70e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Aujourd'hui, c'est le 70e anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. A cette occasion, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, rappelle l’engagement de la Belgique à défendre et à promouvoir les droits de l’Homme à travers le monde.

En effet, 70 ans après son adoption par l’Assemblée générale des Nations Unies, le 10 décembre 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) continue à incarner l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations. Socle de l’universalité des valeurs d’égalité, de justice et de dignité, elle demeure aussi pertinente qu’au premier jour. L’universalité des droits de l’Homme est le fondement de l’ordre international moderne, l’obligation primordiale de tous les Etats. Elle reste la boussole qui guide l’action de la Belgique, tant dans notre politique interne que sur la scène internationale, vers un avenir meilleur et plus juste pour tous.

Au cours des trois dernières années, notre pays s’est investi sans relâche au sein du Conseil des droits de l’Homme sur de nombreux sujets comme la lutte contre l'impunité, le respect des droits de l’homme dans la lutte contre le terrorisme ou la promotion de la participation de la société civile. La Belgique s’est également attachée à protéger et à renforcer les institutions qui défendent les droits de l’Homme sur le terrain, en commençant par le Conseil des droits de l’Homme lui-même mais aussi le Haut-Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU ou des organisations régionales telles que le Conseil de l'Europe et l'Union africaine. A l’échéance de son mandat au sein du Conseil des Droits de l'Homme, la Belgique entend poursuivre ses efforts en qualité de membre observateur.

A partir de janvier 2019 et jusqu’à la fin 2020, c’est désormais aussi en tant que membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU que la Belgique s’efforcera de maintenir la défense des droits de l’Homme en haut de l’agenda international. La paix et la sécurité, comme le développement, passent en effet nécessairement par le respect des droits fondamentaux de chaque individu.

2019 sera également l’année du 30ème anniversaire de l’adoption du Deuxième Protocole au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui vise l’abolition de la peine de mort. Le droit à la vie, consacré à l’article 3 de la DUDH est une condition fondamentale à la jouissance de tous les autres droits qui y sont inscrits. Fort de cette conviction, notre pays accueillera, en collaboration avec l’Union Européenne, le septième Congrès Mondial contre la Peine de Mort à Bruxelles du 26 février au 1er mars.