La Convention sur l’interdiction des bombes à sous-munition fête ses 10 ans

La Convention sur l’interdiction des bombes à sous-munition fête ses 10 ans. C’est en effet le 3 décembre 2008 que la Convention a été signée à Oslo. La Belgique fut pionnière dans la lutte contre les bombes à sous-munition en adoptant dès 2006 la première loi au monde interdisant ces armes. En 2007 cet engagement fut complété par une loi sur le désinvestissement dans le domaine de la production des armes à sous-munition.

10 ans plus tard, la Belgique reste mobilisée, politiquement et sur le terrain, en faveur du combat contre les armes à sous-munition, la sensibilisation aux risques et l’aide aux victimes.

L’assistance aux victimes est un pilier fondamental de l’action contre les armes à sous-munition et doit demeurer au cœur des efforts des Etats parties de la Convention d’Oslo.

Les dernières données disponibles indiquent une baisse importante des victimes des armes à sous-munition et nous nous en réjouissons. L’effort afin de faire disparaître ces armes non-discriminantes doit néanmoins perdurer. La Belgique encourage tous les Etats à rejoindre la Convention afin d’établir une norme universelle contre les armes à sous-munition.

Le déminage, qu’il s’agisse de mines, de sous-munitions ou d’engins explosifs improvisés, reste une priorité pour la Belgique. Cette année, 2.8 millions EUR ont été octroyés afin de fournir une assistance aux victimes, déminer des terres, sensibiliser des communautés aux dangers et maintenir l’objectif d’un monde sans mines et armes à sous-munition bien haut dans l’agenda international.

La Convention d’Oslo montre qu’une approche multilatérale avec des résultats concrets favorise la stabilité, la sécurité et la paix. C’est dans cet état d’esprit que la Belgique entamera dès janvier 2019 son mandat comme membre non-permanent au Conseil de Sécurité, sous la devise « Bâtir le Consensus. Agir pour la Paix ».