Climat - La Belgique libère 7 millions d’euros supplémentaires en faveur du Fonds pour les pays les moins avancés

Le vice-Premier et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo a décidé de libérer une contribution supplémentaire de 7 millions d’euros en faveur du Fonds pour les pays les moins avancés. Il prend cette décision en marge de la COP23, la Conférence des Nations Unies sur le Climat qui se déroule actuellement à Bonn. Avec ces moyens supplémentaires, la Belgique veut aider les pays les plus vulnérables à améliorer leur résilience face au changement climatique.

Les programmes et les projets soutenus par le Fonds pour les pays les moins avancés (LDCF) visent à améliorer la résilience des communautés vulnérables dans les pays les moins développés contre les sécheresses, les inondations, les tempêtes violentes et les autres conséquences du réchauffement climatique.

Le LCDF a déjà mis plus d’1 milliard de dollars à disposition des pays vulnérables à travers plus de 250 projets dans 51 pays. Grâce à cette somme, plus de 4,8 milliards de dollars ont pu être mobilisés pour des actions climatiques. La demande à court terme continue cependant à excéder les ressources disponibles.

Les pays vulnérables sont les premiers touchés
Avec cette nouvelle contribution, la Belgique souhaite envoyer un signal positif sur son soutien important à ce fonds et en faveur des pays les moins développés. Ces pays, qui sont déjà particulièrement vulnérables, sont souvent parmi les premiers touchés par les conséquences concrètes du changement climatique.

Ce nouveau financement permettra au Fonds pour l’environnement mondial (Global Environnement Facility ou GEF), le gestionnaire du LDCF, de faire une série de nouveaux investissements, notamment des innovations dans l’agriculture, des mesures nationales d’adaptation et le renforcement de la résilience à l’égard du changement climatique et des désastres naturels.

Appréciation du soutien de la Belgique
Naoko Ishii, CEO et président du GEF, salue le nouveau financement de la Belgique: « les derniers désastres naturels ont montré très clairement l’impact négatif du changement climatique sur les pays et les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables. Je souhaite remercier la Belgique pour sa contribution supplémentaire au LDCF et pour son engagement en faveur de mesures d’adaptation».

La Belgique est un important contributeur au LDCF. Le montant de ses engagements au LDCF depuis 2009 atteint 87,44 millions d’euros. Les autres contributions internationales des autorités fédérales ou régionales belges au financement du climat sont effectuées par le biais de contributions à des fonds internationaux pour le climat comme le Fonds Vert pour le Climat et le Fond d’Adaptation, de la Société Belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) et de plusieurs autres programmes et projets dans nos pays partenaires.