Faisons des agriculteurs du Sud des entrepreneurs agricoles. Présentation de la nouvelle note stratégique « Agriculture et Sécurité alimentaire »

Tournons le dos à une agriculture de subsistance peu productive pour passer à un entrepreneuriat agricole durable. Tel est le message clé contenu dans la nouvelle note stratégique « Agriculture et Sécurité alimentaire » intitulée « De la subsistance à l’entrepreneuriat » que le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement  Alexander De Croo présente aujourd’hui. Cette nouvelle note s’attache notamment aussi au renforcement du rôle de la femme et à la durabilité de l’agriculture. 
 
Améliorer la situation des agriculteurs du Sud, telle est l’ambition majeure de la nouvelle note stratégique « Agriculture et Sécurité alimentaire ». Dans les années à venir, notre politique de développement international doit veiller à permettre aux agriculteurs qui ont du potentiel de devenir de véritables entrepreneurs agricoles.
 
“L’Afrique a besoin d’une révolution agricole. Elle doit tourner le dos à une agriculture de subsistance peu productive pour laisser la place à un entrepreneuriat agricole durable. C’est le seul moyen de faire face durablement aux taux de croissance démographique élevés et à l’urbanisation galopante observés sur ce continent. Il faut abandonner une fois pour toute l’idée du petit agriculteur familial qui doit à tout prix continuer la besogne mais ne parvient même pas à récolter suffisamment de nourriture pour nourrir sa propre famille. Dans le Sud aussi, les agriculteurs doivent devenir des entrepreneurs”, explique Alexander De Croo.
 
Concrètement, la nouvelle stratégie agricole s’attachera à offrir une assistance technique et à faciliter l’accès au crédit, mais aussi à développer un secteur agroalimentaire local qui peut employer des jeunes. L’importance du commerce international et surtout régional y est aussi confirmée. “Il est insensé que les pays d’Afrique de l’Ouest importent des produits agricoles européens alors qu’ils pourraient tout aussi bien les acheter à leurs pays voisins”, indique le ministre De Croo.

 
Égalité hommes-femmes

L’importance de l’égalité de genre et le fait de donner plus d’opportunités aux femmes sont aussi des thèmes centraux. Des études montrent que la formation et la situation personnelle des femmes contribuent à raison de 28% au recours optimal à une alimentation qualitative dans les pays les moins avancés. “Les femmes jouent un rôle clé dans la sécurité alimentaire et l’alimentation de qualité. Un revenu plus élevé chez les femmes a un effet positif sur l’alimentation, la santé et l’éducation des enfants. Et n’oublions pas non plus que si elles sont fortes et indépendantes, les femmes déterminent aussi leur planning familial”, poursuit le ministre.

 
Importance du secteur privé

Lors de la présentation de la nouvelle note stratégique « Agriculture et Sécurité alimentaire », le ministre a aussi clairement lancé un appel au secteur privé belge : “Les besoins en investissement sont énormes et les pouvoirs publics des pays bailleurs sont incapables à eux seuls de les combler. Il est donc crucial d’impliquer le secteur privé. Tant le secteur privé local qu’international ont indéniablement un rôle de taille à jouer à cet égard. Nos entreprises belges aussi”.
 
“Bon nombre d’entreprises belges enregistrent un franc succès à l’étranger mais je les vois encore trop peu investir en Afrique. J’en profite donc pour lancer un appel aux sociétés belges de l’agro-alimentaire pour investir dans une agriculture et une alimentation durables en Afrique. Pas pour faire émerger des énormes entreprises agricoles qui cultivent des centaines d’hectares de monocultures mais pour s’allier aux entrepreneurs locaux, partager des connaissances et œuvrer à un entrepreneuriat agricole durable”, conclut le ministre.
 
Pour lire la note stratégique « De la subsistance l’entrepreneuriat », Note stratégique « Agriculture et Sécurité alimentaire » pour la Coopération au Développement, cliquez  ici (PDF, 1.98 Mo).