La Belgique signe des engagements internationaux contre les abus sexuels dans le secteur de l’aide

Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo a apposé aujourd’hui sa signature au bas de toute une série d’engagements internationaux pour intensifier la lutte contre les abus sexuels dans le secteur de l’aide internationale. Les accords ont vu le jour en marge d’une rencontre internationale au sommet « Putting People First » qui se déroule aujourd’hui à Londres.

« L’année dernière, plusieurs affaires d’abus sexuels dans le secteur de l’aide internationale ont été révélées, avec comme premières victimes à chaque fois des femmes, des enfants et des personnes handicapées. En signant ces engagements internationaux, la Belgique et dix-huit autres pays envoient un signal clair : face à ce genre de comportements abjects, nous appliquons une tolérance zéro », a déclaré Alexander De Croo.

Au printemps, le ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo a déjà renforcé les obligations en matière d’intégrité pour l’ensemble des acteurs belges du développement à la suite de différents scandales concernant des abus, notamment dans la branche anglaise d’Oxfam. Les organisations de développement doivent élaborer un code éthique et investir dans des formations sur le thème de l’intégrité. Elles doivent aussi mettre en place un point de contact et d’avis confidentiel et régulièrement faire rapport sur les plaintes reçues.

Les nouveaux engagements internationaux auxquels la Belgique a souscrit aujourd’hui se fondent sur ces obligations d’intégrité renforcées et s’articulent autour de quatre axes :

  1. soutenir les survivants, aux victimes et aux lanceurs d’alerte, avec responsabilité et transparence, renforcer les obligations de rapport et la lutte contre l’impunité ;
  2. encourager le changement de mentalité par un leadership fort, une responsabilité organisationnelle et de meilleurs processus RH ;
  3. adopter des normes minimales et veiller à ce qu’elles soient atteintes ;
  4. renforcer la capacité organisationnelle dans le secteur de l’aide internationale.

Dans les prochains mois, le Comité d’Aide au Développement (CAD) de l’OCDE mettra au point un instrument qui permettra de mieux prévenir l’exploitation sexuelle et les abus dans la coopération au développement et de maîtriser les risques. Les pays signataires évalueront après une période de douze mois les progrès enregistrés en la matière.

Outre la Belgique, les pays suivants s’engagent à lutter contre l’exploitation, les abus et l’intimidation sexuels dans le secteur de l’aide internationale : l’Australie, le Canada, le Danemark, l’Allemagne, la Finlande, la France, l’Autriche, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, le Japon, les Pays-bas, la Norvège, l’Espagne, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Suède et la Suisse.

Pour consulter les engagements internationaux, cliquez  ici (PDF, 55.66 Ko).