Les hackers s’emparent des objectifs de développement durable

Hack the Goals

En octobre et novembre 2018, l’Agence belge de développement Enabel organisera six hackathons ‘Hack the Goals’ dans cinq pays. Au Sénégal, au Niger, en Palestine, au Maroc et en Ouganda, des équipes créatives vont rechercher des solutions nouvelles et innovantes aux problèmes de développement. Le ministre de la Coopération au Développement et de l’Agenda numérique Alexander De Croo est enthousiaste : “L’avenir est au numérique, et c’est vrai aussi dans le domaine du développement. La révolution numérique est un gisement de nouvelles opportunités pour concevoir autrement et mieux les défis liés au développement”.

Lors des hackathons, les équipes participantes vont partir à la recherche de solutions numériques créatives à des problèmes concrets rencontrés lors des projets de la Coopération au Développement dans ces pays. Au Sénégal par exemple, on voudrait faciliter la vie des jeunes parents lors de l’enregistrement de leur enfant à la commune. En Palestine, les administrations communales ont du mal à connaitre les problèmes et soucis quotidiens des habitants. Et au Niger, on voudrait améliorer la qualité des soins de santé par la participation citoyenne.

Les hackathons sont uniques car les participants viennent avec des parcours très différents : spécialistes de la santé, experts de l’enseignement, utilisateurs finals, informaticiens, jeunes, personnel du secteur public, membres de la société civile ou monde de l’entreprise… La diversité est donc un atout et c’est précisément l’enjeu de la « cocréation ». Les solutions qui seront imaginées contribueront à la réalisation des dix-sept Objectifs de développement durable de l’ONU (Objectifs de développement durable). Dans chaque pays, un jury local retiendra la solution la meilleure ou la plus prometteuse en vue de la finale internationale le 16 novembre en Belgique.

Le 16 novembre, les représentants des équipes gagnantes se réuniront aux « Tanneurs » (rue des Tanneurs, Bruxelles) pour la soirée de clôture, lors de laquelle le ministre de la Coopération au Développement et de l’Agenda numérique Alexander De Croo décernera le premier prix d’une valeur de 5000 euros à l’équipe gagnante. Le prix encourage la concrétisation de l’idée proposée en une solution fonctionnelle.

Pas question bien sûr de jeter à la poubelle les autres solutions qui auront été découvertes. “Les hackathons sont aussi des actions de sensibilisation pour démontrer à nos collègues de projets notre capacité à imaginer des innovations numériques avec les citoyens. Et les hackathons qui se sont déjà déroulés dans le passé prouvent qu’il ne faut pas nécessairement des budgets énormes pour réaliser des solutions innovantes”, indique Bart Cornille, expert du numérique chez Enabel.

La remise des prix le 16 novembre sera précédée de discours sur l’importance et les possibilités offertes par le numérique au service du développement. À côté d’Alexander De Croo, le vice-président Andrus Ansip de la Commission européenne prendra la parole au sujet de la stratégie européenne d’intégration de la numérisation dans la politique de développement.

S’en suivra un débat sur l’avenir du numérique au service du développement, avec la participation de l’entrepreneur numérique Isaya Yunge, fondateur de SomaApps en Tanzanie et considéré par Forbes comme l’un des change-makers (iniateurs du changement) africains, Afke Schaart, vice-présidente Europe de GSMA, et Ibrahim Ouassari, cocréateur de MolenGeek.

www.hackthegoals.be