Libéria

Carte Liberia

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

Consultez également la page d'accueil de ce site web pour un aperçu des codes couleurs. 

Les déplacements non-essentiels en dehors de l'Union européenne, du Royaume-Uni, de la Suisse, du Liechtenstein, de l'Islande et de la Norvège restent interdits jusqu’à nouvel ordre conformément à l'article 18, §1 de l'Arrêté ministériel du 30 juin 2020. Toute personne de retour d’un voyage dans une de ces zones doit se mettre en quarantaine en Belgique et se soumettre à un test. Plus d'informations sur www.info-coronavirus.be.

A partir du 1er août 2020, TOUS les voyageurs revenant en Belgique sont tenus de remplir le « Passenger Locator Form ». De plus amples informations peuvent être consultées sur www.info-coronavirus.be.

Les voyageurs doivent être conscients du fait que de nouvelles flambées de Covid à l'étranger peuvent fortement affecter leur voyage et que le rapatriement ne peut être garanti si les vols commerciaux sont supprimés ou si les frontières sont fermées.

Si vous vous trouvez actuellement ou si vous effectuez un voyage essentiel dans une zone à laquelle l’Arrêté ministériel ci-dessus s'applique, il est recommandé de lire les conseils ci-dessous concernant l'ensemble des questions de sécurité dans cette zone.

 

Face à l’épidémie de coronavirus (Covid-19), les autorités du Libéria ont pris des mesures restrictives.

Depuis lors, le trafic aérien a repris. Cependant, des restrictions sanitaires perdurent. Par ailleurs, un couvre-feu (de 18h à 6h) est en vigueur et les déplacements sont restreints dans le cade de l’état d’urgence.

Pour les voyageurs il demeure  indispensable de suivre quotidiennement la situation sanitaire et l’évolution des mesures prises par les autorités.

 

La sécurité s’est considérablement améliorée au Libéria depuis 2012. Observer la plus grande prudence quand on s’y rend demeure toutefois impératif. La situation sécuritaire y demeurant instable, il reste déconseillé sauf raison impérative de se rendre dans les zones frontalières avec la Sierra Leone et la Côte d’Ivoire.​

L’Organisation Mondiale de la Santé a officiellement annoncé la fin de l’épidémie d’Ebola en 2016. Une résurgence de l’épidémie n’étant pas à exclure, il est recommandé de suivre strictement les conseils donnés ci-après.

Afin de nous permettre d’optimiser notre assistance consulaire, nous vous invitons à signaler votre voyage et votre itinéraire sur notre site dédié: https://travellersonline.diplomatie.be.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale 

Suite à la fin de la guerre civile en 2003, la situation sécuritaire dans le pays s’est globalement améliorée et la mission de l'ONU (MINUL) a pu quitter le pays en 2017. La sécurité reste toutefois précaire. Les voyages non essentiels dans la région frontalière avec la Côte d’Ivoire sont déconseillés. Les rassemblements partout dans le pays, peuvent rapidement devenir violents et doivent donc être évités.

Dans les zones rurales, les incidents violents sont fréquents dans les exploitations minières et les plantations de caoutchouc.

 
Criminalité

Se déplacer ou voyager seul à l’intérieur du pays est très fortement déconseillé, quelque soit le moment de la journée. La criminalité en augmentation s'accompagne souvent de violence. Les voyageurs et étrangers en sont souvent les victimes. Des attaques à main armée, les vols à la tire et dans les véhicules sont possibles. Les déplacements après la tombée de la nuit sont à éviter, surtout à l’intérieur du pays.

Il est conseillé d'avoir toujours sur soi une preuve de son identité avec photo, de préférence une copie conforme du passeport. La police locale, encore peu professionnelle, ne dispose pas des forces et moyens nécessaires pour combattre la criminalité.

 
Risques liés aux transports

Les habitudes de conduite peuvent être imprévisibles et la signalisation est quasi-inexistante. La présence de piétons le long des routes et d’animaux errants peut constituer un danger supplémentaire. Il est déconseillé de circuler de nuit, les routes n’étant généralement pas éclairées et les voitures circulant tous feux éteints. De nuit, les voyageurs sont aussi plus susceptibles d’être confrontés à des barrages ou des points de contrôle illégaux.

 
Risques naturels

Les pluies torrentielles entre mai et novembre peuvent causer des crues, des inondations et des glissements de terrain. Les routes deviennent régulièrement impraticables et les services essentiels peuvent être perturbés. Durant le reste de l’année, un vent chargé de poussière (l’harmattan) peut réduire les conditions de visibilité. Il est recommandé de s’informer sur les prévisions météorologiques.

 
Risque terroriste

Compte tenu du contexte régional, le risque terroriste ne peut être écarté au Libéria. Les attentats de Grand Bassam en 2016 en Côte d’Ivoire voisine et les récents évènements au Burkina Faso ont montré que les groupes terroristes de la région ciblent les lieux de divertissement et hôtels où séjournent les étrangers. Il est recommandé d’observer la plus grande vigilance et de s’assurer que les accès à ces lieux sont sécurisés.

Nous travaillons actuellement au renouvellement de notre site web. Afin de mieux savoir qui consulte notre site et quelles informations il ou elle recherche, nous vous demandons de remplir ce court questionnaire. Cela ne prendra que quelques minutes de votre temps. Nous vous remercions d’avance de votre coopération.

Vous pouvez trouver le questionnaire ici : https://qlite.az1.qualtrics.com/jfe/form/SV_4VdkGChG6BNcVXD

Si nécessaire, vous pouvez changer la langue du questionnaire en haut à droite.