La Belgique et les Pays-Bas signent un Protocole d’accord sur la rectification de frontière

Les gouverneurs du Limbourg néerlandais et de Liège ont signé aujourd’hui à Visé un protocole d’accord portant sur la rectification de frontière envisagée sur la Meuse à hauteur de Visé (Belgique), d’Eijsden-Margraten (Pays-Bas) et de Maastricht (Pays-Bas). Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders salue cette signature qui laisse le champ libre à la mise en œuvre de la rectification de frontière. 

La frontière actuelle à cet endroit a été fixée en 1843 en suivant le point le plus bas de la Meuse. La rectification de frontière  est une conséquence des travaux d’amélioration de la liaison entre le canal Albert et le canal Juliana durant la période 1962-1980. En 1961, il a été décidé de redresser les méandres de la Meuse pour la navigation, ce qui a amené des parcelles du territoire belge à se retrouver en territoire néerlandais et vice versa. Ces parcelles se situent de l’autre côté du fleuve et ne sont plus accessibles par voie terrestre au sein de leur propre pays. 

Une rectification de frontière requiert des accords dans les domaines de la protection de la nature, de l’aménagement du territoire et de la gestion des eaux. Le protocole d'accord détermine les conséquences et le traitement de la rectification de frontière. 

Didier Reynders attend actuellement une proposition définitive pour la rectification de frontière de la part de la commission frontalière royale nommée au début de cette année. C’est en tenant compte de cette proposition que sera rédigé un traité frontalier qui sera signé par les Ministres des Affaires étrangères des Pays-Bas et de la Belgique. La modification de frontière sera d’application dès que les Parlements belge et néerlandais auront adopté ce traité.