Tanzanie

Carte Tanzania

 

Dernière mise à jour

 

Coronavirus COVID-19

  • Les voyages non essentiels à l’étranger depuis la Belgique sont vivement déconseillés.
  • Vous trouverez des informations sur les mesures à prendre lors du retour en Belgique sur le site www.info-coronavirus.be/fr/voyages.

 

Transit : Même en transit, les autorités aéroportuaires ou votre compagnie aérienne peuvent imposer de nouveaux tests, et éventuellement un isolement de longue durée (14 jours) en cas de résultat positif. C'est notamment le cas pour les vols au départ de plateformes internationales bien connues comme Addis-Abeba, Istanbul, etc. Veuillez tenir compte de ce risque lors de la planification de votre voyage et vérifier à l'avance votre couverture d'assurance. ​

Tous les voyageurs à partir de 6 ans et indépendamment de toute vaccination, doivent présenter un certificat attestant d’un résultat négatif au test COVID-19 (RT-PCR) avec prélèvement effectué moins de 96 heures avant leur départ en Tanzanie. Les mesures sanitaires imposées aux compagnies aériennes diffèrent et sont susceptibles d’évoluer rapidement. Il convient de s’assurer avant le départ auprès de sa compagnie aérienne des conditions à l’arrivée en Tanzanie et au retour en Belgique.

Tous les voyageurs arrivant en Tanzanie doivent compléter un formulaire en ligne concernant leur situation médicale 24 heures avant leur arrivée sur le territoire tanzanien, sur le site du Ministère de la santé : https://afyamsafiri.moh.go.tz/#/home (disponible en anglais et swahili uniquement). Une fois le formulaire a été complété, les voyageurs reçoivent un code individuel de confirmation à présenter au contrôle sanitaire à la frontière.

Dans les aéroports, portez un masque buccal, désinfectez les mains et gardez vos distances. A l'arrivée tous les voyageurs doivent se soumettre à des mesures de dépistage. Si un voyageur présente des symptômes, un test sera imposé et en cas de test positif à l'arrivée/au départ, il sera placé en quarantaine pour 14 jours.

Les voyageurs qui se sont rendus dans des pays présentant des variantes inquiétantes ou un nombre élevé d'infections au cours des 14 derniers jours doivent subir un test rapide COVID-19 à leur arrivée en Tanzanie (coût : 10 USD pour le Mainland et 25 USD pour Zanzibar). La liste de ces pays est mise à jour en ligne : https://www.moh.go.tz.

En l'absence de chiffres officiels réguliers sur le nombre d'infections, d'hospitalisations et de décès, il est très difficile de faire une estimation précise de l'impact de cette pandémie en Tanzanie. Cependant, il y a suffisamment d'indications que le virus est également répandu ici. De plus, la capacité du système de santé local est très limitée. Un voyage en Tanzanie en ce moment comporte donc un risque réel. Les capacités locales de test sont réduites et leur coût et délais peuvent poser des difficultés aux voyageurs devant justifier d’un résultat négatif de moins de 72 heures. Il y a des rapports de voyageurs à Zanzibar qui, après un résultat de test positif, ne sont autorisés à prendre un autre test après une semaine, entraînant une prolongation coûteuse du séjour. Par ailleurs, il existe des rapports de passagers qui ont pu embarquer avec un certificat négatif, mais ont été testés positifs à leur destination d’arrivée ou dans l’aéroport de transit. Ce dernier peut engendrer une quarantaine imposée dans le pays de transit.

Il est recommandé aux citoyens belges de consulter le site web du Ministère de la Santé (https://www.moh.go.tz/en/announcements - disponible uniquement en anglais et kiswahili) et de se tenir informé d’éventuelles mesures décrétées par le gouvernement. Une ligne téléphonique d’urgence (uniquement joignable depuis la Tanzanie) a été mise en place : 199 pour le Mainland et 190 pour Zanzibar.

 

 

 

Pour tout voyage en Tanzanie, vous pouvez vous inscrire sur https://travellersonline.diplomatie.be
 

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Sécurité générale 

La Tanzanie présente généralement peu de problèmes de sécurité. Le pays reste l’un des plus stables et les plus calmes de la région. Comme dans les autres pays de l’Afrique Australe, la menace d’un attentat terroriste reste sous-jacente. La vigilance est de mise.

Voyagez uniquement si nécessaire dans la zone frontalière avec le Mozambique dans la province de Mtwara. Dans le nord-est du Mozambique, près de la frontière avec la Tanzanie, des groupes extrémistes mènent des attaques contre des civils depuis le mois d’octobre 2017. Des incursions ponctuelles mais meurtrières ont également eu lieu du côté tanzanien de la frontière.

Soyez particulièrement prudent dans la région de Kigoma, plus précisément la zone qui abrite des camps de réfugiés et borde le Burundi. Il y a eu des vols à main armée dans cette zone, y compris des détournements de voiture. Ne conduisez qu'à la lumière du jour.

Dans le passé des affrontements violents se sont produits à Stonetown à Zanzibar. Bien qu’il s’agisse de l’expression de conflits politiques et religieux locaux et que les touristes n’aient pas été inquiétés directement, il est conseillé aux voyageurs de faire preuve d’une grande prudence et d’éviter toute manifestation. Il n’est pas exclu que les tensions s’enflamment à nouveau. Une recrudescence des désordres ou des manifestations reste donc possible, de même que les violences qui y sont associées. Restez informé des derniers développements et de la situation sécuritaire sur place. Vous pouvez suivre l'actualité locale à travers les médias locaux ou vous renseigner auprès de votre hôtel ou agence de voyage.

Afin de mieux organiser l’assistance consulaire, nous vous conseillons également d’enregistrer votre voyage via www.travellersonline.diplomatie.be.

 
Criminalité

Comme dans toutes les grandes villes, il y a de la criminalité à Dar es Salaam, y compris dans les quartiers plus résidentiels (p. ex. la péninsule de Msasani). Dans ces zones, des cambriolages violents se produisent régulièrement .

Les résidents et les touristes pourront être les victimes de violence brutale dans la rue et de tentatives de vol de sacs à main ou sac à dos provenant de voitures ou de motos roulant sur la chaussée. Il est recommandé aux piétons de ne pas se promener avec des sacs, de ne pas porter de bijoux voyants, ou du matériel électronique. Si vous portez un sac, portez-le de façon à pouvoir le lâcher rapidement, en cas d’assaut, afin d’éviter les chutes et blessures. Marchez le plus loin possible de la chaussée fréquentée par les voitures et les motos, à contre-sens du trafic, en portant le sac du côté des habitations. Le cas échéant, n’opposez aucune résistance à vos agresseurs car ils n’hésiteront pas à recourir à la violence.

Les voyageurs avec sac à dos et les touristes doivent se méfier des voleurs (pickpocket) et des escrocs dans les stations de bus (comme p.ex Ubungo), les embarcadères des ferry et autres endroits où se concentrent beaucoup de gens.

Dans l'ensemble du pays, les marchés traditionnels, les plages, les rues sombres, les zones désertes de la ville doivent être fréquentés avec prudence, de préférence pas seul, et sans porter de bijoux, montres, GSM, sacs, etc. Ces endroits sont aussi à éviter après le coucher du soleil.

Beaucoup de jeunes utilisent le bajaj (petit véhicule à trois roues d'origine indienne) pour se déplacer à travers Dar-Es-Salaam. Il s'agit d'un mode de transport bon marché, rapide (compte tenu des embouteillages) et insolite aux yeux des touristes. L'usage du bajaj est fermement déconseillé à la nuit tombée, et a fortiori pendant la nuit, à l'ensemble des voyageurs, et surtout aux femmes se déplaçant seules, en raison de la grande vulnérabilité du véhicule (léger et ouvert à l'air libre, il n'offre aucune protection aux passagers).

Soyez vigilant quand vous prenez un taxi, et évitez des taxis sans licence officielle ou qui transportent déjà d’autres passagers. Le recours à un taxi hélé en bord de route pendant la nuit est aussi déconseillé. On lui préférera un taxi réservé par l'intermédiaire de l'hôtel ou recommandé par une connaissance fiable.

Des incidents violents sont à signaler non seulement à Dar es Salaam mais également dans d’autres villes (notamment à Arusha et Zanzibar), ainsi que dans les lieux de villégiature à Zanzibar où des touristes ont été agressés. La vigilance est donc de mise.

La zone frontalière avec le Burundi est réputée dangereuse. On y recense des incidents avec attaques à main armée.

 
Important

Une assurance de voyage couvrant une évacuation médicale est fortement conseillée, vu l’insuffisance de l’infrastructure médicale en Tanzanie (consultez également la rubrique ‘Santé et hygiène’).