Panama

Carte Panama

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

COVID

Le coronavirus Covid-19 est présent au Panama et le pays a adopté des mesures très restrictives pour le contenir.

Depuis le 12 octobre 2020, l’entrée sur le territoire des nationaux, des résidents permanents et des touristes est de nouveau permise à condition de respecter certaines conditions : test PCR ou antigène COVID 19 négatif réalisé au plus tard 48h avant le départ, formulaire à compléter à l’arrivée et installation d’une application sur son smartphone. A défaut de test avant le départ, un test rapide est réalisé à l’aéroport international de Tocumen (50 dollars à la charge du voyageur). Si le résultat est positif : placement obligatoire en isolement pendant 7 jours dans un hôtel-hôpital désigné par le ministère de la Santé panaméen, puis réalisation d’un nouveau test au bout de 7 jours (isolement renouvelé de 7 jours si toujours positif). Depuis le 19 avril 2021, tous les passagers en provenance d’Amérique du Sud sont soumis à un test antigène à l’arrivée et à une quarantaine de 3 jours dans un hôtel avec un second test antigène. Afin de lutter contre les faux documents, les autorités panaméennes se réservent le droit de soumettre les passagers à un test aléatoire.

 

Le port du masque est obligatoire dès que l’on sort de son domicile/de son hôtel.

Afin de faire face à l’augmentation continue des cas de COVID 19, les autorités panaméennes ont annoncé de nouvelles mesures le 14 janvier 2021 :

Déplacements :

  • Couvre-feu de minuit à 4h sur tout le territoire national ;
  • Des contrôles routiers (cercos sanitarios) sont mis en place dans les provinces de Panama, Panama Oeste, Herrera, Los Santos, Colón et Chiriquí. Les vols nationaux circulent.

Tourisme :

  • Les hôtels et sites touristiques sont ouverts.
  • Les restaurants ferment à 23h. La vente à emporter est autorisée jusqu’à minuit.
  • Les plages sont fermées de 18h à 6h.
  • L’accès aux comarcas Ngöbe-Buglé et Guna Yala (San Blas) est suspendu jusqu’à nouvel ordre pour les touristes.
  • La frontière avec le Costa Rica est ouverte.

L’Autorité du tourisme de Panama a mis en place une ligne d’attention téléphonique dédiée à informer les touristes : (+507) 6330-2520. L’ATP est également joignable à l’adresse : contacto@atp.gob.pa.

Le sport à l’air libre et individuel est en revanche à nouveau autorisé.

Un plan de déconfinement par phase a été communiqué le 12 janvier par les autorités panaméennes. Il est consultable sur le site du gouvernement panaméen (en espagnol).

Ces restrictions sont sujettes à modification en fonction de la situation sanitaire locale. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site internet du Ministère panaméen de la Santé ainsi que la page Twitter du Ministerio de salud (en espagnol).

Les personnes qui enfreignent les réglementations sanitaires pourront être condamnées à une amende de 50 000 $ à 100 000 $ ou à des travaux d’intérêt général.

Pour toute question concernant votre (éventuel) voyage, nous vous invitons à consulter votre compagnie aérienne, votre agence de voyage et/ou votre compagnie d’assurance.

Pour les voyages au Panama, la vigilance reste de mise, en particulier dans la province du Darién.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer votre voyage sur travellersonline.diplomatie.be

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

En principe, le Panama peut être visité sans problème majeur. Cependant la criminalité est en hausse, principalement dans la ville de Panama et à Colón où les vols à main armée peuvent se produire, mais également en Province. La vigilance est de mise. Il est déconseillé de voyager et de séjourner dans la province du Darien. Cette région sauvage (jungle) à la frontière de la Colombie est très dangereuse en raison de la présence de maladies tropicales comme le choléra et la malaria, de groupes illégaux (armés) et de trafiquants de drogue (souvent originaires de Colombie) qui y ont installé leurs bases de repli. Il n'est pas possible de voyager par voie terrestre du Panama vers la Colombie étant donné qu'il n'existe aucune route officielle et aucun poste de frontière.

Le bon sens et les précautions d'usage sont d'application :

  • Logez dans des hôtels et ne faites pas de camping sauvage ;
  • Ne portez pas de bijoux de valeur et n'emportez pas de sommes importantes d'argent liquide.
  • Gardez toujours un œil sur votre appareil photo, caméra et votre GSM :
  • Ne prenez qu'une photocopie de votre passeport avec vous et laissez les documents originaux (passeport, billet,...) dans le coffre-fort de l'hôtel dans la mesure du possible ;
  • Portez de préférence sur vous les documents d'identité ( poche ou pochette intérieur) pas dans un petit sac ou sac-à-dos qui peut être facilement volé ou arraché);
  • En cas d'attaque, n'opposez aucune résistance aux agresseurs.
  • Accompagnez en permanence vos enfants en bas âge ;
  • Soyez prudent lors des baignades sur les côtes du Pacifique et de la Mer des Caraïbes car les courants marins sous-jacents sont puissants. 
  • En saison des pluies ( mai à décembre) éviter de vous baigner dans les rivières car le niveau de l'eau peut monter subitement de plusieurs mètres.

Criminalité

Dans la ville de Panama, des attaques (parfois à main armée) et des vols peuvent se produire. Les quartiers El Chorillo, Curundú, Calidonia, San Miguelito et Santa Ana sont à éviter le soir, vu que le risque d'attaques y est plus élevé. Le quartier de Casco Viejo (San Fellipe) est aussi un district pauvre, mais c’est bien surveillé pendant la nuit. Restez dans la partie touristique du vieux centre. Lors de déplacements en voiture, il est conseillé de fermer les portières à clé et de garder les fenêtres fermées.

L’ambassade est souvent contactée par des proches inquiets car sans nouvelles des voyageurs. Veuillez les tenir régulièrement informés afin qu’ils n’envisagent pas le pire : le problème est, en effet, souvent dû simplement à l’indisponibilité des réseaux de télécommunications.