Soudan

Carte Soudan

Dernière mise à jour

Tous les voyages vers certaines régions du Soudan sont formellement déconseillés. Il s'agit des régions du Darfour, d'Abyei, du Sud-Kordofan, du triangle de Hala'ib et de la zone frontalière avec la Libye. Les voyages non-essentiels dans le reste du pays sont déconseillés.

Si vous voyagez au Soudan, tenez compte du fait que le pays se trouve en pleine transition post-conflit. La situation sécuritaire évolue favorablement mais reste précaire et une vigilance maximale reste de mise partout. La proximité des manifestations et rassemblements de foule est à éviter.

Nous vous invitons à enregistrer votre voyage sur Travellers Online et à consulter régulièrement notre conseil aux voyageurs.

 

 
Travellers Online

 

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale

Suite à la fin du régime du président Al-Bashir le 11 avril 2019, l'armée et l'opposition civile sont parvenues à un accord le 17 août sur une division du pouvoir en trois ans. Des incidents réguliers continuent de se produire, surtout dans les universités. Les conflits tribaux à l'intérieur du pays sont à prendre en compte également. Le pays se trouve également dans une situation économique très difficile.

Crime

La criminalité de rue et les vols se produisent sur tout le territoire.

Les crimes graves se produisent dans les zones de conflit non sécurisées et dans les grandes villes. Cette criminalité peut être violente et armée perpétrés par des gangs organisés. Dans les zones de conflit, le risque de car-jacking est également important.

Manifestations 

Après l'accord entre l'armée et l'opposition du 17 août 2019, aucune manifestation majeure n'a eu lieu. Les petites manifestations résultant d'exigences ponctuelles sont encore courantes. Évitez toutes les manifestations car la violence peut être utilisée.

Sécurité dans les régions

Les voyages dans des régions du Darfour, Abyei, le Kordofan méridional, le Nil Bleu, le triangle de Hala'ib, Bir Tawil et la région frontalière libyenne sont fortement déconseillés.

Khartoum

Hormis les manifestations ponctuelles, la situation à Khartoum est actuellement calme.

Vallée du Nil

Les sites archéologiques de la vallée du Nil sont, à part quelques incidents de banditisme, calmes et sûrs. L'état du Nil, cependant, reste parfois agité.

Darfour, Kordofan du Sud

Dans les cinq États du Darfour, le danger lié au banditisme (agressions, enlèvements) reste élevé en dépit de l'amélioration structurelle observée. Le conflit du Darfour a également des incidences sur la sécurité des États voisins tels que le Kordofan et les États de l'ouest et du nord, du Bahr el-Ghazal au Sud-Soudan. Le conflit armé autour de Jebel Marra a entraîné la présence d'une force d'intervention militaire internationale. 

Abyei

La situation est actuellement calme, notamment en raison de la "supervision administrative spéciale des Nations unies" par une force de maintien de la paix des Nations unies, le Soudan et le Soudan du Sud revendiquant la zone. Il existe néanmoins une tension constante entre les différentes tribus en raison de différends fonciers et immobiliers.

Frontière avec l'Erythrée

Les conflits ethniques et le banditisme dans les États de Kassala et de la mer Rouge, rendent cette région peu sûre, bien que les frontières restent ouvertes. Les réfugiés érythréens et éthiopiens sont toujours régulièrement victimes de kidnappings.

Triangle de Hala'ib et Bir Tawil

Triangle de Hala’ib: la partie orientale de la zone frontalière avec l’Égypte n’est pas sûre. Le Soudan et l’Égypte sont en conflit sur le triangle de Hala’ib, dans la zone frontalière le long de la mer Rouge.

Bir Tawil: Bir Tawil est situé dans la partie nord de la région frontalière entre le Soudan et l’Égypte. La région n'est revendiquée par aucun des pays voisins. Cette zone frontalière n'est pas sûre.

Port Soudan

Des tensions tribales sont en suspens dans la ville portuaire de Port-Soudan. Les forces de sécurité ont été déployées pour empêcher tout dérapage supplémentaire.

Désert libyen

Il est fortement déconseillé de se rendre dans la zone frontalière avec la Libye, en raison de l'insécurité et du crime organisé qui y règnent.