan, l'Ouganda, la Somalie et l'Ethiopie est peu sûre car fréquentée par des bandes armées qui opèrent des raids de  bétail. En ce qui concerne plus particulièrement la frontière avec le Soudan, pour les voyages dans la région de Lokichiogo et du Lac Turkana (Turkana County), il convient de privilégier les déplacements en avion et, une fois sur place, de prévoir une escorte armée lors des déplacements.

 
Criminalité

Le taux de criminalité est élevé dans les grandes villes. Les attaques à main armée (vols et car-jackings) et les vols à la tire sont fréquents, principalement à Nairobi, Mombasa, Kisumu et le long de la côte (Kwale, Kilifi, Mtwapa & Changamwe).

Il convient d’adopter les mesures de précaution suivantes :

  • toujours rester vigilant et toujours fermer son véhicule;
  • ne pas porter sur soi des bijoux et objets de valeur de manière ostentatoire;
  • ne pas emporter de grosses sommes d'argent ou des cartes de crédit si ce n’est pas absolument indispensable;
  • se méfier des escrocs qui, pour un motif ou un autre, sollicitent l'assistance des voyageurs;
  • se méfier de certaines personnes qui se présentent comme policiers. Demander leur identification. Si les voyageurs ont l’impression que le comportement de l’officier est non conforme à la loi, ils peuvent toujours préciser que l’Ambassade en sera informée. Les voyageurs ne sont en aucun cas obligés de prendre un policier dans leur véhicule pour le transporter, que ce soit dans un commissariat de police ou ailleurs ;
  • ne jamais accepter de la nourriture et/ ou des boissons proposées par des inconnus ;
  • ne pas opposer de résistance en cas d'agression;
  • ne pas se déplacer seul la nuit à pied, que ce soit en ville ou en province, et particulièrement sur les plages, dans les parcs publics et dans les quartiers peu fréquentés.

Les réserves naturelles et parcs nationaux sont en principe sûrs. Il est cependant conseillé de réserver tout voyage par le biais d’une agence expérimentée pour ce genre d’activités et d'essayer de rejoindre le camp avant la tombée de la nuit. Il est impératif de se plier aux règlements des parcs nationaux et de suivre les instructions des gardiens de parc.

Si les voyageurs louent une maison de vacances à la côte, ils prêteront attention au système de sécurité du logement.

Il est déconseillé de voyager de nuit dans les villes et dans les provinces. Si un voyage doit être effectué le soir, il est préférable de le faire en convoi de plusieurs véhicules. Eviter, en tant que touriste, de prendre le volant et choisir un chauffeur que l’on connaît bien, ou qui a été recommandé par une société ou un hôtel.

Il est conseillé de fermer les fenêtres des véhicules et de verrouiller les portières surtout si l’on est bloqué dans le trafic. Les voleurs à la tire sont particulièrement intéressés par les téléphones portables, montres, colliers et sacs à main des passagers. La prudence s'impose sur les routes. Un peu partout dans le pays mais particulièrement à Nairobi, Mombasa ainsi que sur la route Nairobi-Mombasa, il arrive que des accidents routiers soient provoqués intentionnellement afin de dévaliser les passagers.

Il est conseillé aux voyageurs impliqués dans un incident de sécurité de contacter l’ambassade de Belgique et de lui rapporter cet incident.