Problèmes de sécurité

Sur cette page, vous trouverez toutes les informations concernant les problèmes de sécurité qui peuvent être liés à votre voyage.

Catastrophes naturelles

Notre terre recèle de nombreux endroits où la nature prospère dans toute sa splendeur. Toutefois, les caprices de Dame nature sont imprévisibles et peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour l’homme. Ainsi, il arrive régulièrement que le monde soit secoué par des tremblements de terre, des ouragans ou des tsunamis

Les voyageurs et les Belges qui résident dans des zones à risque doivent être conscients des risques éventuels. Il importe dès lors de respecter et de suivre les directives et mesures.
  1. Toujours valable le
  2. Dernière mise à jour le

Tremblement de terre

Que faire en cas de tremblement de terre ?

Si vous êtes à l'intérieur d’un bâtiment lorsque le tremblement de terre se produit, ces conseils assureront votre sécurité autant que possible :

  • Restez à l'écart des fenêtres, des miroirs et des murs extérieurs.
  • Protégez votre tête avec les mains et les bras.
  • Asseyez-vous sous un meuble solide, comme une table par exemple. Assurez-vous de ne pas vous trouver dans un endroit où des bibliothèques ou d'autres meubles pourraient vous tomber dessus.
  • Si vous ne pouvez pas vous asseoir sous quoi que ce soit, asseyez-vous sur le sol près d'un mur et couvrez votre tête et votre cou avec vos bras.
  • Si vous êtes allongé dans votre lit, restez là, recroquevillez-vous et tenez bon. Protégez votre tête avec un oreiller.
  • Ne vous approchez pas des fenêtres pour éviter les éclats de verre.
  • Restez à l'intérieur jusqu'à ce que les tremblements s'arrêtent, ce qui vous permettra de pouvoir sortir en toute sécurité. Utilisez les escaliers pour quitter le bâtiment après les secousses, n'utilisez jamais l'ascenseur. 
  • Les alarmes incendie et les systèmes de gicleurs peuvent se déclencher en cas de tremblement de terre, même s'il n'y a pas d'incendie.
  • Vérifiez la conduite de gaz. Si vous sentez une odeur de gaz, fermez immédiatement le raccord de gaz principal. S'il y a des dégâts d'eau, fermez le raccord principal de l'eau. Vérifiez également l'alimentation électrique immédiatement, en cas de dommages, coupez l'alimentation électrique à l'aide de l'interrupteur principal de l'armoire à compteurs.

 
Si vous êtes à l'extérieur

  • rouvez un endroit où vous pouvez vous allonger sur le sol. Restez là jusqu'à ce que les secousses prennent fin. Ne vous allongez pas à côté de bâtiments, d'arbres, de lampadaires et de pylônes électriques.
  • Êtes-vous dans un véhicule ? Essayez de vous arrêter dans un endroit sûr. Évitez les ponts, les viaducs et les pylônes électriques. Restez dans votre voiture jusqu'à ce que les secousses s'arrêtent et gardez votre ceinture de sécurité. Ensuite, conduisez prudemment, mais évitez les ponts, car ils peuvent être endommagés.
  • Restez dans votre véhicule lorsqu'un pylône électrique tombe dessus et attendez de l'aide.
  • Faites attention aux pylônes électriques tombés et aux tuyaux de gaz endommagés.
  • Tenez-vous à l'écart des bâtiments endommagés.

Ouragan

Conseils aux voyageurs et expatriés vivant ou résidant dans une région susceptible de faire l’objet d’ouragans

Chaque année, de violentes tempêtes tropicales et des ouragans (typhons en Asie) touchent surtout la région des Caraïbes et le Sud-est asiatique. Chaque passage d'un ouragan montre la force destructrice de ce phénomène naturel.

Lorsqu'un avis d'ouragan est lancé, il importe surtout de suivre attentivement l'évolution météorologique dans la région.

Ces informations météo sont communiquées sur les sites Internet suivants : 
www.weather.com et www.nhc.noaa.gov  (pour les Etats-Unis et les Caraïbes)
Joint Typhoon Warning Center pour l'Asie.

Des renseignements peuvent également être obtenus auprès de l'Institut Royal Météorologique de Belgique 

La meilleure protection contre les risques engendrés par ces phénomènes (grandes marées, inondations à l’intérieur des terres et fortes rafales de vent), consiste d'abord en une bonne prévention. Les mesures de précaution suivantes intéressent toute personne vivant dans une zone à risque ou se dirigeant vers celle-ci.

Directives générales pour des séjours de courte durée (voyages)

  • Les voyageurs doivent tenir compte du fait que des vols peuvent être annulés en cas d'ouragan ou de forte tempête. Informez-vous auprès de votre agent de voyage ou de la compagnie aérienne.
  • Suivez de près la situation météorologique via la radio ou des bulletins du temps spécialisés. Prenez contact, le cas échéant, avec votre agent de voyage et informez-vous des dispositions qu’il a éventuellement prises.
  • Les tempêtes et ouragans causent d’ordinaire des problèmes importants au niveau de l'infrastructure et des communications (pas d'électricité, communications par téléphone ou e-mail fortement perturbées), pouvant rendre très difficile les contacts avec ou depuis l'étranger. Après l'ouragan, pensez à avertir d'abord votre famille en Belgique ou à envoyer un SMS à une connaissance en lui demandant de faire circuler ce message. Si vous n'y parvenez pas, vous pouvez toujours faire appel à la représentation diplomatique la plus proche.
  • Lors de fortes tempêtes tropicales, les réseaux de distribution d'eau et d'électricité  sont souvent coupés à titre préventif afin de limiter les dégâts. Dès lors, il est recommandé aux voyageurs de prévoir suffisamment de nourriture et d'eau potable pour quelques jours (voir Kit d'urgence en cas de catastrophe).
  • En cas de problèmes sur place, les compatriotes peuvent aussi toujours faire appel aux postes diplomatiques et consulaires belges.


Directives pour les séjours de longue durée

Si vous résidez à l’étranger, n'oubliez pas de signaler votre présence auprès de l'ambassade ou du consulat de Belgique.

Evacuer ou pas ?

Si vous résidez ou séjournez dans une zone à risque, la question de l'opportunité voire de l’obligation d'évacuation se posera.
En règle générale, les autorités locales lanceront surtout un ordre d'évacuation pour les habitants des régions côtières, les régions de basses terres et les zones inondables ou pour les personnes habitant dans des constructions non résistantes aux ouragans (par exemple maisons préfabriquées ou caravanes résidentielles).

Lorsque les autorités recommandent/ordonnent une évacuation, obtempérez immédiatement. 
Autres consignes en cas d’évacuation

  • Faites en sorte que la zone plus sûre ne soit pas trop éloignée afin d'éviter de gros problèmes de circulation ; choisissez donc « l'abri » le plus proche ou un hôtel/motel en dehors de la zone dangereuse et jalonnez l'itinéraire au préalable.
  • Assurez-vous que la maison est bien fermée, que les fenêtres et les portes sont verrouillées et que tous les appareils sont débranchés.
  • Avant le départ, faites le plein du réservoir de carburant de la voiture et, si nécessaire, allez chercher de l'argent auprès d'un distributeur automatique de billets.
  • Emportez avec vous des médicaments prescrits ou d'autres articles médicaux particuliers (par ex. lunettes).
  • Partez à temps et n'attendez pas l'exode massif, car le risque existe alors de ne plus pouvoir quitter la zone de danger à temps.
  • Suivez de près la situation météorologique via la radio ou des bulletins du temps spécialisés.
  • Prévoyez un autre plan pour vos animaux de compagnie, ils ne sont pas admis dans tous les abris.


Pour ceux qui restent chez eux

Pour ceux qui n’évacuent pas/qui ne doivent pas évacuer, voici quelques mesures de précaution utiles.

Mesures et lignes directrices (avant la saison des ouragans)

  • Renforcez si nécessaire la maison : les portes de garage sont souvent le point faible ; veillez à ce qu’elles résistent mieux aux rafales de vent ; renforcez également les fenêtres et les portes.
  • Prévoyez un éclairage de secours.
  • Prévoyez une "chambre sûre" (un endroit ou un espace sans fenêtres ni portes extérieures) où vous vous abriterez durant l’ouragan. Dans certains cas, les lieux les plus sûrs ne se trouvent pas dans la maison même, mais ailleurs dans votre village/ville.
  • Assurez-vous que les plantations dans votre jardin et les arbres avoisinants ne constituent pas un danger en cas de rafales. Coupez le bois mort ou affaibli ainsi que les branches qui penchent de tous les arbres. Tout objet non attaché à proximité de votre maison est un risque potentiel !
  • Constituez une réserve de seaux et de serpillières. Gardez aussi un petit outillage à portée de main.
  • Prévoyez des sorties de secours pour quitter votre maison ainsi que des points de rassemblement.
  • Désignez un ami ou un membre de la famille en dehors de la zone à risque comme point de contact unique.
  • Affichez les numéros de secours près de votre téléphone et apprenez à vos enfants comment et quand composer les numéros d'urgence.
  • Constituez un kit d'urgence pour les tempêtes.
  • Gardez une radio portative près de vous et remplacez les piles tous les six mois, comme pour les détecteurs de fumée.
  • Suivez éventuellement des cours de secourisme, de CPR ou d'autres cours utiles.

L'annonce d'une tempête/ouragan 

  • Ecoutez les bulletins d'information diffusés par la radio et/ou les consignes de l'ambassade.
  • Suivez scrupuleusement les recommandations des autorités (locales).
  • Gardez vos enfants avec vous.
  • Mettez dans la maison tout ce qui peut être emporté par le vent.
  • Fermez bien les fenêtres et les portes. Bloquez-les le cas échéant avec des planches en bois.
  • Gardez la ligne téléphonique suffisamment libre pour rester joignable pour les services de secours. Si vous avez de la famille en Belgique, avertissez-les et demandez leur de faire passer le message.

Juste avant le passage de la tempête/de l’ouragan

  • Réfugiez-vous dans la "chambre sûre" ou dans un des abris désignés à cet effet par les services de secours.
  • Eteignez les flammes éventuelles (bougies, feu).
  • Continuez à écouter la radio.

Pendant le passage de la tempête/de l’ouragan

  • Tenez-vous loin des fenêtres.
  • Ne vous aventurez pas à l’extérieur pour réparer les fenêtres ou les toits.
  • Coupez tous les appareils électriques.

Ne quittez pas la chambre sûre avant l'annonce a la radio de la fin de la phase d'alarme, même si le vent diminue (en effet, il y a peu ou pas de vent dans l'oeil d'un ouragan).

Après la tempête/l’ouragan

  • Ne touchez pas à des câbles ou des fils tombés par terre.
  • Prenez contact avec l’ambassade ou le consulat de Belgique le plus proche afin de communiquer votre état de santé et de vous informer des consignes de sécurité à suivre.

Tsunami

Que faire avant, pendant et après un tsunami?

Un tsunami est composé de plusieurs vagues dont les temps d’arrivée diffèrent. Il est souvent précédé d’une baisse du niveau de l’eau et d’un recul de la mer. Ce phénomène est un préavis naturel et doit être pris sérieusement en considération. Les séismes ne sont pas tous tsunami-géniques. Un petit tsunami en un point de la côte peut être extrêmement violent quelques kilomètres plus loin. Toutes les alertes tsunamis doivent être prises au sérieux. La première vague n’est pas toujours la plus forte.

N.B. : Les conseils ci-dessous sont à lire en parallèle avec les conseils donnés en cas de tremblement de terre.

 
Avant un tsunami :

  • Enregistrez-vous avec les membres de votre famille auprès du consulat ou de l’ambassade belge du pays où vous résidez. Informez-les de vos déplacements à l’étranger et absences prolongées. 
  • Tenez-vous au courant des informations concernant les tsunamis et partagez ces informations avec votre entourage. 
  • Sachez si vous vivez ou fréquentez des zones susceptibles d’être affectées par un tsunami ou dans une zone d’évacuation en cas de tsunami. 
  • Sachez à quelle distance de la côte vous vivez et à quelle hauteur par rapport au niveau de la mer. Les consignes d’évacuation pourraient être basées sur ces données. 
  • Sachez quelle est la zone de sécurité la plus proche de chez vous et le temps qui vous est nécessaire pour vous y rendre à pied. 
  • Construisez selon des normes permettant de résister aux tsunamis. 
  • Faites une liste de tous les objets pouvant être emportés par un tsunami et assurez-vous que ces objets soient rentrés en cas d’alerte. 
  • Réfléchissez à des solutions pour diminuer les risques et les dégâts dus à des inondations. Déplacez vos biens de valeur et papiers importants vers les étages les plus élevés de votre habitation. 
  • Discutez de l’éventualité d’un tsunami avec votre famille, des réactions que chacun doit avoir et d’un lieu de rendez-vous. Établissez un plan de crise. Prévoyez également une personne de contact commune à tous les membres de la famille au cas-où vous perdiez contact les uns avec les autres. Cette personne doit dans la mesure du possible se situer à une certaine distance de l’endroit où vous vivez. Les communications téléphoniques longues-distance sont en général plus faciles que les communications locales à la suite d’un tsunami. 
  • Préparez un plan d’évacuation. L’important, pour se protéger d’un tsunami, n’est pas d’aller loin des bords de mer mais d’être le plus en hauteur possible. Vous devriez être capable de rejoindre la zone d’évacuation à pied dans les 15 minutes. Préparez-vous à évacuer à pied en cas de besoin et gardez en tête que, suite à une catastrophe naturelle, toutes les routes ne seront peut-être plus praticables. Familiarisez-vous avec ces itinéraires. 
  • Préparez un kit d’urgence à emporter avec vous en cas d’évacuation, en ce compris une réserve d’eau et un stock de nourriture non périssable. 
  • Demandez à vos enfants d’avoir en permanence sur eux une fiche d’identité reprenant les informations et numéros utiles (adresse, groupe sanguin, personnes de contact, numéros d’urgence, numéro de téléphone de l’ambassade). 
  • Renseignez-vous sur votre couverture d’assurance en cas de tsunami.

 
Lors d’un tsunami :

  • Ecoutez la radio dès l’annonce de l’occurrence prochaine d’un tsunami. 
  • Eloignez-vous des grosses concentrations d’eau. Si vous êtes au bord de la mer ou d’un océan et que vous sentez la terre trembler, dirigez-vous immédiatement vers l’intérieur des terres. N’attendez pas qu’une alerte tsunami ait été lancée. Eloignez-vous des rivières et des cours d’eau qui se jettent dans la mer. 
  • Si vous vivez dans une zone qui doit être évacuée en cas de tsunami et qu’une alerte au tsunami est lancée, évacuez immédiatement. Restez calme et déplacez-vous avec ordre jusqu’à une zone d’évacuation prédéterminée ou jusqu’à une zone de sécurité située ailleurs. Prenez vos animaux avec vous. 
  • S’il ne vous est pas possible de vous rendre rapidement à l’intérieur des terres, trouvez refuge dans un endroit en hauteur (minimum 35 mètres au-dessus du niveau de la mer). Un immeuble de plusieurs étages en béton armé peut vous offrir une bonne protection. Rejoignez le troisième étage ou les étages supérieurs. 
  • Suivez les conseils des autorités compétentes. Attendez l’autorisation des autorités pour retourner dans les zones menacées de tsunami. Il peut se passer plusieurs heures avant que l’alerte ne soit complètement levée. 
  • Sauvez-vous et pas vos biens. Ne retournez pas sur vos pas pour emporter quelque chose avec vous. 
  • Si vous êtes à l’école lors d’une alerte tsunami, suivez les consignes de vos professeurs ou d’autres membres du personnel éducatif. 
  • Aidez les personnes les plus vulnérables à évacuer. 
  • N’essayez pas d’observer le phénomène. Si vous pouvez voir la vague approcher, c’est que vous êtes trop près pour l’éviter. 
  • Ne faites pas de sport nautique. N’essayez pas de surfer sur la vague.

Si vous êtes en bateau :

  • Si vous êtes en haute mer, restez-y et n’essayez pas de retourner au port. 
  • Si le bateau est resté amarré, ses amarres devraient être doublées. Les passagers devraient rejoindre la terre ferme et gagner le plus rapidement possible l’intérieur des terres. 
  • Contactez les autorités portuaires. 
  • Si vous avez le temps d’emmener votre bateau au large, faites-le de manière disciplinée et en tenant compte des autres bateaux. soyez sûr de disposer de suffisamment de temps pour rejoindre le large avant l’arrivée du tsunami. 
  • Il est conseillé aux plus petites embarcations, et en cas de conditions météorologiques défavorables, de rejoindre le port et à leurs passagers de rejoindre les zones de sécurité. 
  • Contactez les autorités portuaires avant de retourner au port en vous assurant que les conditions sont correctes pour la navigation et l’accostage.

 
Après un tsunami :

  • Suivez les mêmes consignes qu’en cas de tremblement de terre. 
  • Prenez garde aux animaux sauvages (crocodiles, serpents, etc.) qui pourraient avoir été déplacés par le tsunami. 
  • Ouvrez les portes et les fenêtres pour que les bâtiments sèchent. 
  • Evacuez la boue avant qu’elle ne se soit solidifiée.

Zones de sécurité : en mer : 5 à 6 km des côtes 
Sur terre : 150m au-dessus du niveau de la mer

 
A retenir :

Avant un tsunami :

  • Enregistrez-vous avec les membres de votre famille auprès du consulat ou de l’ambassade belge du pays où vous résidez. 
  • Sachez si vous vivez ou fréquentez des zones susceptibles d’être affectées par un tsunami ou dans une zone d’évacuation en cas de tsunami. 
  • Sachez quelle est la zone de sécurité la plus proche de chez vous. 
  • Préparez un plan de crise et un plan d’évacuation. 
  • Préparez un kit d’urgence. 
  • Demandez à vos enfants d’avoir en permanence sur eux une fiche d’identité reprenant les informations et numéros utiles.

Pendant un tsunami :

  • Ecoutez la radio. 
  • Dirigez-vous immédiatement vers l’intérieur des terres ou trouvez refuge dans un endroit en hauteur. 
  • Si vous êtes en bateau et que vous êtes en haute mer, restez éloigné des plages et des eaux peu profondes. Si vous êtes près des côtes, rejoignez la terre ferme et une zone de sécurité.

Après un tsunami :

  • Suivez les mêmes consignes qu’en cas de tremblement de terre. 
  • Prenez garde aux animaux sauvages (crocodiles, serpents, etc.) qui pourraient avoir été déplacés par le tsunami. 
  • Ouvrez les portes et les fenêtres pour que les bâtiments sèchent.

 
Lien utile pour de plus amples informations :

Signalisation locale ayant trait aux tremblements de terre et aux tsunamis :

Ex. : signalisation des routes d’évacuation en cas de tsunami, signalisation des points de rassemblement, signalisation des endroits sécurisés à l’intérieur des bâtiments en cas de tremblement de terre.