Notre terre. Notre maison. Notre avenir.


© CGIAR/P. Casier

 
La journée mondiale de la lutte contre la désertification met cette année l'accent sur le sol en tant que « maison et avenir » : un sol qui offre des chances de vie, mène à des communautés stables et sécurisées. Un sol sain peut donc freiner le processus de migration.

En 1994, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 17 juin « journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse », une occasion d'attirer l'attention sur ce problème majeur. Cette année, la journée mondiale souligne le fait qu'une utilisation durable du sol offre aux habitants la possibilité de faire face aux défis actuels et futurs et ainsi faire preuve de résilience. Le slogan « Our land, our Home, our Future » se réfère au rôle crucial d'une utilisation productive des sols pour l'établissement de communautés stables, sécurisées et durables et le développement des nations.

 
Migrants

Le nombre de migrants internationaux a connu une augmentation vertigineuse ces dernières années, passant de 173 millions (2000) à 222 millions (2010), enregistrant même un pic en 2015, avec 244 millions. Cette augmentation est entre autres liée à la dégradation de l'environnement, à l'instabilité politique, à l'insécurité alimentaire et à la pauvreté. En effet, c'est souvent par désespoir que l'on migre, par sentiment de manque de perspective de vie décente.

Un facteur décisif est la perte de sols productifs. De nombreuses personnes dépendent en effet de ce que leur lopin de terre produit. Si ce sol se dégrade ou n'est plus disponible, les habitants n'ont plus le choix : ils doivent migrer vers des terres plus accueillantes. C'est en Afrique que le phénomène est le plus aigu : 90 % de l'économie dépend de cultures sensibles aux variations climatiques et aux précipitations.

 
Richesse matérielle

Soit nous misons résolument sur une gestion durable des terres, soit plus d'un milliard de pauvres et de personnes vulnérables se retrouveront en situation de survie ou de migration au cours des 30 prochaines années. Une meilleure qualité des sols est la base durable par excellence pour des rendements agricoles plus abondants et de meilleure qualité. Les petits paysans disposeraient de plus de nourriture et de revenus, les exodes de populations et les conflits fonciers seraient évités. Grace à une bonne gestion, les sols produisent davantage et offrent aux jeunes un job valorisant et des revenus décents. A fortiori si la nourriture produite est transformée et si un secteur touristique durable est développé. Des sols productifs sont donc bel et bien des « instruments quasi intemporels » de richesse matérielle !

Cette journée mondiale rappelle à chaque citoyen du monde que la désertification n'est pas une fatalité. Le phénomène peut réellement être combattu efficacement et des solutions satisfaisantes trouvées grâce à une collaboration entre tous les échelons de la société.

 
Événement central

La journée mondiale de la lutte contre la désertification sera célébrée cette année à Ouagadougou au Burkina Faso, un des pays partenaires de la Belgique. Les célébrations officielles auront lieu au Ministère de l'Environnement, de l'Économie verte et du Changement climatique. Le Sahel est en effet la région par excellence pour la mise en œuvre de mesures destinées à enrayer la migration et la dégradation des sols. Dès le début des années 1980, on a tenté de restaurer les terres à l'aide de techniques traditionnelles telles que le zaï (culture en poquets en forme de demi-lune,  Glo.be 3/2015 (PDF, 6.04 Mo)). Le Burkina Faso souhaite atteindre l’objectif de neutralité en matière de dégradation des terres d'ici 2030. Le 17 juin fournira au pays l’occasion de montrer au monde les actions entreprises et d’appeler d'autres pays à faire de même.

Pour mémoire : 2,5 % de l'aide publique belge au développement (APD) finance directement la lutte contre la sécheresse et la désertification. Chaque année, 100 millions d'euros sont alloués par l'APD belge.

 

Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification

La Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCDD) est le seul instrument international contraignant  relatif à la thématique des sols. La Convention promeut une bonne gestion des terres. Les 195 États parties entendent nouer des partenariats en vue de sa mise en œuvre et ainsi atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). L'objectif final est de protéger nos sols contre un usage excessif et contre la sécheresse, afin qu'ils puissent continuer à nous approvisionner en nourriture, en eau et en énergie. En gérant les terres de manière durable et en s'assurant que les sols ne soient plus détruits, nous limiterons les conséquences des changements climatiques, nous éviterons les conflits relatifs aux ressources naturelles et nous aiderons les sociétés à prospérer, aujourd'hui et dans le futur.

 
 
World Day to Combat Desertification