Nicaragua

Carte Nicaragua

 

Dernière mise à jour

Le coronavirus Covid-19 est présent au Nicargua. Peu de personnes sont infectées actuellement. Les autorités du Nicaragua n’ont pour l’instant pas pris de mesures sanitaires particulières et il n’y a pas de restrictions de voyage. La situation peut cependant changer rapidement.

Bien que la situation sécuritaire se soit améliorée au Nicaragua après les pics de violence consécutifs aux événements d’avril 2018 et à ceux qui se sont produits pendant plusieurs mois, la plus grande prudence est recommandée  vu le risque élevé d’insécurité.

Tenez-vous régulièrement informé de l’évolution de la situation via la presse locale et internationale.

Evitez la proximité des manifestations et rassemblements de foule. 

Afin de nous permettre d'organiser au mieux notre assistance consulaire, nous vous conseillons d'enregistrer votre voyage via le portail www.travellersonline.diplomatie.be(link is external).


 

 
Travellers Online

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

La plus grande prudence est recommandée  vu le risque élevé d’insécurité, bien que la situation sécuritaire se soit améliorée au Nicaragua après les pics de violence consécutifs aux événements d’avril 2018 et à ceux qui se sont produits pendant plusieurs mois

Evitez les regroupements et manifestations. La loi interdit aux étrangers de mener des actions politiques, de participer aux manifestations et d’offrir leur aide aux manifestants sous peine d'arrestation. 

Durant les manifestations, les routes peuvent être bloquées. Cela vaut également pour les routes allant et venant de et vers l’aéroport de Managua.

Informez-vous systématiquement des derniers développements de la situation via la presse locale et internationale

 
Criminalité

Le Nicaragua présente des taux de criminalité inférieurs à ceux des pays voisins. La criminalité demeure cependant une réalité au Nicaragua. Les touristes comme la population locale peuvent être victimes de vol, d’attaques à main armée et d’agressions sexuelles.

En 2015, plusieurs cas de viols ont été rapportés, souvent sur des plages ou des lieux touristiques qui sont animés pendant la journée mais peu fréquentés à d’autres moments. D’autres cas se sont produits alors que quelqu’un avait gagné la confiance des touristes.  Les victimes ne sont pas uniquement des femmes, mais peuvent également être des couples. Dans la capitale, Managua, le nombre de vols est plus élevé que dans le reste du pays et ceci en particulier dans le quartier de la vieille cathédrale. Il convient de rester prudent en empruntant les transports en commun ou les taxis, en particulier aux abords des marchés de la capitale (Huembes, Oriental, etc.) et des gares routières (Ticabus). Les touristes peuvent être abordés par une personne leur proposant de partager un véhicule privé ou un taxi afin de réduire les frais, proposition qu’il est vivement recommandé de décliner en raison  du risque d’extorsion ou de séquestration. Il est également fortement déconseillé d’accepter qu’un taxi s’arrête pour prendre en route d’autres voyageurs. La criminalité est également en augmentation dans d'autres villes comme Léon et Granada.

Dans les autres villes, il convient de se méfier des pickpockets sur les marchés et dans les quartiers peu peuplés. Si vous désirez voyager de manière individuelle dans des régions moins touristiques, nous vous conseillons de prendre contact avec notre consulat honoraire à Managua ou avec les autorités locales.

Nous vous recommandons la plus grande prudence sur la côte caraïbe (entre autres à Bluefields et Puerto Cabezas), sur les îles Corn Island et Little Corn Island et l'île voisine San Andres (qui appartient à la Colombie). Les problèmes liés au trafic de drogue sont fréquents dans cette région. Des problèmes ont également été signalés dans des lieux touristiques de la côte pacifique, notamment à San Juan del Sur. La présence de la police est minimale sur Corn Island et Little Corn Island. Des groupes armés menacent la sécurité des routes dans le Triángulo Minero (triangle minier), la région autonome nord-atlantique (RAAN) et dans les environs des villes de Siuna, Rosita et Bonanza. Voyager dans ces régions est déconseillé.

Une vigilance accrue à cause de la criminalité est également de mise dans l’autre région autonome de la côte atlantique (RAAS), surtout en dehors des villes dans des régions forestières, dans les zones de montagne Jinotega et Matagalpa et au passage des frontières.

Le bon sens et les précautions d'usage sont d'application:

  • Ne logez dans des hôtels de basse catégorie que sur base de recommandations de personnes de confiance et ne faites pas de camping sauvage;
  • Ne prenez pas de taxis en rue et n'acceptez pas de voyager avec d'autres passagers. Utilisez uniquement des radiotaxis. Négociez le prix avant de monter dans le taxi.
  • Evitez les plages et miradors peu fréquentés, surtout pendant ou après le coucher du soleil.
  • Evitez de porter sur vous des bijoux de valeur et de grosses sommes d'argent;
  • Portez toujours vos documents d'identité sur vous. Le port du passeport est obligatoire au Nicaragua. Laissez dans un endroit sûr une photocopiecopie de la page d’identification de votre passeport et du sceau d’entrée pour faciliter la plainte en cas de vol ou de perte ;
  • Ne voyagez pas la nuit
  • N’opposez pas de résistance en cas d'agression, car les agresseurs n'hésitent pas à utiliser leurs armes;
  • Soyez prudent lors des baignades sur les côtes du Pacifique et dans la Mer des Caraïbes. Les courants sous-marins sont puissants et imprévisibles.
  • Accompagnez en permanence vos enfants en bas âge.