« She Decides » a un an : 450 millions d’euros au compteur pour les droits et la santé sexuels et reproductifs

Alexander De Croo

Un an après son lancement, She Decides affiche 450 millions d’euros de moyens supplémentaires récoltés pour les droits et la santé sexuels et reproductifs des filles et des femmes. Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo s’en réjouit tout en prévenant que “le combat n’est pas encore terminé. Trop de filles et de femmes n’ont pas encore la liberté de décider elles-mêmes avec qui, quand et combien d’enfants elles souhaitent avoir”.
 
Il y a tout juste un an, la Belgique lançait avec les Pays-Bas, initiateur du projet, She Decides en réponse à la décision du président américain Trump de suspendre toutes les aides financières aux organisations étrangères qui militent dans le Sud pour un avortement sûr, les moyens de contraception et le planning familial. À peine un mois plus tard, début mars 2017, notre pays organisait à Bruxelles une conférence internationale où plus de 50 pays et organisations exprimèrent leur soutien et promirent 181 millions d’euros de fonds supplémentaires. Après presque un an, le compteur affiche plus du double de ce montant.
 
Alexander De Croo est satisfait des résultats de She Decides, mais prévient : “She Decides a débloqué beaucoup de choses, notamment des moyens financiers supplémentaires pour la santé sexuelle et reproductive des filles et des femmes. L’impact négatif de la décision américaine est en grande partie absorbé, mais la lutte est loin d’être terminée pour les années à venir. Avec She Decides, nous devons continuer à veiller à ce que les filles et les femmes puissent elles-mêmes faire les choix importants pour leur santé et leur avenir”.

 
Fonds belges supplémentaires

Au cours de l’année écoulée, la Belgique a mobilisé 16,5 millions d’euros en plus pour investir dans la santé et les droits sexuels et reproductifs des filles et des femmes. Notre pays a augmenté le financement de base (core funding) du FNUAP, le fonds de l’ONU pour la population, lourdement touché. Le ministre De Croo a aussi décidé de financer un programme du FNUAP au Bénin qui sensibilise les jeunes, via leurs téléphones mobiles, à la problématique des violences sexuelles contre les filles. Le FNUAP Supplies qui fournit des moyens de contraception fiables a pu compter sur un financement de la Belgique. Grâce aux aides belges, l’ONG internationale Planned Parenthood Federation (IPPF) a également pu continuer à travailler au Burundi, au Burkina Faso, au Lesotho, au Mozambique, en Tanzanie et en Ouganda.
 
D’emblée, She Decides se voulait plus qu’un contre-mouvement, son objectif étant de fédérer tous ceux qui trouvent que les femmes et les filles ont le droit fondamental de choisir elles-mêmes si elles veulent des enfants, combien et à quel moment. Si les pays, organisations et fondations privées peuvent promettre des fonds, les citoyens individuels peuvent eux aussi signer le manifeste She Decides et participer au crowdfunding.

 
Action She Decides au Sénégal

Il faut donc intensifier les efforts et c’est pour donner plus de force à ce message que le 2 mars prochain, un an jour pour jour après la conférence internationale de Bruxelles, les ambassadeurs de She Decides se mobiliseront. Alexander De Croo le fera au nom de notre pays au Sénégal, un pays partenaire de la Coopération belge au Développement.
 
“La mortalité maternelle et infantile au Sénégal a baissé ces dernières années mais demeure élevée en raison d’avortements peu sûrs et de complications à l’accouchement. Il faut aussi intensifier la lutte contre les mutilations génitales féminines et les violences liées au genre. Ce sont précisément des domaines sur lesquels se mobilisent She Decides et la Coopération belge au Développement, avec les Sénégalais”, a déclaré Alexander De Croo.
 
Pour en savoir plus sur She Decides, cliquez sur www.shedecides.com.

 
Alexander De Croo