La Belgique soutient la CPI depuis sa création il y a 20 ans

Le 1er juillet 2002, la Cour pénale internationale (CPI) débutait ses activités à La Haye à la suite de l’entrée en vigueur du Statut de Rome. Vingt ans plus tard, 123 Etats ont ratifié le Statut et la Cour a pu démontrer toute sa raison d’être.

  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

La CPI agit en complément des juridictions nationales à qui incombe la responsabilité première d’enquêter et de poursuivre les crimes les plus graves. Elle a fortement contribué à la solidification de la jurisprudence pénale internationale, par exemple concernant les crimes contre les enfants.

À ce jour, la Cour a rendu dix condamnations, quatre acquittements et a mené à bien quatre procédures de réparations en faveur des victimes. Elle est actuellement saisie de trois examens préliminaires et dix-sept situations sous enquête dans toutes les régions du monde.

Le renforcement de l’état de droit et la lutte contre l’impunité figurent au cœur des priorités de la politique étrangère belge. Le Premier Ministre Alexander De Croo, en charge des Affaires étrangères et des Affaires européennes : « C’est pour cette raison que la Belgique soutient, depuis sa création, cette institution judiciaire unique et essentielle qu’est la Cour pénale internationale, une cour permanente et à vocation universelle et complémentaire des juridictions pénales nationales. Ce soutien est le reflet de l’engagement belge pour mettre fin aux violations les plus graves du droit international humanitaire. La Belgique soutient la CPI par le biais d’une coopération importante sur le plan diplomatique et judiciaire. Notre pays a été parmi les premiers Etats à ratifier le Statut de Rome et il n’a cessé depuis d’œuvrer à la consolidation du cadre juridique de la Cour, notamment en proposant avec succès plusieurs amendements visant à insérer de nouveaux crimes de guerre au Statut comme par exemple l’utilisation d’armes biologiques ».

En soutenant la lutte contre l’impunité, la CPI participe à la prévention de nouveaux crimes et contribue à poser les bases d’une paix durable. Les victimes méritent en effet un système efficace pour juger la responsabilité des auteurs des pires atrocités.

Première juridiction pénale internationale à vocation universelle, la CPI a dû faire face à de nombreux défis. Le processus d’examen de la CPI et du Statut de Rome, que la Belgique soutient pleinement et auquel elle participe activement, devra permettre à la CPI de mieux pouvoir affronter ceux-ci dans le futur et mener à bien sa mission.

 

Nos porte-paroles

  1. Type d'actualité