Alexander De Croo et le secteur du chocolat en Belgique veulent œuvrer à un chocolat durable

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo veut œuvrer, avec le secteur belge du chocolat et des ONG, en faveur d’un chocolat durable. Tel a été le sujet d’une première table ronde sur le cacao durable du ministre avec un groupe d’acteurs restreint du secteur chocolatier, qui s’est tenue aujourd’hui à Gentbrugge et à laquelle ont pris part plusieurs organisations de la société civile qui s’activent pour que le secteur international du cacao soit plus durable. Cette initiative s’inscrit dans le prolongement de la Charte belge SDG signée par les entreprises, la société civile et les pouvoirs publics.

Si l’on veut continuer à fournir un chocolat de qualité et produit de manière durable au consommateur, il faut accorder une attention permanente à l’amélioration des cultures selon des processus durables et résilients face aux changements climatiques, à la lutte contre le déboisement, à l’amélioration des conditions de travail et à l’augmentation des revenus des agriculteurs et agricultrices. Tous les partenaires de la chaine doivent se donner la main, avec le soutien des pouvoirs publics, des organisations sectorielles et des établissements de la connaissance”, a déclaré Alexander De Croo.

Coopération ambitieuse
L’objectif est que les pouvoirs publics fédéraux lancent cette année un programme sectoriel qui réunira les services publics, les entreprises et ONG autour d’un agenda commun pour intégrer la durabilité dans l’industrie du chocolat en Belgique. Lors de la table ronde, un premier repérage des domaines dans lesquels une coopération peut s’installer entre les services publics, les entreprises et les organisations de la société civile, et des modalités de cette coopération, a été opéré. Le ministre De Croo a demandé à IDH/The Sustainable Trade Initiative de poursuivre cet inventaire et de formuler d’ici quelques mois un programme de coopération commun.

Tant à l’étranger qu’en Belgique, le consommateur définit la qualité non seulement en termes de goût et d’autres aspects intrinsèques, mais il veut aussi être sûr de consommer un produit équitable et produit de manière durable.

Jos Linkens, président de l’organisation sectorielle Choprabisco, identifie un intérêt clair du secteur et constate que les entreprises individuelles sont disposées à s’inscrire dans une durabilité encore plus poussée du secteur du chocolat. Les membres de Choprabisco représentent près de 90% de l’offre de chocolat en Belgique.