Même la guerre a ses limites : la Belgique plaide pour le respect du droit international humanitaire et la protection des civils dans les conflits armés

En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders est intervenu aujourd’hui pour plaider en faveur d'un engagement renouvelé des Etats pour le respect du droit international humanitaire et la protection des civils des horreurs de la guerre. Même la guerre a ses limites. Les civils et les travailleurs humanitaires ne devraient jamais être pris pour cible. Cet évènement était organisé par la Belgique, en partenariat avec l’Union européenne et OCHA, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies.

Les populations civiles et les travailleurs humanitaires sont encore trop souvent pris pour cible dans les conflits armés, en violation complète du droit international humanitaire. 80% de l’aide humanitaire à travers le monde doit être utilisée aujourd’hui pour remédier à la destruction d’infrastructures critiques comme des écoles ou des hôpitaux. Des milliers de travailleurs humanitaires ont été tués au cours des dernières décennies en effectuant leur mission. Il est essentiel de réaffirmer que même la guerre a ses limites, et agir pour éviter que ces violations ne deviennent récurrentes.

Lors de son intervention, le Ministre Reynders a mis en lumière le coût humain disproportionné des conflits armés et les conséquences dramatiques des violations du droit international humanitaire sur les civils. Il a insisté sur l’attention particulière à accorder aux soins médicaux et à l’éducation dans le cadre des actions humanitaires. Didier Reynders a également souligné l’importance d’entretenir un dialogue régulier entre Etats sur le renforcement du droit international humanitaire et sur les moyens de le faire respecter.

La Belgique prend très au sérieux la protection humanitaire et travaille activement pour sa défense, notamment avec OCHA et le Comité international de la Croix rouge (CICR). Au début de cette année, la Belgique a doublé sa contribution au CICCR afin de l’aider à promouvoir et défendre le droit international humanitaire.

Dans le cadre de son mandat au Conseil de Sécurité, la Belgique oeuvrera à maintenir la question du respect de la protection humanitaire en haut de l’agenda international.