La Belgique soutient la déclaration ‘Safe Schools’

Aujourd’hui est le deuxième et dernier jour de la deuxième conférence « Safe Schools » (écoles sûres) qui se tient dans la capitale argentine Buenos Aires. La Déclaration pour des écoles sûres représente un engagement politique visant à assurer une meilleure protection des écoliers, des étudiants et du personnel enseignant durant un conflit armé.

À la suite de la récente conférence internationale sur les Enfants et conflits armés qui a eu lieu le 10 février au Palais d’Egmont à Bruxelles, le Vice Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a décidé que notre pays participera à cette nouvelle conférence et soutiendra officiellement la déclaration. La Belgique se joint ainsi aux efforts d’une coalition internationale de plusieurs pays. Cette coalition est menée par la Norvège et l’Argentine et également des représentants de différentes organisations. Elle s’assure que cette problématique soit inscrite à l’agenda international.

Avec cette déclaration et les lignes directrices « pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire » la Belgique soutient le renforcement du droit humanitaire international et des droits de l’homme. La déclaration a pour but de mieux garantir le droit à l’enseignement lors d’un conflit armé. Elle est un complément au droit humanitaire qui offre déjà une protection spécifique aux écoliers, aux étudiants et aux établissements scolaires, qui bénéficient d’une protection particulière contre les attaques directes. Enfin, pour notre pays, l’initiative cadre entièrement avec les objectifs du groupe de travail sur les enfants et les conflits armés du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Didier Reynders attache une grande importance à la mise en œuvre opérationnelle de cette déclaration. En concertation avec le Ministre de la Défense Steven Vandeput, il a été convenu que la Belgique s’inspire de cette déclaration et de ses lignes directrices dans la planification et la conduite des opérations militaires, et ce dans le respect de nos obligations actuelles en vertu du droit international humanitaire. Notre pays maintiendra le contact avec les alliés qui ont soutenu la déclaration « Safe Schools » afin de compléter, en concertation avec eux, les directives militaires existantes. La Belgique appellera aussi toutes les parties potentielles lors d’un conflit armé à respecter les obligations du droit humanitaire.