Situation humanitaire dramatique au Yémen : le ministre De Croo libère 5,5 millions d’euros d’aide humanitaire supplémentaire

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo mobilise 5,5 millions d’euros d’aide humanitaire supplémentaire pour le Yémen. Cette décision du ministre intervient après l’appel lancé hier par le coordinateur des secours d’urgence de l’ONU, Mark Lowcock, au Conseil de Sécurité à New York. Il réclame une trêve humanitaire et une aide renforcée face à la pire crise humanitaire qui sévit actuellement dans le monde.

Au Yémen, un conflit particulièrement sanglant fait rage depuis près de quatre ans, le nombre de victimes civiles s’élèvent déjà à plus de 10.000. Plus de 22 millions de personnes, soit environ 80% de la population yéménite, a besoin d’aide humanitaire, et la famine qui touche 14 millions de personnes en raison du conflit atteindra bientôt un seuil critique.

Progression du choléra
La crise humanitaire qui sévit au Yémen est de loin la pire au monde. C’est la raison pour laquelle le ministre De Croo a libéré 5,5 millions d’euros d’aide humanitaire. Les moyens seront affectés à l’UNICEF et au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Depuis le début de la guerre au Yémen, notre pays a déjà affecté plus de 25 millions d’euros à l’aide humanitaire au Yémen.

À cause de la guerre, les autorités yéménites ne sont plus en mesure d’organiser les services de base tels que les soins de santé. Les médecins ne sont plus payés et les médicaments manquent.

“Après la guerre et la faim, le Yémen est maintenant en proie au choléra. Chaque semaine, 10.000 nouveaux cas de choléra sont enregistrés, soit le double depuis le début de cette année. Les plus vulnérables sont les enfants. L’UNICEF estime qu’au Yémen, toutes les minutes, un enfant est infecté par le choléra. En l’absence de traitement, les enfants s’affaiblissent tellement en quelques heures qu’ils ne peuvent presque plus respirer”, a expliqué Alexander De Croo.

Arrêter de nourrir le conflit
Le ministre De Croo réitère son appel aux autorités régionales de notre pays de prendre la situation humanitaire au Yémen au sérieux et de cesser d’armer le conflit par la livraison d’armes. Le ministre De Croo rejoint l’appel du coordinateur de l’ONU Mark Lowcock aux parties combattantes à ne plus viser des cibles civiles et à ne pas entraver l’acheminement de biens humanitaires.

“Tant que nous continuons à alimenter ce conflit par la livraison d’armes, la folie humanitaire ne cessera pas. Il appartient à chaque pouvoir public de prendre les mesures qui s’imposent à son niveau. Il faut suivre l’exemple de l’Allemagne et arrêter les livraisons d’armes. D’un point de vue humanitaire, livrer des armes est indéfendable. Cette crise humanitaire ne va faire qu’empirer dans les mois qui viennent. Il faut bien se rendre compte de ce que l’on fait” a indiqué le ministre De Croo.