Venezuela

Carte Venezuela

Dernière mise à jour

Les voyages non-essentiels vers le Venezuela sont déconseillés.

Tous les voyages vers la zone frontalière avec la Colombie sont déconseillés. Des groupements armés illégaux, des trafiquants de stupéfiants et des contrebandiers y sont actifs et il y a un risque d’enlèvement.
Les frontières entre le Venezuela et la Colombie sont susceptibles d’être fermées sans préavis et pour une durée indéterminée par les autorités vénézuéliennes.

Les autorités vénézuéliennes ont fermé les frontières avec les îles de Aruba, Curaçao et Bonaire.  La durée de ces fermetures de frontière n’est pas connue. Il n’y a pas de trafic aérien ni de transport par voie maritime entre le Venezuela et ces îles.
 

Le Venezuela est l’un des pays avec le plus fort taux de criminalité au monde. Si votre voyage ne peut être reporté, préparez-le avec le plus grand soin et, une fois sur place, informez vos proches quotidiennement du déroulement de celui-ci.

Il est recommandé de se tenir informé de l’évolution de la situation ainsi qu’à l’écart de toute manifestation, même pacifique.

Les cas de malaria et de diphtérie sont en augmentation.

En raison de la crise économique, un certain nombre de vivres, de produits d'hygiène personnelle et de médicaments ne sont plus disponibles.

L’approvisionnement en combutible est irrégulier. Ces manques donnent lieu à des protestations et à des pillages. Soyez vigilants lors de rassemblements de foules.

L’usage de cartes de crédit internationales pour des retraits d’argent en espèces est aléatoire. 
Des coupures d’eau et de courant sont fréquentes dans tout le pays et peuvent parfois durer plusieurs jours.

Afin de nous permettre d’organiser au mieux l’assistance consulaire, nous vous conseillons d’enregistrer vos coordonnées de voyage via le site web suivant : www.travellersonline.diplomatie.be. Le bureau diplomatique belge est temporairement fermé et ne peut donc offrir les services consulaires habituels. En attendant la réouverture, notre ambassade en Colombie est compétente pour le Venezuela. Les belges peuvent également s'adresser à l'ambassade des Pays-Bas pour une assistance consulaire.

 
Travellers Online

 

Description

Sécurité générale

Manifestations politiques

Les manifestations qui eurent lieu d’avril à juillet 2017 ont dégénéré à de multiples reprises en confrontations violentes entre manifestants et forces de l'ordre, causant des victimes.
Des manifestations, politiques ou autres, peuvent toujours se produire au Venezuela, tant en faveur que contre le gouvernement. Il est impératif de les éviter.
Ces manifestations occasionnent des barrages de route et des embouteillages. Tenez en compte si vous devez vous rendre à l’aéroport.

Risque terroriste

Le Venezuela ne connaît pas de risque terroriste spécifique. Cependant, étant donné l'insécurité qui règne dans la zone frontalière avec la Colombie, notamment en raison de la présence de membres dissidents des ex-FARC, tous les voyages vers cette partie du pays sont déconseillés. 

 
Criminalité

La criminalité et l'insécurité se situent à un niveau extrêmement préoccupant, et font du Venezuela un des pays les plus dangereux au monde. Cette criminalité se concentre principalement à Caracas (non seulement dans les bidonvilles appelés « barrios » mais également dans les quartiers résidentiels) ainsi que dans les grandes villes (notamment Barquisimeto, Valencia, Maracay).

La criminalité, parfois liée au trafic de stupéfiants, prend des formes multiples : vol à la tire, vol à main armée, piraterie, carjacking, homejacking, enlèvement, meurtre. Elle comporte généralement un haut degré de violence (utilisation d’armes blanches ou à feu).

Dans les grandes villes, des attaques armées contre piétons et automobilistes à l'arrêt sont récurrentes. Le risque d’enlèvement en échange de rançon est également en augmentation ainsi que les cas de clonage illégal de cartes de banque.

Les voyageurs passant par l’aéroport international de Maiquetía (Caracas) doivent faire preuve de vigilance. Des bandes armées  opèrent dans les zones à l’extérieur des bâtiments de l’aéroport. A partir de 22h et jusqu’à 6h du matin, les forces de l'ordre ne sont plus présentes dans ces zones de façon permanente et il est doncindiqué d’éviter d'emprunter ou d'arriver avec un vol dans cette plage horaire. Le voyageur veillera à limiter ses délais d’attente à l’extérieur des bâtiments au strict minimum. Il est fortement déconseillé de porter ostensiblement des objets de luxe ou de l’argent. . A l’intérieur et à l’extérieur du bâtiment de l’aéroport, les voyageurs internationaux sont abordés par des changeurs qui proposent d’échanger des devises au comptant, ce qui est illégal.

Il vaut mieux ne pas céder aux ‘chauffeurs de taxis pirates’ insistants, offrant au voyageur de l’assister avec ses bagages (pour ensuite réclamer un pourboire) ou offrant des services de taxi. Dans des cas exceptionnels certains commettent des escroqueries ou sont susceptibles de pratiquer un enlèvement ou un vol à main armée. Il est fortement conseiller d'emprunter son propre moyen de transport, ou de se faire transporter par des connaissances. Si cela s’avère impossible, il est à conseiller de faire appel à la compagnie de taxis officielle de l’aéroport (voitures noires, de type 4x4 avec plaques numéralogiques jaunes). A cette fin, contactez le coordinateur (portant une radio) au niveau de la sortie du terminal international (première étage), qui pourra vous renseigner sur les tarifs applicables.

Dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants, le contrôle des passagers et des bagages pour tout départ vers l’Europe depuis l’aéroport international de Maiquetía (Caracas) est strict, entraînant souvent des délais d'attente supplémentaires aux guichets des Services d'immigration. Il est recommandé au voyageur d'en tenir compte et de ne pas perdre ses bagages de vue.

Les voyageurs doivent être particulièrement vigilants à ne pas se laisser impliquer dans des affaires liées à la drogue, surtout dans le centre touristique de l'île de Margarita.

Il est déconseillé d’entreprendre toute forme de voyage ‘alternatif’ ou ‘d’aventure’ (voyages non accompagnés, randonnée en vélo ou à moto, auto-stop, ...) dans l’ensemble du pays.

Afin de limiter les incidents liés à la criminalité, il vous est conseillé d'observer à tout instant les mesures de précaution suivantes :

  • évitez les quartiers défavorisés des grandes villes (« barrios » ou « zonas rojas ») ;
  • ne portez pas de signes ostentatoires de richesse (gsm, tablette, montre, bijoux, etc.)  et limitez l'usage en public de votre gsm, tablette ou appareil photo;
  • les cas de carjacking sont nombreux. Limitez vos déplacements le soir / pendant la nuit dans les grandes villes et évitez de vous déplacer seul ;
  • faites appel aux compagnies de taxis officielles (à réserver par téléphone) ;
  • pendant les trajets en voiture, gardez les fenêtres et les portes verrouillées ;
  • évitez la pratique du camping sauvage et de l'autostop ; ne vous rendez pas sur des plages après le coucher du soleil.
  • effectuez vos retraits d'argent durant la journée et uniquement à des endroits fréquentés ( centres commerciaux, lobbies d'hôtel) ;
  • ne confiez pas vos cartes de banque à autrui et limitez leur usage ;
  • portez toujours sur vous une copie de vos documents de voyage ;
  • cherchez à contacter prioritairement le Bureau Diplomatique à Caracas en cas de démêlés avec les services de l’ordre ;
  • en cas de vol, ne résistez pas et remettez immédiatement aux agresseurs ce qu'ils demandent.

Portez sur vous les numéros d'urgence suivants :

  • la police  : 171
  • service incendie : +58 (0212) 545 45 45
  • service d'urgence médicale – Premiers Soins : 171 (depuis un téléphone portable : *171)